Air France-KLM : le plan de transformation était donc insuffisant

 |   |  290  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour maintenir son objectif de réduction de deux milliards d'euros de dette d'ici à fin 2014 (objectif proritaire), le groupe est obligé de réduire de 500 millions d'euros ses investissements prévus en 2013 et 2014. Ceci à cause d'une situation du cargo plus dégradée que prévu et d'un prix du baril plus élevé qu'attendu.

L?annonce lundi par Air France-KLM d?une coupe de 500 millions d?euros dans les investissements prévus en 2013 et 2014 sans changer ses objectifs de réduction de deux milliards de sa dette nette d?ici à fin 2014 (à 4,5 milliards d?euros), traduit l?existence de vents contraires plus importants qu?attendus au moment de l?élaboration du Plan Transform, annoncé en janvier 2012. « Il était mal calibré. Les hypothèses de départ n?étaient pas les bonnes, en particulier dans l?activité cargo, qui souffre beaucoup plus que prévu et sur la partie carburant dont le prix est plus élevé qu?attendu », explique un analyste. Selon lui, Air France-KLM devrait réduire les capacités cargo de KLM et de Martinair, et se focaliser sur le remplissage des soutes des avions de transport de passagers de KLM.

Les analystes sceptiques

Pour autant, les analystes sont sceptiques sur la réduction de la dette. Alors qu?Air France-KLM table donc toujours sur 4,5 milliards d?ici à 2015 (-2 milliards par rapport à fin 2011), le consensus des analystes reste ce mardi sur un niveau élevé : 6 milliards d?euros. «Personne ne croît ni aux objectifs de réduction de la dette ni à l?objectif de marge », explique l?un d?eux. Air France-KLM vise marge opérationnelle ajustée en 2015 "comparable à celle de ses concurrents" l'allemand Lufthansa et IAG (British Airways-Iberia), et comprise entre 6% et 8% du chiffre d'affaires.

«Il est à craindre que la génération de cash soit absorbée par l?investissement des sièges en classe affaires et par le financement du plan de départs volontaires d?Air France », poursuit le même analyste. Aujourd?hui 740 départs auraient été acceptés. La direction est confiante pour atteindre les 2.767 visés.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2012 à 7:08 :
Air France est une mécanique hyper profitable en période de croissance et hyper déficitaire en temps de crise : cherchez les causes structurelles de cet effet girouette...
Réponse de le 17/12/2012 à 12:43 :
Vous devriez réviser vos chiffres (pour autant que vous soyez allé les voir...) la rentabilité des compagnies aériennes (et pas seulement celle là) est totalement ridicule (en termes de "financiers") sur une durée moyenne/longue. Seuls quelques effets "de bulle" permettent à certains de "faire des coups"; mais le moyen long terme ne les intéressent/concernent pas. Quant aux effets structurels, il y a bien longtemps que les ratios ont été définis; ce n'est pas pour autant que les directions aient la main sur les moyens d'y remédier.
@lyon 69 outre le fait que KLM opère dans un milieu "fiscal" néerlandais, KLM n'est pas "obérée" par une nécessité de réseau moyen courrier. Encore moins par des plateformes multiples; ni de devoir répondre, depuis que le monde est monde, aux édiles locaux qui exigent des longs courriers au départ de leur province...
a écrit le 12/12/2012 à 2:05 :
Je ne sais pas qui est ce brillant analyste qui dit que "Air France-KLM devrait réduire les capacités cargo de KLM et de Martinair, et se focaliser sur le remplissage des soutes des avions de transport de passagers de KLM", ... mais il me semble pourtant que KLM est parmi les rares, si ce n'est la seule entité(s) d'AF-KLM a être bénéficiaire !! Ne vaudrait-il pas mieux se pencher sur les entités déficitaires, et essayer de comprendre ce qui fait que KLM est bénéficiaire et Air-France déficitaire ???!!
a écrit le 11/12/2012 à 21:48 :
C'est drôle, je croyais que le PDG disait que Transform était suffisant....
Réponse de le 12/12/2012 à 2:01 :
c'estr marrant, je croyais que des syndicats trouvaient Transform excessif !!!
a écrit le 11/12/2012 à 16:00 :
Le plan TRANSFORM sera insuffisant mais il s'approchera au moins de son objectif premier. Faire prendre conscience à tous les personnels de l'état catastrophique de notre ex compagnie nationale. Gageons que la future purge d'après le plan TRANSFORM lui permette de redécoller.
Réponse de le 11/12/2012 à 20:04 :
Bonjour , gerardc27 qu'entendez vous par faire "prendre conscience à tous les personnels ...."
et que serait la "purge" idéale pour vous?
Réponse de le 12/12/2012 à 14:00 :
je réponds à la place de Gérard car je n'en pense pas moins.La purge idéale selon moi ce serait de virer 1/4 du personnel en limitant au strict minimum les avantages sociaux au départ et repartir à zéro avec des gens motivés et consciencieux, qui ne pensent pas seulement à leur petits avantages à la fin du mois. Mais comme je ne suis pas un idéaliste, je sais que ça ne se fera pas. Alors soit le gouvernement décidera de renflouer AF sur le dos du contribuable par je ne sais quel tour de passe passe, soit AF coulera. C'est aussi simple que cela. Donc si j'étais à la place des salariés, j'essaierais de profiter maintenant du plan de départ tant qu'il est avantageux, parce que les prochains risquent d'être un peu plus rudes ! Et l'Etat a sans doute mieux à faire que de renflouer des paniers percés.
Réponse de le 12/12/2012 à 15:53 :
Bonjour Bertrand ,qu'entendez vous par "limiter au strict minimum les avantages sociaux au départ et repartir à zéro......"?
a écrit le 11/12/2012 à 16:00 :
Le plan TRANSFORM sera insuffisant mais il s'approchera au moins de son objectif premier. Faire prendre conscience à tous les personnels de l'état catastrophique de notre ex compagnie nationale. Gageons que la future purge d'après le plan TRANSFORM lui permette de redécoller.
a écrit le 11/12/2012 à 15:59 :
Le problème de cette restructuration est qu'elle est très couteuse. La paix sociale se paie au prix fort. Aux USA, les grandes compagnies aujourd'hui florissantes ont du passer par la case "faillite" (chapitre 11) pour dégraisser et se restructurer en profondeur. Elles engrangent d'insolents profits aujourd'hui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :