Comment dissuader les Français d'aller au travail avec leur voiture ?

 |  | 480 mots
Lecture 2 min.
73% des trajets domicile/travail se fait en voiture. REUTERS
73% des trajets domicile/travail se fait en voiture. REUTERS
La septième édition de de la journée des transports en commun a choisi comme thématique les trajets domicile-travail. Ils sont effectués dans 73% des cas en voiture particulière.

« Arrêtez de prendre votre voiture particulière pour aller travailler. Prenez les transports collectifs. Essayez-les et vous les adopterez ». Telle est en substance le message de la septième édition de la journée du transport public qui se déroulera mercredi 18 septembre dans toute la France dans le but d'inciter les gens à utiliser le bus, le métro, le tramway, l'autocar ou même les services publics de location de vélo.

>> Lire aussi : Aller à l'école en vélo ou en bus, un acte civique qui réduit...les bouchons

L'hégémonie de la voiture

Selon des statistiques publiées en 2010 par le commissariat général au plan, un déplacement sur quatre est un déplacement un trajet domicile-travail, et 73% des Français se rendent au travail en voiture, 4,2% en deux-roues, 7,9% à pied, et 15% seulement utilisent les transports en commun. «En termes d'intérêt général, de sécurité routière, d'économies pour les salariés et les entreprises, écologique, les enjeux sont importants, expliquait mercredi lors d'un point presse au Sénat Jean-Pierre Farandou, le président du GIE Objectif transport public en charge de cet évènement et également PDG de Keolis. Et de lister « le stress, les embouteillages, les difficultés pour trouver une place de stationnement, les retards les accidents, la pollution, la fatigue, les accidents… ».

La voiture trois fois plus coûteuse

Dans le détail, 15,8% des accidents mortels de la route concernent des conducteurs se rendant à leur travail ou effectuant une mission professionnelle, selon le bilan annuel de l'Observatoire interministériel de la sécurité routière de 2010, et près de 2/3 des accidents du travail sont des accidents mortels de la circulation. Concernant le côté financier, le coût du trajet moyen domicile-travail (il est de 11 kilomètres) s'élève à 3 euros pour une voiture et 0,86 centimes en transport collectif. Pour les entreprises, la facture est également élevée. Le coût de la création d'une place de parking en surface s'élève entre 1.500 et 2.500 euros d'investissement.

Six millions de salariés seraient susceptibles de basculer

Selon Jean-Pierre Farandou, qui cite une étude du Commissariat du développement durable, six millions de salariés sont concernés par la capacité de passer de la voiture particulière au transport collectif. « Il n'y a pas plus intelligent », renchérit Bernard Soulage, vice-président de la région Rhône-Alpes qui représentait le GART (groupement des autorités responsables de transport). « Il faut 52 minutes pour faire 9 kilomètres le matin pour accéder à Grenoble après le péage », déplore-t-il.

 Pour autant, les acteurs du transport collectif ont bien conscience qu'ils ne doivent pas décevoir. Pour cette journée du transport public, une campagne de publicité sera lancée. Des offres spéciales sont prévues partout en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 1:11 :
Qui a fait le calcul avec 3 euros/11 km? Pour une voiture c'est plutot 1.6 euros pour un aller retour de 11km, donc 32 euros par mois. En comparaison c'est 3 euros moins cher que le bus, plus comfortable, 3 fois plus rapide et beaucoup plus flexible. Je gagne un heure par jour qui n'est pas negligeable.

Pourqoi un trajet de train de 50 km coute 11 euros et le meme trajet en voiture + peage coute moins que ca? Je sais que on ne va pas voir des abaissements des prix, peut etre on va payer l'etat pour pouvoir utiliser notre voiture. On va dans cette direction; j'ai entendu un mec au radio ajourd'hui qui disait qu'on doit introduire un peage urbaine pour forcer les gens d'utiliser les bus. Vraiment une bonne idee (sic).
a écrit le 13/09/2013 à 18:18 :
c'est clair, avec les augmentations d'impôts et taxes plutôt que la baisse de la mauvaise dépense publique, l'état produit 12 000 chomeurs de plus par mois, donc ça contribue à faire baisser la polution, duflot doit surement s'en réjouir !
a écrit le 13/09/2013 à 16:38 :
Quand il y a un réseau dense et accessible (Paris et RP) et qu'il fonctionne, il faut voir dans quel état vous arrivez au boulot : vous arrivez chez vos clients en costar-cravate mais avec l'odeur des transports, plus votre propre transpiration (et celle des autres) ! Moralité : si vous voyagez business, prenez votre voiture climatisée ... et voilà pourquoi il y a tant d'embouteillage sur Paris.
a écrit le 13/09/2013 à 15:29 :
Une solution: Faire comme à la Havane. A chaque arrêt de bus, un employé du comité de quartier arrête les (rares) voitures où le conducteur est seul pour qu'il remplisse son véhicule avec des personnes attendant les transports en commun. il a obligation de prendre ces usagers. Peut-être une solution au covoiturage!!!
a écrit le 13/09/2013 à 12:47 :
Il faudrait cesser de se poser des questions idiotes alors que la réponse est évidente. Mis à part les Parisiens qui disposent d'un réseau très dense et qui devraient vraiment laisser leur voiture chez eux, encore qu'ils sont souvent confrontés à des grèves souvent injustifiées de la SNCF ou de la RATP, dans pratiquement toutes les régions, aussitôt que l'on est éloigné de la ville principale on doit avoir une voiture par personne car il n'y a quasiment rien pour se déplacer de manière confortable. Si vous habitez dans l'agglomération marseillaise ou Toulousaine, les transports mis à disposition sont insuffisants et souvent à des horaires peu pratiques et aussi à des prix assez dissuasifs. Développer le covoiture dans ces zones est une solution mais il faudrait surtout que politique arrête de "bavarder" et qu'il se mette au travail en investissant de manière intelligente et non "tape à l??il". Et comme l'écrivent certains internautes ci dessous, le télétravail est une solution à organiser aussi intelligemment car être seul chez soi peut devenir un problème.
a écrit le 13/09/2013 à 10:25 :
Il est bien votre titre. Cela prouve au moins que l'on commence à se poser la question de la stupidité du mode de vie de la plupart d'entre nous. Vers quoi roule-t-on ?
a écrit le 13/09/2013 à 9:13 :
Certains commentateurs se demandent pourquoi leurs "manageures" sont réticents à leur permettre de passer au télétravail ? Demandez-vous plutôt à quoi ils servent hormis vous contrôler ?
a écrit le 13/09/2013 à 8:08 :
D'inventer le travail à domicile ? non je plaisante, j'ai un fils il habite la campagne, horaires
non réguliers, une femme qui travaille à l'opposé de lui . Comment faire ? Rester chez
eux, RSA, allocs, plus d'impôts (IR, Mutuelle santé, TX habitation etc)Il faut être un politique
pour faire ce genre de calcul, ceux qui prennent leurs voitures pour aller bosser, ne le
font pas (tous) de leurs plein grés ! !
a écrit le 13/09/2013 à 8:07 :
Le vélo est une solution alternative aux transports communs comme nos voisins du nord. Le gouvernement devait étudier une aide sur ce sujet pour inciter. Où en est-on?
a écrit le 12/09/2013 à 22:15 :
...qu'ils prennent des transports en commun!
La bonne blague, pour ceux qui ne sont pas dans Paris..
Cela fait 40 voire 50 ans que les transports en commun ont été petit à petit démantelés, réduits en fréquence, etc.. pour faire la part belle "à la bagnole". L'urbanisme de ces dernières années le prouve par ses stygmates. Rocades, rond points, bretelles diverses et zonings périphériques... Il suffit pour cela de lire les réglementations type PLU pour mesurer le décalage entre les intentions affichées aujourd'hui et la réalité des structures politiques et réglementaires toujours en place depuis les 60's...
On n'est pas sorti du bois!
a écrit le 12/09/2013 à 21:28 :
Ce qui est sûr ,c'est qu'en cas de flambée des prix du pétrole (liée par exemple à une intervention au Moyen Orient) ,l'attitude la plus INTELLIGENTE sera d'être à deux voire trois dans chaque voiture au lieu de 1,2 (moyenne donnée ). Une large palette pourrait être déployée mais rapidement car en cas de crise énergétique majeure de type choc pétrolier de 1973 ( télétravail,modification des horaires,maisons du travail dans les quartiers,...)Évidemment les transports en commun ont leur mot à dire mais seraient rapidement "sous la table" faute de moyen humains et matériel à moins d'une plus grande répartition des heures de travail.Un grand travail de REFLEXION et d'ANTICIPATION devrait être de lancé !
a écrit le 12/09/2013 à 21:05 :
j ai pas de transport en commun a 4h30 du matin qui me dépose a mon travail !donc je fais quoi avec mes 22 kilomètres ? a vélo?
a écrit le 12/09/2013 à 20:12 :
Les banlieusards devraient être transportes en camions militaires.. Bâchées l?été et découverts l'hiver... Et puis si les entreprises emménageaient des dortoirs et les nourrissaient avec des rations de survies beaucoup de problèmes seraient resolus
a écrit le 12/09/2013 à 19:59 :
Réponse : En faisant pression sur les entreprises pour imposer un minimum d'employés en télétravail N jours par semaine. C'est simple, rapide, sans surcoût et à effet garanti. On sait qu'une baisse de 10% du nombre de véhicules à Paris fait passer de l'engorgement à la fluidité. La question posée n'est pas la bonne. Il ne fait as dissuader d'aller au travail en voiture, il faut dissuader les déplacements de toutes natures.
a écrit le 12/09/2013 à 19:13 :
J'aimerai bien prendre les transports en commun pour aller au travail mais malheureusement j'habite en région parisienne et ces fainéants de la RATP font commencer leur service de bus le dimanche plus tard que le reste de la semaine. Comme il n'y aucun bus qui circule tôt le dimanche matin pour me rendre à la gare de la ligne C que je pourrais potentiellement emprunter pour me rendre au boulot je suis obligé de prendre ma voiture. En plus étant donné que l'on met plus de temps en général dans les transports en commun qu'en voiture et qu'il y a souvent des trains supprimés il serait judicieux d'installer des toilettes dans les gares quitte à les réserver aux détenteurs de passe NAVIGO. Cette mesure inciterait peut-être davantage de gens à prendre les transports en commun.
a écrit le 12/09/2013 à 19:10 :
La Gare de Massy RER/TGV/SNCF et ses environs, rénovés récemment, sont des symboles
anti-voitures, anti solutions...
Avant (il y 3 ans) : 400 à 600 places gratuites autour des 3 gares , des espaces larges déposes minutes devant les 3 gares, espaces insuffsants pour les bus
Maintenant : des zones bleues ou vertes limitant le stationnement à 1h30 ou 1/2 jour (pratique quand vous allez à Paris pour la journée !!!???), 1 parking payant de 400 places côté Massy Vilmorin, 1 parking construit sur la route à la va vite en face de l'Hôtel Mercure Gare TGV....pas de place pour les visiteurs des nouveaux buildings business alentours, dont la centrale d'achats de Carrefour !! Zéro place de dépose minute au pied de la nouvelle passerelle RER B côté gare TGV, 2 places dépose minute côté passerelle Vilmorin. Bref, c'est la cata si on veut faire une approche en voiture vers la 2ème gare de banlieue en trafic de l'IDF.Seul progrès : 2 gares d'accès pour les bus. A méditer....
a écrit le 12/09/2013 à 19:06 :
Mr les ministres supers compétents, prennez le vélo avant de lancer une ànerie toute les minutes !!! Donnez l' exemple, plus de chauffeur pour Mr et Mme , plus de voitures de fonction, Prennez le train et le métro AUX HEURES DE POINTE comme les vrais travailleurs !!! Nous vous regardons à la télé , à l' assemblée nationale, ou vous dormez, ou jouer sans cesse avec vos portables et tablettes, et toujours en train de rire entre vous sur le dos des citoyens qui bossent durs, et ont vous ramènent chez vous EN VOITURE AVEC CHAUFFUER , car vous êtes trop fatigués pour conduire vous même, PAUVRE FRANCE vivement 2014
a écrit le 12/09/2013 à 18:43 :
Rétablir un espace fumeur dans les TGV, les corails, les trains de banlieues, les quais de gare. Je ne fume pas mais beaucoup de mon entourage se plaignent de ce fascisme anti-fumeur et ne prennent donc pas les transports en commun même s'ils en ont la possibilité. Sinon on n'a qu'à arrêter de vendre du tabac , le premier à se plaindre sera l'Etat.
a écrit le 12/09/2013 à 18:37 :
Ne plus prendre sa voiture, pour aller travailler, encore faut-il que les transports en commun existent, car prendre son vélo à 6 heures du matin en plein hiver, ce n'est pas le top ! En plus très peu d'aménagement de pistes cyclables en France . Pour les transports en commun, tels l'autocar , le bus et le tramay, les places assises sont réduites à des personnes mesurant 1m65 pas plus, aucune place pour les jambes. Quant au métro, il est toujours bondé aux heures de pointes. L'automobile est devenue indispensable pour aller bosser à l'heure. Une solution existe : peut-être le covoiturage. Quant à ces chers politiques, qu'il montre l'exemple, car il semble qu'ils ont leur chauffeurs personnels attendant dans leurs grosses berlines. Dissuader les français de prendre la voiture : donnez leur à chacun un carrosse et des chevaux.
Réponse de le 12/09/2013 à 18:51 :
Fais donc ce que je te dis, mais "SURTOUT", ne fais pas ce que "JE FAIS "!! point! Trop facile!
a écrit le 12/09/2013 à 18:33 :
Impossible , les français ne prennent pas la voiture pour le plaisir , ils habitent toujours de plus en plus loin de leur lieu de travail ,ou des écoles , a cause du prix des logements toujours aussi cher. Les prix a l'achat d'une maison est beaucoup moins cher loin des villes.
Réponse de le 12/09/2013 à 19:30 :
@ beber
dans le mille, ils en sont conscient mais les caisses sont vides pour développer le transport en commun . Et peut être pas la volonté....l' auto rapporte tellement .
a écrit le 12/09/2013 à 18:31 :
C'est bien un raisonnement de parigos suréquipées en transports collectifs.Comme si les gens étaient assez glands pour prendre leur voiture en lieu et place d'un transport en commun efficace.
a écrit le 12/09/2013 à 18:28 :
Décidément , les " commentateurs et autres " analystes " de " salon " ...ne comprennent décidément rien à RIEN. C'est parfait. Cela m'arrange.
a écrit le 12/09/2013 à 18:06 :
Tout cela est d'une simplicité navrante et ennuyeuse... Mais , je préfère laisser la parole et la recherche de solution aux "analystes de salon ".
Réponse de le 12/09/2013 à 18:54 :
vous faites bien.....! très bien même!!
a écrit le 12/09/2013 à 18:02 :
Montebourg à pense à la solution: le velosolex ! Bien suffisant pour les français au niveau de vie qui va continuer de baisser grâce à la fiscalité.
a écrit le 12/09/2013 à 17:54 :
Ce n'est pas à Marseille ou le réseau des transports en commun est sous développé qu'un salarié peut envisager de s'y rendre par le métro, le bus ou le tramway !

Surtout si les entreprises vont s'installer à la périphérie de la ville !

a écrit le 12/09/2013 à 17:36 :
Vous avez raison l industrie automobile française qui représente 10 % des emplois industriels ne sera pas touchée !!!!!
a écrit le 12/09/2013 à 17:10 :
Quand on habite en banlieue campagnarde, on fait comment ? Bien obligé! il n'y a pas assez de divers circuits de transports en commun, et encore à des heures de bureaux et autres...sinon....
Réponse de le 12/09/2013 à 22:33 :
+1
a écrit le 12/09/2013 à 17:00 :
Comment dissuader les Français d'aller au travail avec leur voiture ?
FAIRE DE MEILLEURS TRANSPORT EN COMMUNS ! (c est pas demain la veille)
a écrit le 12/09/2013 à 16:53 :
Personnellement je prends ma voiture car je gagne 1 h par jour par rapport au transport en commun. Et oui, 3 changements pour 8 kms: banlieue-banlieue c'est l'enfer! Et on plus, très onéreux: obligée de prendre une carte 3 zones. Quand on ajoute l'inconfort des transports en heure de pointe, pas de clim, l'attente sous la pluie ou en plein vent. Finalement j'ai choisi.Ceux qui nous font la leçon habitent Paris intra-muros et ont le métro (enfin ceux-là même ont des chauffeurs et des véhicules de fonctions). Mais le bus ou le RER c'et bcp moins marrant. Moi aussi, si je pouvais vivre dans Paris je me passerais de ma voiture!
a écrit le 12/09/2013 à 16:52 :
Une des façons, ce serait de revenir à l'ancien temps. On travaillait près de l'endroit où on habitait. Maintenant on envoie les gens à l'autre bout de la France, et comme les CV sont trop chers, tout le monde habite en banlieue. Ceux qui habitent les beaux quartiers ne travaillent pas ; le problème est réglé pour eux. Les petites boites ferment ou sont regroupées dans des zones industrialo-commerciales éloignées de tout, où les loyers ne sont pas trop chers ! Du coup, tout le monde est bien loin de son boulot. Et après on s'étonne que les gens prennent leur bagnole pour aller bosser... Ben voyons !
Réponse de le 12/09/2013 à 18:57 :
@ ben voyons c'est tout à fait cela ! et encore si on ne délocalise pas et qu'on veulle vous envoyer dans le nord, habitant le sud, ou mieux travailler en Pologne et autre...on marche sur la tête.....(veuille)
Réponse de le 12/09/2013 à 19:04 :
C'est un des buts des nouveaux éco-quartiers: reconcentrer les activités professionnelles, commerciales et domestiques. Mais on préfère communiquer sur les aspects "bo-bo": énergies dites "renouvelables", "la ville à la campagne" et autres fariboles...
a écrit le 12/09/2013 à 16:48 :
La vraie alternative à la voiture (en termes de rayon d'action et de rapidité), c'est le deux-roues à moteur. Les transports en commun, il n'y en a pas assez. Et le vélo, pour faire 30 kms tous les matins, pffff. En plus, le deux-roues à moteur, question fludité du trafic, c'est imbattable ! Une étude a montré que si seulement 10 % des automobilistes troquaient leur voiture contre une moto, ce serait 40 % d'embouteillages en moins. Et si ce taux grimpe à 25 %, c'est la fin des embouteillages !
Réponse de le 22/09/2013 à 20:22 :
Et en revanche, ce sera 500 % d'accidents de la voie publique en plus. Les anciens automobilistes pressés font de très mauvais motards. De plus, moto/scooter et horaires serrés font très mauvais ménage pour ce qui est de l'accidentologie.
a écrit le 12/09/2013 à 16:47 :
Il existe aussi le co-voiturage ( bien vérifié l'assurance).

Dans les grands groupes la mode est aussi aux "espaces de proximité" pour ceux qui bossent sur ordi.La direction recense le maximum de salariés habitants dans un secteur déterminé et loue ensuite des M2 pour y loger le personnel ce qui évite que celui-ci se tape 3 à 4 heures de transport avec tout le matos sur le dos ( d'ou le nom portable :) ).
Réponse de le 12/09/2013 à 17:59 :
Ne pas oublier que pour le co-voiturage l'état a interdit de compenser les frais de carburant. Donc cela impose des limites évidentes car la voiture de chacun n'est pas toujours disponible quand il le faudrait ou les gens déménagent ou changent de boulot (ou le perdent) etc. Que dire aussi de ceux qui n'ont pas de voiture et que quelqu'un est d'accord pour emmener? Bref, quand l'état s'en mêle c'est rarement pour simplifier quoi que ce soit. D'ailleurs vous relèverez que le co-voiturage ne l'intéresse pas sur le fond. Ce que l'état veut, c'est l'utilisation des transports en commun. Et "dissuader" les transports individuels. Point.
a écrit le 12/09/2013 à 16:47 :
Il suffit de partir de la réalité et non de vos chimères étatistes. Les gens choisissent dans l'ordre: 1. ce qui est la seule solution, 2. ce qui est la meilleure solution (maximisation de leur intérêt). Tout le monde ne veut pas vivre là où les politiques voudraient leur imposer de vivre, ni vivre comment ils voudraient leur imposer de vivre. Un exemple: la sécurité dans les transports. Elle est ramenée régulièrement à un "sentiment d'insécurité" plutôt que traitée comme telle par les mêmes qui ensuite ne retiendront pas ce critère discriminant dans leurs projections. Et on se garde bien de chiffrer le coût de ces problèmes. Pour le reste, ma part 1 est beaucoup plus importante que ce qu'il paraît. Il suffit d'avoir à faire quelque chose d'autre que d'aller au boulot dans sa journée (comme des courses, aller chercher ses enfants à l'école, passer discuter avec une administration de vive voix, aller chez le médecin, vivre...) pour ne pas avoir le choix du moyen de transport.
a écrit le 12/09/2013 à 16:44 :
Les transports en commun, c'est bien, à condition d'en avoir un en bas de chez soi et un autre pile à son bureau. Dans la vraie vie on en est loin. Du temps où je bossais en région parisienne, j'avais du bus, du train et du métro, avec changements, un peu de marche à pied et de l'attente. Et inutile de dire que le soir, en sens inverse, fallait pas louper l'heure ! Du coup, j'avais fini par troquer tout ça contre une moto et je ne m'en suis que mieux porté. Temps de transport divisé par deux !! Tant que nos politiques n'intègreront pas la moto (ou le scooter) dans leurs réflexions sur les plans de déplacements, ils n'auront droit qu'à une écoute polie de ma part, mais, en tout cas, certainement pas à mon vote. Beaucoup de pays voisins l'ont bien compris, comme beaucoup de travailleurs urbains (le parc du 2RM a pratiquement doublé en 10 ans). Mais ça, comme d'hab, chez nous, on a encore dix ans de retard. Quant au vélo, c'est certes très intéressant, mais son rayon d'action est limité, et les trajets sous la pluie pas très amusants !
a écrit le 12/09/2013 à 16:38 :
Ah... dissuader... par la taxe, la contrainte, le péage... le méchant automobiliste pollueur...
On pourrait aussi inciter non ? Par des transports de qualité par exemple. Et accessibles. Vous mettez des grands parking gratuits et gardés en périphérie de Paris, qui donnent sur des gares pas glauques, et tout le monde les utilisera. Aujourd'hui, c'est le contraire. Vous voulez aller à la gare de province qui est à 10 min en voiture pour rejoindre Paris en train, impossible de se garer à la gare. Et hooo, le parking municipal gratuit de la gare est désormais un Parking Vinci...
Réponse de le 12/09/2013 à 17:19 :
Ok avec vous. De plus ces parking sont pour la plupart déjà pleins. Et ceux qui ne le sont pas ne pourraient pas absorber une augmentation de plus de 2% des usagers. Donc belle paroles des politiques pour faire plaisir au vert, mais aucune visibilité et volonté concernant l'infrastructure necessaire pour atteindre les objectifs... Donc du politique inéficace dans toute sa splanceur...
a écrit le 12/09/2013 à 16:35 :
Les passagers se rendant à leur travail le matin et en revenant le soir sont entassés comme des bestiaux. Il faudrait déjà qu'il y ait plus de place disponible et également que les rames aient des compartiments pour les passagers utilisant leur vélo pour se rendre à la gare puis de la gare d'arrivée à leur travail. En outre se pose le problème de la distance à parcourir pour se rendre à son travail. Embaucher quelqu'un vivant à Marne la vallée pour travailler à La Défense est un non-sens total. Ne peut-on obliger ou intéresser les employeur à privilégier les embauches de proximité ?
a écrit le 12/09/2013 à 16:33 :
AUgmenter la part du transport en commun, ok, mais il va falloir aligner la monnaie !
Sachant que le transport urbain ou régional est pas mal subventionné (à Paris un trajet coûte 3 fois plus cher que ce que l'usager paye, le reste est compensé par la collectivité), cela signifie qu'il va falloir beaucoup d'argent.
Automobilistes, il va falloir passer à la caisse je pense...
a écrit le 12/09/2013 à 16:29 :
Les 'bonnes' idées viennent tjrs des têtes véhiculées avec chauffeur... Si les gens pouvaient se passer de voiture ils le feraient. Dans mon cas, les transports en commun pour aller au travail c'est un trajet de 1h30, contre 45mn en voiture... On paye la faible vision stratégique passée des élus avec un étalement urbain sans développement en parallèle de moyens de transport collectif ...
a écrit le 12/09/2013 à 16:26 :
Titre digne d?un Khmer Vert ; toujours parler contrainte : dissuader au lieu d?encourager.
La voiture rapporte énormément d?argent à l?état avec les taxes.
Les transports en commun sont un gouffre à subventions publiques.
Toute cette phraséologie pour essayer de culpabiliser le monde du travail.
Cette disjonction entre la réalité humaine et le microcosme politico-journalistique ne mène à rien de bon.
a écrit le 12/09/2013 à 16:21 :
faire payer le véhicule individuel à 2 ou 4 roues le vrai cout de son utilisation,
faire payer les parkings des entreprises
mettre en place des transports en communs
financer ces TC par un péage urbain
a écrit le 12/09/2013 à 16:18 :
Laisser L'administration continuer ainsi et bientot plus personne n'aura besoin d'aller au travail!!!
a écrit le 12/09/2013 à 16:13 :
Vu la qualité minable des transports en commun en Ile de France (et j'imagine que c'est pareil en province), je ne pense pas que ce soit une grande idée que de demander aux actuels automobilistes de nous rejoindre dans des rames bondés, en retard ou supprimés TOUS LES JOURS. J'ai mis jusqu'à 1h30 pour faire Poissy - La Défense en RER A, et 35 à 40 minutes en moyenne (pour 25 minutes annoncées...), cela sans problèmes particuliers : c'est juste la norme. Un conseil à nos amis automobilistes : ne nous rejoignez pas. La SNCF/RATP ne fait pas son travail et se fout de notre gueule quotidiennement.
a écrit le 12/09/2013 à 16:09 :
En voiture, le périmètre d'espace de vie est bien supérieur à celui des transports en commun, ou en heure pleine, l'entassement est insupportable. Personnellement j'ai choisi le deux roues plutot que l'entassement dans les transports ou la perte de temps en voiture dans les bouchons.
Pour répondre à la question comment faire prendre les transports à plus de monde, y a pas 36 solutions péage à l'entrée des grandes villes et taxation supplémentaire sur le diesel.
J'ai quand même du mal à comprendre cette perte de temps en voiture que les gens supportent, faut vraiment aimer perdre son temps.

Réponse de le 12/09/2013 à 16:42 :
C'est assez incompréhensible en effet. Les transports en commun sont tellement conviviaux comparés à la voiture. Tous les uns contre les autres, parfois avec un peu de chance on est collé par un "frotteur", sans oublier les microbes qu'on se partage et les odeurs de transpiration. Un bonheur pour les 5 sens.
a écrit le 12/09/2013 à 16:06 :
encore des problématique de bobos de la région parisienen
Beaucoup de salarié de province n'ont pas le choix n'en déplaise aux écolos
un petit exemple: le mien mais je pense qui est assez représentatif du salarié de banlieue d'une ville moyenne: distance domicile travail: 11km temps de trajet de 10 à 20mn selon la fluidité du périph. si je prends les transport en commun: 5 mn à pied + une heure de transport en commun aller! j'ai plus vite fait de faire le parcours en vélo (je l'ai fait j'en ai pour 40 mn mais pb il faut se changer en arrivant et parfois il pleut) j'aimerai bien savoir ce que l'écolo intelligent a à me proposer? je ne m'adresse pas évidemment à l'ayatollah du bilan carbone qui me dira que c'est bon pour ma santé et et que je n'ai qu'à me lever plus tôt mais passerait-il aux actes dans mon cas?!
Réponse de le 12/09/2013 à 16:38 :
+100
Réponse de le 12/09/2013 à 17:21 :
-1000... Y as pas que Paris comme agglo engorgee hein... Marseille? Bordeaux? Nantes? Tours??? Lyon???.... n est ce pas??? avant de poster des enormites on reflechit 5 min.....
Réponse de le 07/10/2013 à 11:01 :
Tu vois, ton texte avait l'air, très intéressant, mais trop de mots, j'ai mal a la tête... :)
a écrit le 12/09/2013 à 16:05 :
Dans certaines boites ,on est embauché que si on a une voiture , tout dépend de l'horaire de travail qui sera effectué , mais en règle générale pour un personnel en équipe ( 2X8, 3X8 etc..), pas de moyen de locomotion individuel = pas de contrat de travail.
a écrit le 12/09/2013 à 16:01 :
Au lieu de dire "Comment dissuader les Français d'aller au travail avec leur voiture ?", pourquoi ne pas essayer de donner des alternatives crédibles avec les moyens de transport en commun, notamment en province.
Des exemples : des transversales autours des agglomérations et pas le système français de l'étoile qui s'arrête aux périphériques. Ceci étant lié au fait que les agglomérations ne gérant égoïstement que le problème de leurs urbains et ne prennent pas en compte la banlieu des agglomérations de province.
Accepté les vélos électriques (pliables) des ces moyens de transports !
a écrit le 12/09/2013 à 15:56 :
Le travaille disparaissant lentement mais surement ainsi que les résidences secondaire , les français n'auront plus besoin de se déplacer , a part les vacances ... hehehe
a écrit le 12/09/2013 à 15:55 :
Incitons les salariés au télé travail, il y aura moins de voiture (pourquoi pas une niche fiscale :) . S'il suffit d'aller au bureau deux ou trois fois par mois, les transports en commun seront justifiés au détriment de la voiture.
Réponse de le 12/09/2013 à 16:16 :
"Incitons les salariés au télé travail".

Oui, mais avec un accord sur le télétravail comme chez Michelin ou Renault qui encadre le procédé ( matériel, connection internet, casque audio, télephone, accident de travail ,maladie etc..) et non en fonction des humeurs d'un petit chefaillon.
a écrit le 12/09/2013 à 15:50 :
-rembourser les kilomètres parcourus à vélo et interdire le remboursement des km des véhicules
-péage urbain
-limiter à 30 km/h les flux intramuros
-interdire l'accès gratuits aux parkings aux fonctionnaires
-mise en place de bus express
-de vraies brigades de nettoyage des rames
-obligation de ventilation correctes des rames
et plein d'autres bonnes idées !
Réponse de le 12/09/2013 à 16:42 :
C'est beau le monde BISOUNOURS des transport vu par vous, si vous avez plein d'autres
bonnes idées de ce style surtout n'hésitez pas à nous les communiquer
a écrit le 12/09/2013 à 15:48 :
Pour la région parisienne, le transport en commun est parfait ! Mais avec 30 mn entre chaque bus pour desservir 10 000 habitants à 10 km au Nord de Strasbourg, ce n'est pas évident, surtout l'hiver par -10°C... C'est facile de porter l'anathème sur les autres !
a écrit le 12/09/2013 à 15:34 :
et qui dénote d'une incompréhension totale de la réalité et d'un goût hypertrophié à vouloir tout régenter. Le problème n'est pas de dissuader les gens à prendre leur voiture, mais c'est plutôt de les inciter à prendre les transports en commun. La solution est simple (à exprimer) : Améliorer l'offre de transport en commun (et il y a du boulot !). Retenir l'idée de rendre les trajets en voiture encore pires, c'est faire du nivellement par le bas.
Pour encourager les gens à utiliser les transports en commun, il faut améliorer la qualité et la quantité des transports en commun. Dans certains cas, on part de tellement loin que ça ne devrait pas être si difficile que cela. Il faut juste en avoir envie. Au lieu de cela, l'envie affichée, c'est de pourrir la vie des automobilistes pour les dissuader. On n'est pas sortis de l'auberge dans ce pays de schtroumpfs !
a écrit le 12/09/2013 à 15:24 :
Les transports en commun puent l' été; à Lyon il n' y a pas de climatisation dans le métro, donc vive la voiture avec climatisation et autonomie. Ras le bol des transports en commun à réserver aux chômeurs et aux retraités pauvres.
Réponse de le 12/09/2013 à 16:25 :
ET AUX SOCIALISTES ET ECOLOGISTES
Réponse de le 12/09/2013 à 16:44 :
En fait ça ne sent plus depuis que tu es sorti de la rame ...
a écrit le 12/09/2013 à 15:23 :
Il semble que tous les commentaires sont unanimes.reste maintenant à nos politiques
à se poser les bonnes questions, s'ils en sont capables, et surtout sans laisser leur résonnement être polué (sans jeu de mot) par les écolos de tous bords.
a écrit le 12/09/2013 à 15:17 :
La voiture pollue. Les banlieusards pourraient prendre les transports en commun ou aller travailler en vélo. Moi par exemple je vais travailler en vélib, c'est tellement plus pratique, mise à part le manque de courtoisie des automobilistes.
Ce qu'il faut faire c'est restreindre au maximum les facilités accordées aux automobistes-pollueurs, par exemples en leur faisant payer l'entrée dans Paris et en transformant les places de parking en potagers ou en "piétonnisant" l'hyper-centre de Paris pour que les parisien-ne-s puissent se réapproprier l'espace urbain.
Réponse de le 12/09/2013 à 16:29 :
J?ai une meilleure idée : interdire le travail qui dérange les parisiens. Revenir à la ville fortifiée du Moyen-Age.
Au fait, où habitez-vous et où travaillez-vous ? Quel âge ?
Réponse de le 12/09/2013 à 16:54 :
ahahaha j'ai bien ri!! j'espère que c'est vraiment un troll
Réponse de le 12/09/2013 à 17:00 :
"Les banlieusards pourraient prendre les transports en commun" , c'est déjà la cas pour bcp des "banlieusards", par contre les parisiens pourraient éviter le vélo car ils sont vraiment dangereux et si possible se rendre à pied au boulot pour laisser les transports en commun aux banlieusards.
Réponse de le 12/09/2013 à 17:15 :
Oui c'était un troll pour le coup mais je vous assure que toutes ces réflexions je les ai déjà entendu en vrai.
a écrit le 12/09/2013 à 15:04 :
Pour moi, c'est tout simple : 1h45 de bus tram et marche, 15 mn d'autoroute en voiture. En fait, je suis volontaire pour effectuer mon boulot (assistance à utilisation de logiciels) en "télétravail". Mais l'administration française n'évolue pas facilement. Je trouve bien dommage que ce mode de travail n'est pas plus exploité par les services publics qui devraient être des modèles. Aujourd'hui, on pratique le télétravail à partir de notre bureau et par internet. C'est quand même un peu fort alors que la technologie le permet. Il suffit d'imaginer tous les bienfaits que cela apporterait : beaucoup moins de transports longs et réguliers et donc moins de pollution, moins de frais et donc plus de pouvoir d'achat, plus de consommation, plus de croissance, moins de maladies liées au stress, plus d'efficacité. L'état n'aurait plus d'immeubles à gérer au quotidien (charges, entretien, etc...). Tout au plus, la location d'un espace pour une réunion hebdomadaire ou mensuel. J'en passe et des bien meilleures.
Réponse de le 12/09/2013 à 17:01 :
Le souci: en france on ne fait pas confiance aux salariés. Les patrons veulent avoir "un oeil"sur leur collaborateurs. Travail à la maison est souvent associé à paresse ou "tire au flanc"
Réponse de le 16/09/2013 à 13:08 :
C'est vrai! Mais il existe un tas de moyens techniques même pas couteux pour s'assurer que l'employé est bien au travail. C'est déjà le cas au bureau. Et puis, personne n'est à l'abri d'un licenciement pour insuffisance professionnelle. C'est juste qu'il faut une volonté gouvernementale pour imposer ce mode de travail et c'est pour cela que j'ai proposé de le faire dans les administrations en priorité. Actuellement, la dématérialisation des documents gagne du terrain et il devient de plus en plus inutile de se déplacer à un endroit donné pour travailler. Cela me pousse aussi à dire que nous avons les écolos les plus incompétents de la terre. Ils limitent leur idéologie à la pression fiscale.
a écrit le 12/09/2013 à 15:04 :
Eviter de construire de grosses métropoles centralisées. La possibilité pour les travailleurs d'accéder à un logement agréable près de leur lieu de travail pour leur permettre d'y accéder à pied est l'idéal. Pour le reste, vous pouvez rajouter autant de transports en commun que vous le souhaitez, empiler un peu plus de clapiers humains, ça ne marchera jamais pour éviter l'emploi de la voiture.
a écrit le 12/09/2013 à 14:58 :
Pour m part j'ai vendu ma voiture il y a deux ans, et je prends un bout de métro + une bavette de mon entreprise. Durée 45 minutes, au lieu d'une durée variable de 40 minutes à 1h 30 selon le trafic.

Mais sans la navette, je devrais faire métro + métro + RER + bus et dans ce cas 1h20 minimum, avec tous les inconvénients des transports en commun parisien : retard, rames bondées, odeurs, jobi-joba, etc.
a écrit le 12/09/2013 à 14:54 :
Ils préfèrent passer 4 heures dans les bouchons plutot que de prendre le train. Et pourquoi? Parce que la bagnole est l' expression de leur virilité... Ils ont l'impression d'en avoir une grosse comme ca, pays de cake...
Réponse de le 12/09/2013 à 15:43 :
ce qui est sûr, c'est qu'il y en a qui ne sont pas touchés pas le problème d'une hypertrophie cérébrale quand on lit leur expression!!!!
Réponse de le 12/09/2013 à 15:51 :
Si 10% de ceux qui empruntent les transports en commun ou leur bagnole restaient bosser chez eux sur leur ordi et se déplacent au bureau un jour sur deux tout le monde y gagnerait .
Réponse de le 12/09/2013 à 17:35 :
Si ça vous dérange tant que cela de vivre dans un pays de "cake", il vous reste une
solution : le quitter. Une fois cela fait, ça nous évitera peut-être des commentaires
d'un tel niveau intéllectuel .
a écrit le 12/09/2013 à 14:52 :
Je vais ajouter aux reponses ci-dessous: il faut coupler regularite-disponibilite-efficacité des transports en commun et offre peu onereuse de parking tout en interdisant le centre ville au voiture. Prenons exemple sur la ville de Strasbourg (j y suis retourne il y a 2 ans maintenant) Vous avez un couple ticket de tram+parking tout a fait abordable, a l epoque 3 euro 40 pour LA JOURNEE, mieux encore si vous faite du co-voiturage et que par exemple vous etiez 4 dans le vehicule, le prix ne changeait pas le conducteur avait un ticket "maitre" et les passager des tickets simple.... On en revient a ma premiere asertion: cout bas, efficacite, regularite (le Tram passait toutes les 5 min aux stations)
Réponse de le 12/09/2013 à 18:06 :
Affectivement il y a trop de ratés dans l'offre de transport.
Un simple exemple pour aller de Marmande à Bordeaux le matin :8h15 puis après ça passe à 9h48 et toute la journée est dans ce genre d'absurdité.
http://www.voyages-sncf.com/services-train/fiches-horaires?hid=XDU
Sur les autoroutes il pourrait être créer (cela existe je crois sur l'A10 au sud de Paris) des parcs relais et une voie serait voie dédiée à un mode collectif comme un bus, un tram etc ou le co voiturage
Etonnant que personne dans cet échange ne signale pas le rôle néfaste de la SNCF à abandonner certaines lignes.
Bon courage travailleurs de toute la France
a écrit le 12/09/2013 à 14:48 :
Il fallait prévenir que c'était un article franco-francilien...
a écrit le 12/09/2013 à 14:35 :
Le gouvernement pourrait peut être taxer les entrées des voitures dans Paris ? , par exemple 2? l'entrée et augmenter les prix des parkings ! .... je pense que sa obligera les pauvres à prendre des transports en commun de pauvres (il n' y pas de honte), tandis que nous les riches pourront mieux rouler en Porsche Cayenne dans Paris (hybrid electrique je précise moi aussi je suis écolo) ahahahaha..... Je remercie sincèrement le gouvernement pour améliorer le quotidien des riches ! Et en plus c'est bien plus écologique
a écrit le 12/09/2013 à 14:34 :
Tiens ce matin je suis venu bosser en tram et ca fait un bail que je l'avais pas pris... je me suis souvenu pourquoi... En voiture je suis tranquile j'ecoute la musique que je veux j'ai la clim je suis a l'aise, je suis libre. La je suis monté dans une betaillere, j'ai transpiré sans bouger, et le chauffeur s'amusait a piler par accoups ou lieu de freiner en douceur (c'est tellement drole d'emmerder 200 personnes d'un coup pour son ptit plaisir). Sans parler de la crasse et du manque de fiabilité .... vos transports sovietiques degueu pourris vous pouvez vous les garder. Je prefere 100 fois les bouchons !
a écrit le 12/09/2013 à 14:27 :
mettre à disposition des transports en commun fiables, propres et géré par du personnel qui ne se met pas en grève pour un oui ou pour un non....bref tout ce que nous n'avons pas aujourd?hui en particulier s'agissant du RER B vers Mitry dont la dernière blague est de passer depuis début septembre toutes les rames en omnibus entre paris et Mitry, ce qui porte à 45mn lu durée moyenne de trajet depuis Paris avec jusqu'à 20 mn de retard cumulé en plus en fin de journée....
a écrit le 12/09/2013 à 14:27 :
Bah tout simplement les raquetant un peu plus en utilisant les portiques destinés à la taxe poids lourds, car c'est bien leur but final non avoué.
La bonne question à se poser serait plutôt : est-ce que les Français vont encore avoir envie d'aller travailler pour les rentiers de la république et les rastaquouères de tous horizons ?
a écrit le 12/09/2013 à 14:26 :
ils n'ont pas honte
suffit de voir le coté bondé peu confortable et trés longs des transports en commun
quand on ne se fait pas agresser comme dans le RER D par une bande d'individus aussitôt relachés par la justice de Taubira
a écrit le 12/09/2013 à 14:20 :
Pour l'Ile de France, le jour n'est, à mon avis, pas arrivé où la SNCF et la RATP seront fiables et respectueux de leurs clients. Quand ces entreprises auront pris conscience de leurs devoirs, ça sera peut être plus incitatif.
a écrit le 12/09/2013 à 14:17 :
la reponse est simple des transports surs, pratiques, propres, etc Tout le contraire de la politique des transports francaise depuis 20 ans don't le seul mot d'ordre est la gratuite. resultat des materiels en mauvais etat des gares sales avec des pb d'insecurite, etc
a écrit le 12/09/2013 à 14:09 :
Proposez des offres en phase avec les besoins des gens. Aujourd'hui, je mets 15 minutes pour aller travailler, en transport en commun, le temps mis est de 50 minutes avec bus - train - bus.
L'arbitrage est vite fait, d'autant que les horaires ne coïncident pas avec mes contraintes professionnelles. A cela s'ajoute que pour faire du banlieue à banlieue, il faut beaucoup de courage.
a écrit le 12/09/2013 à 14:08 :
qu'on adapte notre de travail avec les transports et la je pourrai en profiter mais malheureusement sur les plateforme téléphonique les horaires ne sont pas compatibles
a écrit le 12/09/2013 à 14:06 :
Comme beaucoup de franciliens j ai 4h de transport quotidien avec 4 changements
Voiture, Ter, RER B puis RER A
Les questions que je me pose tous les jours:
Pourquoi la Gare du Nord est aussi sale et puante ? Pourquoi la SNCF ne fait aucun effort pour avoir des installations propres avec des latrines gratuites et accessibles ? Pourquoi le RER est il aussi ignoble et dangereux ? Pourquoi la France et Paris sont ils incapables d offrir des infrastructures fiables, respectueuses des voyageurs, tout simplement agréables ?
Et surtout .... Pourquoi les managers et patrons ont ils autant peur de la généralisation rapide du télétravail ?
Blocage psychologue des uns, refus de voir la réalité pour les autres
Les automobilistes sont loins d être les seuls responsables
Quel dommage de vivre aussi mal en France
a écrit le 12/09/2013 à 14:05 :
Pour cette journée du transport public, une campagne de publicité sera lancée : grèves à répétition, retard sur les horaires, agents sncf ratp mal lunés, agressions verbales ou physiques, rames mal nettoyés aux odeurs nauséabondes... pas étonnant que 15% seulement utilisent les transports en commun...
a écrit le 12/09/2013 à 14:03 :
La véritable innovation pour ne pas dire révolution serait qu'une partie des salariés ne se déplace pas tous les jours sur leur lieu de travail .Du million d'usagers de la ligne A du RER combien travaillent dans des bureaux devant un écran alors qu'ils pourraient le faire de leur domicile et ne venir au bureau qu'un jour sur deux par exemple. Moins de circulation , moins de temps passé dans les transports , moins de fatigue, moins de pollution et au final un gain économique .Renault y avait songé il y a quelques années et y voyait là le moyen de faire des économies en surfaces des bureaux et en loyers .
a écrit le 12/09/2013 à 13:49 :
Le chômage résoudra ce problème... Faites leur confiance
a écrit le 12/09/2013 à 13:41 :
Trois fois moins bondée, trois fois moins en retard, trois fois moins en grève et trois fois plus près... avec trois fois moins de grossièretés !
a écrit le 12/09/2013 à 13:41 :
En terme de francilien, qui n'a jamais pris sur une semaine et aller-retour le RER A puis le RER B et un bout de navette bus ne peut comprendre. J'ose supposer que les Lyonnais, les Bordelais, les Lillois... ont à peu près les mêmes soucis. Et je ne parle même pas des moyens lilliputiens apportés aux secteurs ruraux ou de densité faible de population. Il n'y a qu'à voir déjà les ramassages scolaires...
Réponse de le 12/09/2013 à 15:55 :
En tant qu'habitant d'une petite préfecture de province je confirme, vitevu, vos propos
concernant les moyens lilliputiens et les transports scolaires.
a écrit le 12/09/2013 à 13:38 :
J'ai essayés les transports en commun en IDF (RER B).
J'en ai eu tellement marra que je me suis acheté une voiture. Entre les grèves, les problèmes techniques, les colis suspects, les zyva qui hurlent dans le train, les téléphones portables, etc. je préfère largement être tranquille dans ma voiture même si çà me coute plus cher.
a écrit le 12/09/2013 à 13:34 :
En augmentant la qualité et la capacité des transports en commun, en baissant leurs coûts à l'usage.... La réponse est quasiment dans la question lol
Réponse de le 12/09/2013 à 14:39 :
Mé non, ils faut pourrir l'existance des automobilistes en faisant des trucs green washing, solidaritude bisounours. Genre passer des rue en double sens a 1 sens pour 1 velo tout les 35mn, mettre des feux, flinguer les places de stationnement. Tout le monde sait bien qu'on a les meilleurs transports du monde, fiables, propores, sécurisés voyons.
Réponse de le 12/09/2013 à 15:14 :
Bien vu! Venez à EVREUX (département de l'EURE), c'est exactement ce que fait
l'équipe municipale actuellement (Maire socialiste élu avec l'aide des 2% de voies des
écolos et qui maintenant le tienne par les coui..es) résultat ça circulait pas trop mal il y
a encore quelques années, aujourd'hui c'est la galère. mais c'est trés mode de s'en prendre
aux gens qui vont travailler avec leur véhicule alors qu'il n'existe quasiment pas d'offre de
transports collectifs efficaces
Réponse de le 12/09/2013 à 19:09 :
Ils sont cinglés, vouloir que les gens prennent des transports dans Evreux est une douce utopie, la ville est bien trop petite, je connais bien le coin ... et puis a part des bus y'a quoi à evreux ? Un metro un tramway peut etre ? il va dans les campagnes avoisinantes ?
a écrit le 12/09/2013 à 13:33 :
Pour cela, il faut encore que les transports collectifs soient pratiques, peu coûteux... et fiables! Il y a encore du chemin à faire, et des investissements à réaliser. Si les salariés prennent leur voiture, c'est parce que cela leur paraît la moins mauvaise solution.

Que nos piltiques se posent les bonnes questions avant de nous recommander les transports collectifs...
Réponse de le 12/09/2013 à 14:47 :
Clair que la mourante "sncf" a bien fait du tort en supprimant les lignes "non rentables"...
Réponse de le 12/09/2013 à 15:58 :
confier la RATP a la famille EMPAIN comment avant 1946
et LA SNFC A la compagnie du nord

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :