Redevances : la mise en garde de la DGAC à Aéroports de Paris

 |   |  571  mots
Le terminal 1 de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle
Le terminal 1 de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle (Crédits : reuters.com)
En plein débat sur le niveau des redevances aéroportuaires qui accompagne le processus de renégociation du prochain contrat de régulation économique entre l'Etat et ADP, le numéro deux de la DGAC explique que le ministre des transports a bien en tête que "l'on ne peut avoir durablement des aéroports qui distribuent des forts dividendes aux actionnaires et des compagnies exsangues".

Une déclaration de poids en plein processus de renégociation du contrat de régulation économique (CRE) entre l'Etat et Aéroports de Paris cet été. Un contrat crucial à la fois pour le gestionnaire des aéroports parisiens et pour les compagnies aériennes, dans la mesure où il définira le niveau des redevances aéroportuaires entre 2016 et 2020, un sujet polémique entre ADP en excellente santé financière et les transporteurs aériens, en particulier français, en pleine déconfiture.

La semaine dernière, lors de l'assemblée générale du Board Airlines Representatives (BAR), l'association des compagnies aériennes étrangères basées en France sur le prochain CRE, Paul Schwach, le directeur de la direction du transport aérien (DTA) a en effet déclaré :

"Je n'ai pas à vous donner un avis pour l'instant. Je le garde pour les phases où je serai concerné. Mais le ministre des Transports (Alain Vidalies, ndlr), qui n'a pas les mêmes précautions à prendre que moi, s'est plusieurs fois exprimé sur la nécessité de corriger la chaîne de la valeur dans le transport aérien et sur le fait que l'on ne peut pas avoir durablement des aéroports qui distribuent des dividendes en forte croissance très confortables aux actionnaires et des compagnies qui mangent leur capital et sont exsangues. C'est quelque chose, si le ministre des transports signe un contrat, qu'il aura en tête".

 Pour ce CRE, Aéroports de Paris propose d'augmenter les redevances de 1,75% par an pour financer 3 milliards d'euros d'investissements. Une hausse des redevances certes inférieure à celles des CRE précédents. Mais qui reste trop élevée pour les transporteurs qui demandent un gel, voire une baisse des redevances.

Les compagnies "prennent acte"

"Nous prenons acte (...) je ne peux qu'adhérer à 100% à ces propos, a répondu Jean-Pierre Sauvage, le président du BAR, ravi de voir "le ministre se soucier de veiller à un certain équilibre". Pour autant, si le contrat sera bel et bien signé par le ministre des transports, ce dernier aura fort à faire avec Bercy qui ne souhaite pas casser une entreprise extrêmement rentable qui lui reverse chaque année entre 50 et 60% de son résultat net.

"Double caisse" et la "caisse unique"

Comme les autres associations professionnelles, la Fnam ou le Scara, le BAR demande aussi la fin de la "double caisse" et un retour à la caisse unique.

Autrement dit que la caisse liée aux services aéronautiques -qui fait partie du périmètre régulé-soit regroupée avec la caisse des services extra-aéronautiques (commerces, restaurants, parkings, immobilier) sur lesquels ADP a la liberté de fixer les prix et qui dégagent de très fortes marges. Ce système de caisse unique permet de subventionner les services aéronautiques par les recettes commerciales. Et donc de modérer les redevances des transporteurs aériens.

"Nous ne comprenons pas pourquoi les compagnies sont privées des retombées des commerces", a ajouté Jean-Pierre Sauvage.

Ce dernier a par ailleurs déploré l'enveloppe des investissements, prévus par ADP, "en hausse de 60% par rapport au contrat précédent, à 3 milliards d'euros, pour une projection de trafic d'une hausse de seulement 2,5% par an". A défaut d'un retour à la caisse unique, le BAR demande "une meilleure répartition de la valeur".

Les compagnies ont jusqu'au 20 février pour faire leurs remarques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2015 à 19:26 :
C'est sympa tous ces acronyme mais c'est qui DGAC?
Réponse de le 03/02/2015 à 20:19 :
Je pense que c'est un acronyme suffisamment connu... Un peu de culture ...
a écrit le 03/02/2015 à 14:14 :
Au détriment d'équilibres les plus fondamentaux; ADP est une machine à cash phénoménale.C'est une véritable anomalie. Que certains représentants de l'Etat s'en soient aperçus et veuillent rétablir une certaine logique, est plutot rassurant.
a écrit le 03/02/2015 à 8:59 :
Il est piquant d'entendre un haut fonctionnaire désigne comme responsable la politique de distributions de dividendes d'ADP quand l' on sait que Bercy (premier actionnaire) compte pour boucler son budget sur une augmentation des dividendes versés par les entrprises publiques!
Réponse de le 03/02/2015 à 10:39 :
Je ne vois pas le problème car les entreprises publiques appartiennent aux français et donc les dividendes retournent naturellement dans les caisses de l'état. Je ne comprends le rapport de votre commentaire.
Réponse de le 03/02/2015 à 10:41 :
Ça ne m'étonne pas !
Réponse de le 03/02/2015 à 11:23 :
si on suit la logique que Vidalies il faut que l'actionnaire (donc l'etat) soit moins exigeant en termes de dividendes, c'est tout.
Les dividendes non distribués , restent de tout façon dans les caisses de l'entreprise (qui est détenue par l'etat) ce qui logiquement n'impact pas le patrimoine de l'Etat (donc des Français).
a écrit le 03/02/2015 à 8:33 :
les greves a répetition ne sont elles pas aussi responsables !!!!!!!!comme avec la SNCM
Réponse de le 03/02/2015 à 15:26 :
LA greve serait responsable des dividendes annuels excessifs.... Houlaaaa, ça déraille !
a écrit le 03/02/2015 à 8:07 :
Les transporteurs aériens en pleine déconfiture! N'y a t il pas d'autres raisons?
Réponse de le 03/02/2015 à 10:42 :
Air France va mal, certes, mais pas les autres grands !... Cherchez pourquoi...
Réponse de le 03/02/2015 à 12:12 :
Les grévistes d'Air France peut être...
Réponse de le 03/02/2015 à 13:05 :
La DGAC refuse de regarder le problème des charges sociales.
Réponse de le 03/02/2015 à 15:30 :
Lufthansa fait 10 greves en 2014 et paie ses taxes majoritairement en Allemagne.
Mais comment font ils?
Réponse de le 03/02/2015 à 16:14 :
Lufthansa a subit autant de grèves l'an dernier (et ce n'est pas fini) et dégage des bénéfices. Interrogez vous...
Réponse de le 03/02/2015 à 20:21 :
Les grévistes et non les grèves ... une petite nuance qui explique tt ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :