Réorganisation d'Air France : ce que veut faire Juniac pour éviter une usine à gaz

Ce lundi, le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac a présenté aux cadres de la compagnie la nouvelle organisation qui sera mise en place le 1er janvier 2013. En maintenant des fonctions centralisées comme les activités commerciales, la direction veut éviter une concurrence commerciale entre les business units long et moyen-courriers.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

A l'occasion d'une réunion avec ses cadres lundi après-midi, le PDG d'Air France Alexandre de Juniac a présenté sa nouvelle organisation censée redonner de l'efficacité à la compagnie et rapprocher ses dirigeants du client. Cette nouvelle organisation sera mise en place le 1er janvier 2013. Air France sera structurée en huit activités : le long-courrier, le moyen-courrier à Paris Roissy, Paris-Orly et les escales de province, le pôle régional français qui réunit les compagnies Britair, Regional et Airlinair, Transavia France, l'activité cargo, l'activité industrielle et Servair (catering). « Chacune de ces activités devra optimiser la performance économique de son périmètre. Elle sera responsable du pilotage des coûts sur son périmètre hiérarchique ainsi que du suivi et du contrôle des coûts », indique la compagnie dans un communiqué.

L'activité "Passage" divisée en trois

La division de l'activité « Passage » en trois activités (long-courrier, moyen-courrier, Orly et escales de province) s'annonce révolutionnaire, dans la mesure où aucune compagnie dans le monde ne fonctionne comme cela, à l'exception de Qantas qui envisageait un dispositif semblable. « Pour plus d'efficacité économique et opérationnelle, chaque directeur général sera responsable de la totalité de l'ensemble du parcours du client : depuis le positionnement marketing jusqu'à la mise en ?uvre au sol et en vol en intégrant les équipes en charge du produit sol et vol », précise Air France.

Comment gérer le trafic de correspondances ?

Comment cela peut-il fonctionner ?Les deux entités, long et court courrier, ne vont-elles pas se retrouver en concurrence ? Que se passera t-il quand sur le dernier siège à vendre entre Rome et Paris il faudra trancher entre la vente du billet pour un passager devant se rendre à Paris ou bien pour un autre devant aller à New-York ? Sachant que dans le premier scénario, le vol moyen-courrier sera largement plus rémunérateur que le second dans lequel le vol d'apport vers le hub est souvent dérisoire ? Le responsable du moyen-courrier ne risque t-il pas de privilégier son activité et vendre le Rome-Paris et non le Rome-New-York via Paris ? Ce qui serait contre-productif.

Le commercial centralisé

Pour éviter ce casse-tête, la direction a dans l'idée de maintenir tous les fonctions commerciales (pricing, gestion des stocks de sièges) au niveau central. Ce sont donc eux qui arbitreront . Air France explique que ces trois activités s'appuieront sur les métiers tranverses (commercial, notamment) et sur les fonctions support (finances, ressources humaines, communication...).

Pour autant, un tel système devra reposer sur une excellente entente entre les unités opérationnelles sur le terrain et la fonction commerciale. Notamment sur la bonne entente entre les hommes qui la pilotent.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 16/10/2012 à 9:54
Signaler
En gros, il met l'orga de la SNCF avec les branches voyage, proximité, etc.

à écrit le 15/10/2012 à 23:14
Signaler
En fait, on sépare donc l'offre marque commerciale et sans doute positionnement global, de la gestion de chaque activité.en s'appuyant sur les activités transverses pour harmoniser l'ensemble. ça ressemble fort à une organisation matricielle. C'est...

à écrit le 15/10/2012 à 23:04
Signaler
"Aucune compagnie n'est organisée comme cela". Et pour cause, c'est une usine à gaz, il n'y a qu'un énarque français pour pondre un tel machin....

à écrit le 15/10/2012 à 19:02
Signaler
Compter sur la "bonne entente" entre des entités qui ont des intérêts individuels divergents, n'est-ce pas un peu "fleur bleue" ?? Je ne voit pas comment, pour faire plaisir à l'entité "long courrier", on puisse espérer que l'entité "moyen courrier" ...

le 18/10/2012 à 20:18
Signaler
Pour diriger une entreprise il fait avoir des diplômes aéronautiques....pas un ex ministre, où un copain de x, où un cadeau de vote !! Trop de cadres non formés.(EX Alitialia, EX INTER, EX UTA , EX....AF ????.) Plus d'anciens (ils sont partis dégout...

à écrit le 15/10/2012 à 18:30
Signaler
AF a loupé le phénomène "bas coût" et a négligé les escales régionales voulant tout centraliser sur le pire aéroport au monde : Roissy. Ainsi l'aéroport franco-suisse de Bâle/Mulhouse a été quasiment offert à EasyJet qui y réalise des affaires d'or. ...

le 15/10/2012 à 21:12
Signaler
Ah beh au moins j'ai bien ri en lisant votre commentaire Gilles1... AF a au contraire relativement bien repris des parts de marché sur les low costs ces 2 dernières années, les vols Paris<>CapitalesEuropéennes sont souvent blindés, non seulement en ...

le 15/10/2012 à 21:24
Signaler
Très bon commentaire de Paspilote. Juste une remarque, le problème d'AF n'a jamais été une question de prix, mais un problème de coûts.

le 15/10/2012 à 21:30
Signaler
Réponse intéressante !

le 15/10/2012 à 23:13
Signaler
Le succès de la classe "premium éco" est surtout lié à la crise: la clientèle d'affaire se rabat sur cette "business class" à bas coût étant donné que le budget déplacement des entreprises est restreint ...

le 16/10/2012 à 9:50
Signaler
Pour Pas Pilote. Heureusement que les avions se remplissent l'offre est stable ou bien elle diminue. Contrairement à vous et je n'habite l'est de France et je suis d'accord avec l'analyse de Gilles1. Il ne faut pas réduire un avis avec vos argumen...

le 16/10/2012 à 12:10
Signaler
je ne crois pas que l'avenir de la compagnie se joue à Strasbourg ou à Mulhouse mais plutôt sur la clientèle asiatique. De plus, même si l'adaptation est nécessaire, AF ne se positionne pas comme un low cost. donc la nanalyse de gilles1 est certaine...

le 16/10/2012 à 15:09
Signaler
@stratéguerre: peut être que certains font des nanalyses mais vous pouvez m' expliquer ce que sont des vols "intracity"? je connaissais les "intercity", mais les intras c'est pour décoller de CDG et se poser a ORY?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.