Accord avec Westjet : quand Air France multiplie les partenariats avec les low-cost

 |   |  480  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La compagnie française a étendu son accord commercial avec la compagnie à bas coûts canadienne Westjet. Air France est l'une des compagnies traditionnelles à avoir le plus de partenariats avec des low-cost.

Air France renforce partenariat commercial avec la compagnie low-cost canadienne WestJet, signé en juillet 2009. L'accord de partage de code signé jeudi permet à Air France d'offrir à ses clients 15 nouvelles routes canadiennes exploitées par WestJet. Air France pourra ainsi commercialiser les vols du deuxième transporteur aérien du Canada reliant Toronto à Vancouver, Edmonton, Saskatoon, Regina, Thunder Bay, Ottawa, Quebec, Saint-John's, Moncton et Halifax. Les vols à destination de Winnipeg et Calgary portent eux aussi le code de la compagnie française pour les deux connexions Toronto et Montréal avec les vols directs d'Air France à destination de Paris.

Pragmatisme
Pragmatisme oblige. Alors qu'Air France a été en Europe la compagnie classique à avoir multiplié les attaques judiciaires contre certaines low-cost, essentiellement Ryanair, elle est, paradoxalement, l'une des compagnies traditionnelles qui passe le plus d'accords commerciaux avec ce type de transporteurs. Le premier a été signé en avril 2009 avec la brésilienne GOL par le président d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, qui s'était rendu à Sao Paulo en personne. Depuis, Air France a signé plusieurs partenariats de ce type qui lui permettent de commercialiser une partie du réseau de ces compagnies sur les liaisons qu'elle n'assure pas. Et ce, à chaque fois sur des marchés où la compagnie française n'a pas d'autres choix si elle veut maintenir sa présence. Après avoir renforcé son partenariat avec GOL, puis signé un partenariat avec la low-cost canadienne Westjet en juillet 2009, Air France a signé en 2010 un accord tarifaire avec l'australienne Jetstar, la filiale à bas coûts de Qantas (qui sera s'maintenu au printemps malgré la fin du partenariat avec Qantas), et la britannique Flybe. D'autres accords devraient suivre. Air France est en effet en discussions avec Air Berlin. En Inde en revanche, les négociations avec la compagnie à bas coûts Indigo sont, selon nos informations, ont été arrêtées

Les modèles sont compatibles
Oubliés donc les schémas du début des années 2000 sur l'incompatibilité des modèles entre les compagnies traditionnelles et low-cost. Le cas Flybe en témoigne. Avant son passage au low-cost en 2002, la compagnie travaillait en franchise pour Air France sous le nom British European. Lors de son virage stratégique, l'accord avait cessé au motif que les deux modèles ne pouvaient pas fonctionner ensemble. De fait, celui des acteurs traditionnels propose un réseau organisé en correspondances autour d'un hub quand les low-cost transportent les passagers d'un point A à un point B (point à point). S'ajoutaient également des obstacles résultant du manque d'harmonisation des systèmes de réservation. Aujourd'hui les modèles s'effacent.
À tel point que la question se pose de faire entrer ou pas une low-cost dans une alliance globale. Si l'on considère Air Berlin comme une low-cost (son modèle est en fait hybride), celle-ci fait figure de pionnière en rejoignant Oneworld (British Airways, American Airlines...).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2013 à 16:32 :
Air France est bien obligée, car au Canada tout est monopole national ! Cela rappelle un peu l'époque du Concorde, quand pour survoler le territoire américain, il fallait un pilote américain aux commandes :-)
Réponse de le 09/03/2013 à 6:52 :
Vous avez tout à fait raison; le protectionnisme est très fort au Canada. C'est là en y vivant qu'on voit qu'en Europe on est très naïf
a écrit le 08/03/2013 à 15:18 :
Quebec City? En français il me semble qu'on dit Québec... :-)
a écrit le 08/03/2013 à 14:41 :
Après être entrer dans les chemins des Low Cost et exploiter certains de leurs ligne, qu'est-ce qu'ils vont faire? Racheter la majorité de ces compagnie les faire faire faillite pour après mettre les même prix de Paris => New York pour Paris => Londres de EasyJet (( Si je me trompe pas ))
Réponse de le 08/03/2013 à 18:04 :
"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément."
Je vous conseille donc de réfléchir avant d'écrire, puis de vous relire, ainsi votre contribution sera compréhensible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :