Ryanair dans le collimateur du gouvernement français

 |   |  423  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour le ministre français des transports, Frédéric Cuvillier "ce n'est pas possible de toucher des subventions et de ne pas respecter la législation". Il abordera le sujet avec ses homologues européens à l'occasion d'une réunion au salon aéronautique du Bourget, en juin.

C'est extrêmment rare qu'un ministre des Transports charge Ryanair comme l'a fait Frédéric Cuvillier ce mardi matin devant les journalistes de l'AJPAE, l'association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace. Sans vraiment être citée, la compagnie irlandaise était au c?ur de ses propos. Droit social, traitement des passagers, aides publiques, circuits financiers de ces aides, fiscalité, ...sur tous ces points, le ministre français des Transports veut être vigilant et mobilisé. Il abordera le sujet avec ses homologues européens à l'occasion d'une réunion au salon aéronautique du Bourget, en juin. "J'évoquerai la question des low-cost qui dérèglemente tout et partout", a-t-il déclaré.

Ravages

Pour lui, ces low-cost permettent seulement d'attirer qu'une nouvelle clientèle à bord des avions. « C'est leur seul intérêt ». A côté de cela, « elles font des ravages sociaux et économiques ». « Il convient de s'interroger sur l'architecture de tout cela (...). Il y a des règles qui doivent être appliquées. Des compagnies s'en affranchissent volontairement. Il faut être mobilisé pour demander l'application du droit social (...) et faire respecter les lois (...). Ce sont d'ailleurs souvent les mêmes compagnies qui demandent des subventions et qui contournent les règles. Ce n'est pas possible d'avoir des subventions et de ne pas respecter la législation », a-t-il déclaré. Accusé par des syndicats, des organisations patronales mais aussi l'Urssaf et Pôle Emploi d'entrave au droit social français pour son personnel basé Marseille entre 2007 et 2010, Ryanair va devoir s'expliquer jeudi et vendredi à l'occasion de son procès en correctionnelle à Aix-en-Provence pour travail dissimulé (lire ici, tous les éléments du dossier avec le point de vue de toutes les parties).

Naufragés du ciel

Interrogé par ailleurs sur les circuits financiers de ces aides, Frédéric Cuvillier a précisé que « le plan de lutte contre la fraude constitue une priorité du gouvernement » et « que le transport en faisait partie ». Concernant les subventions publiques qu'accordent un certain nombre de régions à Ryanair, Frédéric Cuvillier a rappelé qu'il y a avait un contentieux européen en cours. S'il comprend les « territoires qui mobilisent des moyens publics », ceci « n'est pas une solution » si par ricochet cela déstabilise d'autres acteurs. Frédéric Cuvillier a même conseillé les passagers de faire attention. « Pendant les épisodes neigeux, j'ai vu comment les passagers sont traités. Je le dis aux gens. Faites attention. Vous êtes livrés à vous-même », a-t-il en parlant de « naufragés du ciel ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2013 à 4:50 :
cette boite est la honte d Europe libérale a lire
sur les conditions d esclavage.
http://www.apna.asso.fr/spip.php?article235

http://verite-lowcost.com/
un livre a lire chez altipress
http://www.altipresse.com/catalogue.html
a écrit le 30/05/2013 à 16:21 :
a lire ce livre sur les conditions de travail chez rayanair paru hier chez altipress 19 euros
http://portail-aviation.blogspot.fr/2013/05/livre-choc-ryanair-revelations-dun.html?spref=fb
a écrit le 29/05/2013 à 10:32 :
Quand on sait que la filiale de rayanair ,perçoit des subventions indue via AMS une filiale située dans un paradis fiscal à l'ile de man...
Réponse de le 29/05/2013 à 20:43 :
C'est qui rayanair?

Moi je connais la compagnie Ryanair, mais pas encore rayanair peut être une nouvelle venue?
a écrit le 29/05/2013 à 9:20 :
Les low cost, malgré tous leurs défauts, obligent les compagnies traditionnelles, qui étaient souvent en situation de monopole et pratiquaient des tarifs disproportionnés (cf Air France), de se remettre en question et d'ajuster leurs tarifs au plus grand profit des consommateurs ; Les low cost permettent l'accès au voyage de loisir pour les classes moyennes et pour les jeunes, mais aussi facilitent la mobilité professionnelle. Ryanair ou Easy-jet n'ont jamais obligé les collectivités locales à adhérer à leur projet. Il faut donc supposer que les collectivités locales qui les accueillent y trouvent leur compte. En général, lorsque la compagnie Ryanair est chassée d'une plate forme, on s'empresse de rechercher une autre low cost pour la remplacer...
a écrit le 29/05/2013 à 8:58 :
voir le reportage sur la cuisine de ryanair...http://www.verite-lowcost.com/
a écrit le 29/05/2013 à 8:32 :
Cela fait plus de 10 ans que c'est un scandale, il serait temps d'y mettre fin !
a écrit le 28/05/2013 à 22:56 :
C'est sur que quant on connait l'efficacité du gounvernement actuel, il ne doivent plus dormir chez Ryanair
Réponse de le 29/05/2013 à 10:36 :
et du précédent ....vous avez la mémoire courte
Réponse de le 29/05/2013 à 11:22 :
Vous avez raison. Reconnaissez toutefois que dans l'actuel, nous avons quelques champions du monde...
a écrit le 28/05/2013 à 22:10 :
Utilisateur régulier de la ligne Brest-Marseille, je peux affirmer deux choses. Difficile pour un aéroport régional de se passer d'une compagnie qui assure des liaisons province-province qui n'intéressent pas d'autres sociétés. 1h30 de vol (9h00 en train et plus en voiture), billets parfois à moins de 90 euros a/r (faites le calcul avec les autres moyens de transport...), peu de retard, Check-in en ligne et impression des billets à la maison. Simple, rapide, économique, efficace!
Réponse de le 29/05/2013 à 1:12 :
... et si on intègre le coût des subventions des collectivités, ça rajoute combien par passager ???
a écrit le 28/05/2013 à 20:12 :
Et lorsque Air France s'est fait condamner en avril 2012 pour travail dissimulé chez sa filière City Jet, les politicars étaient bcp moins prolixes.
a écrit le 28/05/2013 à 19:27 :
De toute façon avec cette météo..pas envie de faire le consommateur touriste de week- end de se retrouver coincé dans un aéroport miteux avec une compagnie pleines de puces..Vive la marche ..et le canoé !! hugh!

a écrit le 28/05/2013 à 18:32 :
Il n'y a pas plus libéral que le PDG de Ryanair .Celui ci non content de critiquer la France dit ne pas vouloir acheter Airbus car ils n'ont pas assez faim (sic) .Lui c'est simple pas de subventions pas de présence de Ryanair .On ne peut pas vanter le libéralisme d'un coté et vouloir des aides d'états .Bravo à Pau et à Angoulème qui ont refusé ce chantage
Réponse de le 28/05/2013 à 23:11 :
Il ne s'agit pas d'aide de l'état ou de collectivités locales, mais de l'achat de service public. Demandez donc à Véolia. Il y a deux poids deux mesures, une véritable injustice.
a écrit le 28/05/2013 à 18:07 :
De toutes façons nous sommes tous dans le collimateur du gouvernement français !
a écrit le 28/05/2013 à 17:17 :
Comme d'habitude, les autorités françaises font preuve de myopie stratégique avancée. Les Ryanair et autres low-cost sont des bétaillères volantes nécessaires dans un pays habitué à vivre au dessus de ses moyens, qui est maintenant en récession et en voie de paupérisation. Comme pour l'optimisation fiscale, si les subventions existent et sont légales, Ryanair aurait bien tort de se pincer le nez. Même tabac pour les emplois: un job chez Ryanair c'est mieux que les contes de fées de Pole Emploi
a écrit le 28/05/2013 à 16:10 :
Ryanair est une compagnie qui n'existe que grâce aux différentes subventions soutirées aux conseils régionaux. Enlevons ces aides et laissons-les faire de la concurrence loyale.
Réponse de le 28/05/2013 à 18:54 :
+ 1
Total ok avec toi!
Concurrence saine sans argent public!
Réponse de le 28/05/2013 à 19:09 :
C'est comme Air France qui reçoit des subventions directe et indirecte de l'Etat.
Réponse de le 28/05/2013 à 23:39 :
Et air france embauche francais, achete aussi francais, alimente les caisses de retraites francaises, les assurances maladies francaises, paye ses impots en france ..... Vous en voules d avantage ????
a écrit le 28/05/2013 à 15:33 :
Est-ce le début de la conquête de la Gaule par Jules César?
a écrit le 28/05/2013 à 15:29 :
ENFIN une bonne nouvelle dans ce monde de brutes... peut etre allons nous luter a armes egales !
a écrit le 28/05/2013 à 15:00 :
Ni AF ni Ryanair mais Easy Jet dirigée par une femme d'envergure ! Je voyage régulièrement vers Londres depuis un aéroport franco-suisse où AF n'est même pas fichue d'offrir une liaison sinon avec escale à...Roissy.
Réponse de le 28/05/2013 à 15:20 :
Je prends régulierement l'avion depuis cet aéroport franco-suisse dont vous parlez je crois (il n'y en a qu'un...) et a destination de Londres, et tres franchement meme British Airways a du mal a se faire un place entre easyjet et aussi Swiss Air qui propose des tarifs abordables avec arrivée au City Airport. Les passagers suisses prennent la plupart du temps Swiss (soutien a leur compagnie nationale), pas sur qu'Air France ait grand chose a gagner la bas (et pas sur que les passagers francais face comme leurs homologues suisses, meme a tarif équivalent).
Réponse de le 28/05/2013 à 15:44 :
De toutes façons pour AF il n'y a que Paris et encore Paris. Tous les voyageurs du Grand Est évitent à tout prix l'enfer de Roissy et se replient sur Zurich ou Frankfurt pour les longs courriers !
Réponse de le 29/05/2013 à 10:43 :
Renseignez-vous sur la place occupée en terme de passagers par CDG, certes tout n'est pas parfait mais en terme d'offre il y a un sacré choix !!
a écrit le 28/05/2013 à 14:30 :
encore une fois les socialistes s'occupent de quelque chose qui marche.Les plate-formes qui accueillent ces compagnies n'auront plus qu'à licencier;!!!! Il est grand temps que les élus socialistes prennent des cours du soir d'économie et que Hollande les convertissent à la social-démocratie
Réponse de le 28/05/2013 à 15:49 :
Ici, on ne parle plus de social-démocratie mais d'ultralibéralisme. Où voyez-vous du social chez Ryanair ? Ca marche car vous êtes content de payer votre billet moins chère sur le dos du contribuable (subventions). Ils est là votre socialisme.
Réponse de le 28/05/2013 à 23:10 :
bravo Toto !
a écrit le 28/05/2013 à 14:24 :
L'avenir en France après le matraquage fiscal Hollande c'est le low cost...Si on appauvrit les gens, automatiquement ils vont vers le low cost. Qui peut encore passer à côté ?
Réponse de le 28/05/2013 à 15:16 :
Donc le low cost a seulement commencé depuis un an... c'est vrai avant les gens ne prenaient jamais easyjet... décidément tout est bon pour critiquer le gouvernement. La pluie aujourd'hui, c'est aussi Hollande?
Réponse de le 28/05/2013 à 15:54 :
Dixit Mr Canteloup, les nappes phréatique n'ont jamais été aussi haute que sous Hollande. Grâce à lui ça flotte tout flotte ;-)
a écrit le 28/05/2013 à 14:06 :
Et si on SUPPRIMAIT TOUTES les aides, subventions , primes de toutes sortes pour ne plus ponctionner le FRUIT DU TRAVAIL .De combien augmenterait le pouvoir d'achat de ceux qui travaillent ? Ces travailleurs pourraient se payer leur loisirs SANS PASSER par des ROND - de CUIR qui pratiquent la REDISTRIBUTION et le NEPOTISME .......
a écrit le 28/05/2013 à 14:01 :
MOINS DE POLLUTION egal economie 'peu etre meilleur sante )
a écrit le 28/05/2013 à 13:56 :
Que dire des passagers d'AirFrance qui sont pris en otage par les syndicats à chaque départ en vacance. C'est au point que la plupart des agences de voyage conseillent d'éviter la compagnie française. N'est-ce pas elle qui fait le lit des compagnies low-cost?
Cette sortie gouvernementale rappelle le faux procès fait à Free (-0,3% de l'indice de prix 2012, +0,3% d'augmentation du pouvoir d'achat des français), le faux procès fait à tous les entrepreneurs qui reussissent en accroissant leur productivité et en baissant leur prix. Le gouvernement ne cherche qu'à briser la concurrence et protéger les monopoles inefficaces au détriment du pouvoir d'achat des français : ne fustige-t-il pas : "attirer une nouvelle clientèle à bord des avions", autrement dit offrir aux français qui ont peu de moyens la possibilité de voyager en avion, offrir aux français une augmentation de leur pouvoir d'achat.
Réponse de le 29/05/2013 à 0:41 :
@pouvoirdachat: ne pas tout confondre: les agences de voyage déconseillent les compagnies qui ne leur versent plus de commission sur le prix du billet, dont Air France :-)
Réponse de le 29/05/2013 à 13:35 :
faut se mettre à jour, il n'y a plus de commissions depuis près de 10 ans...-)
a écrit le 28/05/2013 à 13:50 :
On connait la suite . La porte se ferme pour les lowcoast et Air France prend la place et augmente les prix . Combien de compagnies régionales ont coulé dans le même contexte .
Laissez donc vivre ces compagnies que tout le monde puisse se payer un peu d'évasion.
Réponse de le 28/05/2013 à 14:05 :
Ce n'est pas le même problème. Les compagnies régionales ont coulés en raison de leur difficulté à atteindre une taille critique leur permettant d'équilibrer leurs comptes. Nul doute que si elles avaient été capables de regrouper entre elles leurs fonctions supports, elles s'en seraient sorties. Seulement voilà, l'individualisme à la française a encore frappé, et comme la plupart des entreprises, la peur (du changement) et l'ego des dirigeants font qu'ils est pratiquement impossible de construire des plates formes communes à plusieurs entreprises. Pourtant, c'est certainement une solution d'avenir...
Réponse de le 28/05/2013 à 14:17 :
Au delà de votre orthographe (assez révélatrice) du phénomène, il serait bon que vous poussiez un rien plus loin votre analyse. La "mondialisation" a été gérée par le capitalisme pour optimiser (augmenter...) ses marges. On a commencé par délocaliser en Asie du Sud Est (dans les conditions sociales connues); maintenant, les entreprises (sans vergogne) importent le modèle: "on casse tout": le personnel, les cotisations sociales, la fiscalité,... au bénéfice de qui ? Sauf a être détenteur d'une importante part du capital de ces compagnies (valorisées plusieurs fois leur... C.A. !!!), regardez bien l'avenir que ce modèle (vous) prépare. Pour rappel, des études (parlementaires ?) ont indiqué que sans ces "subventions déguisées" (allez en parler à Pau, à Angoulême, à...) Ryanair serait en déficit; assez parlant, non ? Mais peut être je m'égare; peut être que votre credo est "que la masse paie, pour mon seul bénéfice"...
Réponse de le 28/05/2013 à 14:38 :
@ROANPAOLO : low cost (bas coût) et non low coast (basse côte)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :