Star Alliance, Skyteam, Oneworld : quel avenir pour les alliances du ciel ?

 |   |  1378  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lancé il y a 15 ans jour pour jour, ce concept d'alliances permet aux compagnies de contourner les contraintes réglementaires qui interdisent les fusions transcontinentales. Compagnies du Golfe, low-cost, bataille autour de TAM, American, TAP Portugal, et peut être Alitalia, les enjeux se multiplient pour ces mastodontes qui représentent près de 70% du trafic mondial.

Le concept d'alliances aériennes a 15 ans aujourd'hui. La pionnière, Star Alliance qui regroupe 25 compagnies dont Lufthansa, United, US Airways, Singapore Airlines... fête ce lundi l'événement. Elle avait été suivie en 1999 par Oneworld, crée par British Airways et American Airlines, puis par Skyteam, lancée en 2000 par Air France et Delta. En quelques années, ces regroupements commerciaux sont devenus des acteurs incontournables du transport aérien. Au point d'en structurer l'organisation. Aujourd'hui, plus de cinquante transporteurs, dont la totalité des grandes compagnies (à l'exception de celles du Golfe), appartiennent à l'une de ces trois alliances. Résultat, selon les chiffres datant de 2010 de l'association internationale du transport aérien (IATA), ces dernières représentent près de 70 % du trafic mondial : 30,7% pour Star,19,8% pour Skyteam et 17,7% pour Oneworld.

Un réseau considérable à moindre frais

Pourquoi cet attrait ? Très simple. Dans l'impossibilité financière et réglementaire de créer des réseaux de vols globaux pour répondre aux besoins des entreprises et des hommes d'affaires, les transporteurs ont préféré unir leurs forces. Objectif : combiner les réseaux des différents partenaires - via les hubs (plates-formes aéroportuaires) - et les rendre commercialisables à tous les membres, grâce à une arme absolue, le partage des codes (code-share). Ce système permet en effet à une compagnie de placer ses numéros de vols sur des lignes d'un partenaire. Et donc de vendre des sièges sans avions et personnels supplémentaires. À moindres frais, chaque membre étend son réseau de manière considérable. En jouant sur d'autres outils marketing (partage des salons dans les aéroports, réciprocité des programmes de fidélité, combinaisons tarifaires...), les alliances verrouillent ainsi la clientèle affaires. Imbattable. De quoi générer des recettes additionnelles sans gros investissements. En revanche, les synergies de coûts restent à trouver.

Les "joint-ventures", des alliances dans les alliances

Elles ont néanmoins commencé à voir le jour à travers des accords spécifiques entre plusieurs partenaires d'une même alliance sur des zones géographiques bien précises. Ce sont les fameuses « joint-ventures » (coentreprises), un terme employé abusivement dans le secteur aérien car ces "JV" ne donnent pas lieu à des liens capitalistiques. Il s'agit, en fait, d'un système de partages de coûts et de recettes sur un plan de vols commun, avec une harmonisation des forces commerciales, des prix, des horaires.... C'est ce que font depuis 2008 les membres de Skyteam Air France-KLM, Delta, Alitalia et CSA sur l'axe transatlantique. Lufthansa, United et d'autres membres de Star Alliance ont suivi sur l'Atlantique Nord , puis un tel système a été reproduit sur l'axe transpacifique avec All Nippon Airways. American, British Airways et Iberia (et JAL sur le transpacifique) ont fait la même chose. Pour résumer, c'est comme si les vols entre l'Europe, les compagnies fusionnaient leurs activités. Air France n'hésite pas à parler de « fusion virtuelle ». Ce système peut aussi se limiter à deux compagnies (il avait été créé ainsi il y a moins de 20 ans par Northwest et KLM). Singapore Airlines et SAS (membres de Star) ont annoncé ce lundi la création d'une telle coentreprise entre Singapour et la Scandinavie.

L'avenir aux fusions? 

Plus haut degré de coopération commerciale dans l'aérien, ces systèmes sont-ils un préalable à des fusions futures? Oui sur le papier. Sauf que, si des fusions entre compagnies d'un même continent sont autorisées -et plusieurs sont en cours-, les mariages transcontinentaux, eux, se heurtent à la rigidité du cadre réglementaire et juridique. Tant que ce dernier n'aura pas évolué (c'est-à-dire tant que, par exemple, Air France n'aura pas le droit de créer ex nihilo une filiale en Asie ou de racheter un transporteur asiatique) les transporteurs seront obligés d'utiliser des artifices comme les alliances.

Les batailles à venir

Ces dernières sont appelées à grossir. Outre l'entrée en leur sein de compagnies encore isolées (la taïwanaise Eva Air va entrer dans Star Alliance), des transferts de compagnies d'une alliance à une autre sont possibles. Avec des risques de forts bouleversements à la clé. Aujourd'hui, c'est en Amérique latine, un marché en pleine expansion, que se joue la partie la plus importante. Quelle alliance choisira la nouvelle entité qui naîtra dans quelques semaines de la fusion entre la brésilienne TAM, membre de Star, et la chilienne Lan Chile, membre de Oneworld? Star Alliance joue très gros. En cas de perte de TAM, elle perdra pied sur le plus gros marché d'Amérique latine.
En Amérique du Nord, c'est l'avenir d'American Airlines, sous chapitre 11 et membre de Oneworld, qui pose question. Pour autant, la situation semble se dégager. Une fusion probable avec US Airways (membre de Star) devrait maintenir la nouvelle compagnie dans Oneworld, aux côtés de British Airways. Star comptant déjà United (qui a racheté Continental en 2010), jamais les autorités de la concurrence n'accepteront que Star intègre aussi le couple US Airways-American. En outre, Star n'a jamais misé sur US Airways, aujourd'hui marginalisée dans l'alliance.
Deux dossiers existent en Europe. Celui de TAP Portugal (Star Alliance), en vente, qui pourrait changer d'alliance si elle était rachetée par International Airlines Group (IAG), holding du couple British Airways-Iberia. Encore faut-il que cette opération se fasse alors que British Airways semble se tenir à distance. L'avenir de TAP Portugal, très puissant sur le Brésil, dépendra peut être de l'issue du dossier TAM-Lan Chile.
En Europe, il y a aussi le dossier Alitalia, membre de Skyteam avec Air France-KLM qui possède 25% du transporteur italien avec une possibilité, selon les termes du pacte d'actionnaires, de prendre la totalité début 2013. Mais si pour une raison ou pour une autres les industriels italiens choisissaient un autre allié, Lufthansa pour ne pas la citer, Alitalia quitterait Skyteam.

Quid des compagnies du Golfe?

Reste le cas des compagnies du Golfe Emirates, Qatar Airways et Etihad Airways, qui se sont tenues jusqu'ici à l'écart des alliances. Chez Emirates, la compagnie de Dubai, la stratégie est claire : relier n'importe quelle ville du monde à une autre avec une seule escale : Dubai. Ainsi, la compagnie cherche, comme les alliances, à couvrir le globe... mais seule. D'où les imposantes commandes d'avions. Emirates a toujours déploré le manque d'harmonie en termes de qualité de services entre les différents membres d'une alliance. Le schéma de Qatar Airways est assez similaire. Celui d'Etihad (Abu Dhabi), est, en revanche, différent. La compagnie multiplie les accords bilatéraux avec d'autres transporteurs et se dit intéressée à rejoindre une alliance.

Jusqu'ici les alliances étaient hostiles à accueillir ce type de transporteurs qu'elles accusent de distorsion de concurrence en raison du soutien de leur Etat-actionnaire dont ils bénéficient. En outre, disaient-elles, les compagnies du Golfe ne leur apporteraient pas grand-chose en termes de réseau ou de marché. Les accepter s'apparenterait à faire entrer le loup dans la bergerie.
Pour autant, le discours évolue, en particulier concernant Etihad. Les discussions avec Air France-KLM, si elles aboutissent, peuvent très bien déboucher sur l'entrée de la compagnie d'Abou Dabi dans Skyteam.

La problématique des low-cost

Enfin, les compagnies à bas coûts sont-elles toujours incompatibles avec les alliances ? Il est évident que leur modèle de dessertes de point-à-point, ou de distribution sur Internet compliquent les choses. Mais ces obstacles sont aujourd'hui surmontables. L'évolution du modèle de certaines compagnies à bas coûts autorise des partenariats avec des compagnies classiques. Air France les multiplie depuis quelque temps (Gol au Brésil, Westjet au Canada...). Reste à voir si ce schéma peut se décupler à l'échelle d'une alliance. Et si les low-cost sont prêtes à polluer leur modèle pour jouer le jeu très complexe des alliances. L'entrée d'Air Berlin dans Oneworld n'apporte hélas pas une réponse définitive. Son modèle est en effet hybride avec un mélange d'ingrédients provenant des low-cost, des transporteurs charters, mais aussi de compagnies classiques. Une chose est sûre. L'attrition des réseaux court et moyen-courrier des transporteurs traditionnels sous les coups de boutoirs des low-cost constitue un enjeu de taille pour les alliances.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2012 à 23:28 :
Mais où est TAM Brasil? Cà nous manque. Et en plus pm et bill pas d'accord. Faudrait quelqu'un pour trancher. Je me demande s'ils ne sont pas tous les deux chez AF...
a écrit le 14/05/2012 à 22:50 :
Très bon article, à la fois très pointu et accessible. Je me suis toujours demandé pourquoi toutes ces compagnies appartenaient à des alliances. Maintenant je sais. Merci
a écrit le 14/05/2012 à 18:46 :
Le PDG d'AirFrance-KLM n'a t il pas déclaré: "dans le transport aérien, tout le monde discute tout le temps avec tout le monde"...
Quant aux "low costs", pourquoi s'intéresseraient elles à ces alliances ? Le pré/post acheminement d'un long courrier est gratuit, ou à peu près, sur les lignes classiques. On ne voit donc pas l'intérêt qu'aurait un client à segmenter son voyage pour emprunter une ligne point à point; ce qui lui coûterait plus cher, et ne serait pas exempt de problèmes potentiels. Donc les low costs ayant leur clientèle, qu'est ce que la proximité des "classiques" leur apporterait ?
Bien sûr des "voisinages" (cf Easyjet) sur CDG2 peuvent amener à penser qu'ils deviennent très "proches" d'Air France. Mais, dans ce cas là, quel serait l'intérêt d'Air France de conserver des lignes court courrier, qu'elle a du mal à rentabiliser ?
Réponse de le 14/05/2012 à 21:17 :
@pm très curieux cette référence par les temps qui courent -) Quant aux low-cost et leur intérêt pour des alliances? tout simplement pour remplir les avions qui arrivaient en masse dans leur flotte. Quant aux alliances, elles savent très bien que dans certaines régions, il n'y a comme possibilité d'alliances, que les low-cost. Votre référence suprême a dit dans le passé que les barrières s'effondraient. S'il a dit, cela doit être vrai, non? -)
Réponse de le 14/05/2012 à 23:43 :
Bon article, c'est rare sur des sujets aussi complexes. Manque peut être un commentaire sur chaque alliance car entre les trois, toutes ne jouent pas dans la même catégorie.
Réponse de le 15/05/2012 à 6:24 :
Bonjour à tous,
Superbe travail de synthèse, clair et précis d'autant que l'enjeu qui s'annonce, la fusion, sera plus complexe à maitriser pour les compagnies et plus dangereux pour les clients. Une nouvelle ère s'engage dans le transport aérien. On en perçoit les prémices avec BA et Iberia ou TAM et LAN.
ML
Réponse de le 16/05/2012 à 2:20 :
Ah... bill ! A qui rien du transport aérien n'est étranger...
Juste une remarque quant aux alliances/low cost... AUCUNE n'est membre d'une alliance. Si donc vous pouviez nous éclairer pourquoi ???
Quant à votre remarque, il est effectivement étonnant que (y compris les bataves, réputés redoutables en affaires) les compagnies aériennes continuent à faire appel à des PDG qui ont 40 ans de transport aérien derrière eux, alors que VOUS seriez, à n'en pas douter, largement plus compétent...
Réponse de le 16/05/2012 à 13:20 :
@pm bon, sur le côté "je sais tout dans l'aérien", vous vous défendez plutôt bien vous aussi. Pourquoi pas de low-cost dans une alliance, une question de temps. On en reparlera plus tard avec Gol, Jeblue par exemple. Enfin, si toutes les compagnies font appel à des PDG qui ont 40 ans de transport aérien derrière eux, pourquoi Air France a t-il choisi un directeur de cabinet...-)...
Réponse de le 16/05/2012 à 23:16 :
Ben quand on voit le résultat d'AF (avant Juniac), on se demande à quoi çà sert d'avoir beaucoup d'expérience dans l'aérien...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :