SNCF : 1.100 suppressions d'emplois en 2015, selon les syndicats

 |   |  250  mots
Selon l'Unsa et la CFDT, les membres du comité central d'entreprise ont voté unanimement contre le projet de budget qui doit maintenant être soumis jeudi 8 janvier au conseil d'administration.
Selon l'Unsa et la CFDT, les membres du comité central d'entreprise ont "voté unanimement contre" le projet de budget qui doit maintenant être soumis jeudi 8 janvier au conseil d'administration. (Crédits : reuters.com)
L'opérateur ferroviaire et l'établissement de tête perdront en 2015 environ 1.600 postes tandis que SNCF Réseau en gagnera 500, assurent l'Unsa et la CFDT mercredi.

Restructuration draconienne en 2015 pour la SNCF. Plus d'un millier de suppressions de postes sont prévues dans le projet de budget 2015 de l'entreprise ferroviaire présenté mercredi 7 janvier au comité central d'entreprise (CCE), ont annoncé à l'AFP l'Unsa et la CFDT.

Dans le nouveau groupe post-réforme ferroviaire, SNCF Mobilités, l'opérateur ferroviaire et l'établissement de tête perdront en 2015 environ 1.600 postes alors que SNCF Réseau, en charge de l'infrastructure, en gagnera 500. Cela représente une balance négative d'environ 1.100 postes (-0,7%) en effectifs budgétaires moyens nets (sur 148.985 temps plein budgétés estimés fin 2014).

"Budget d'austérité" "très contraint"

Selon l'Unsa et la CFDT, les membres du CCE ont "voté unanimement contre" le projet de budget, qui doit maintenant être soumis jeudi 8 janvier au conseil d'administration.

"C'est un budget d'austérité, qui clairement ne permet pas d'assumer les ambitions", a commenté Roger Dillenseger de l'Unsa. Un "budget difficile, très contraint, ne répondant pas aux enjeux" pour son collègue Rémi Aufrère, représentant CFDT au CCE.

Les deux syndicalistes estiment que 500 créations de postes pour rénover les voies, "ça ne suffit pas", au moins "le double" étant selon eux nécessaire. Selon Roger Dillenseger, les suppressions annoncées dans la branche chargée du transport vont "entraîner une dégradation du service". "Dans une période où il y a de réelles attentes d'amélioration de la part des usagers, on réduit les moyens", s'indigne-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2015 à 16:12 :
Jadis existait "un pays" que l'on regrette mais maintenant nous avons "une union" qui nous embête!
a écrit le 08/01/2015 à 14:46 :
Ce ne sera pas 1100 emplois supprimés car ils sont fonctionnaires, ils seront replacés dans un autre service...... de fonctionnaire !!!!!! Garantie de l' emploi oblige !!!!!
a écrit le 08/01/2015 à 14:44 :
Oh mon dieu !!! Comment vont-ils faire ils sont déjà submergés par le travail !!!!!!
a écrit le 08/01/2015 à 9:20 :
Perpignan a une nouvelle gare, tous les commerces ferment, cette gare était morte dès l'ouverture. Elle représente très bien la SNCF, regardez ADP, cette société fait fortune avec ses boutiques.
a écrit le 08/01/2015 à 9:08 :
Toujours aussi nulle cette société, une anecdote qui prête à sourire. Le même train qui passait à Argeles sur Mer à 8 heures 02 bénéficiait d'un tarif de réduction pour les Seniors, il passe maintenant à 07 heures 58, la réduction n'existe plus, car il faut savoir que cette réduction n'est valable qu'à partir de 08 heures. On comprend pourquoi il y a tant d'employés qui ne branlent rien.
a écrit le 08/01/2015 à 8:51 :
80 tarifs différents pour que personne n'y comprenne surtout rien, un train lent et beaucoup trop cher.
Pourquoi y perdre temps et pouvoir d'achat, comparativement à l'avion. Des lignes vétustes, dont l'entretien n'est plus assuré. Des TGV sur de vieux réseaux ferrés, roulant donc à vitesse d'autrefois. Un grand plan TGV abandonné. Un régime spécial de retraite financé à coup de 8 milliards d'euros de déficit, par les sacrifices du seul régime général de retraite sécu, qui serait largement excédentaire, si ces privilèges étaient abolis
a écrit le 08/01/2015 à 8:38 :
Un pas mais pas suffisant maintenant il faut s’attaquer sérieusement à la retraite de la SNCF cout pour la collectivité et non pour la SNCF 5 milliards par an. Tout nouvel embauché doit être sous contrat privé avec une retraite basée sur le privé. Il faudra environ une génération pour que la SNCF trouve enfin sa place dans l’économie actuelle et hors tutelle néfaste de l’Etat qui fait de cette entreprise une girouette politique. Voir une accélération pour sa privatisation, hors réseau qui doit rester sous un statut public privé pour éviter une dégradation des équipements mais avec un meilleur contrôle de la qualité du service technique. Dernier point revoir le nombre de planqués syndiqués en limitant ce parasite plus néfaste à l’entreprise qu’à son avenir bien incertain, la faute de la dégradation de la qualité du service n’est pas du uniquement à la Direction mais particulièrement aux syndicats qui heureusement sont de moins en moins suivis par les clients. Nous avons nos régionaux du concours du plus de jours de grève dans l’année le Nord la région Midi Pyrénées et PACA sans aucun rapport avec le arguments avancés un écran de fumée pour mieux vivre des jours « fériés » supplémentaires.
a écrit le 08/01/2015 à 8:29 :
Pour mettre la SNCF au bon niveau de productivité on est très loin du compte si on compare aux compagnies étrangères . Seule solution prévoir dans la loi Macron des ouvertures de ligne plus nombreuses à la concurrence
Réponse de le 08/01/2015 à 8:43 :
Les compagnies étrangères doivent avoir moins de jours de grève?????
a écrit le 08/01/2015 à 8:18 :
Une partie de ces emplois supprimés correspond aux gains de productivité liés à l'automatisation et l'informatisation de certaines taches. Comment en tenir compte?
a écrit le 08/01/2015 à 7:33 :
y compris celui des pdg pour mauvaises gestion
et sans possibilite de reclassement derection le chomage a vie
depuis 30ans on reforme ar le bas et leresultat st un desastre
changeons reformer par le haut
aussi bien pour les entreprises que pour l'etat
a écrit le 07/01/2015 à 21:01 :
Il faut faire de la place pour les emplois jeune de notre cher Flamby ......Que du bon pour les chiffres qui serviront à sa réélection !!!
a écrit le 07/01/2015 à 18:10 :
Si cela est comme le rapport du mois dernier les effectifs baissent ,mais la masse salariale augmente Il faudra me l'expliquer cela est bizarre ,certains salaires doivent sérieusement augmenter
a écrit le 07/01/2015 à 18:00 :
Expliquez-nous comment, alors qu'ils augmentent sans cesse les prix et que les investissements se font rares, comment la SNCF â encore besoin de supprimer des emplois ?
En quel honneur ?
Et surtout où va l'argent ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :