AccorHotels perd près de 7% après avoir manifesté son intérêt pour Air France-KLM

 |   |  416  mots
(Crédits : Athit Perawongmetha)
L'action AccorHotels reculait de 6,68% lundi à la Bourse de Paris, après que le groupe hôtelier a annoncé envisager une prise de participation minoritaire au capital du groupe franco-néerlandais Air France-KLM.

Depuis dimanche soir, on a appris que le groupe hôtelier Accor est intéressé pour racheter la part de l'Etat dans Air France-KLM (14,3%). Si le projet aboutissait, ce serait l'aboutissement d'un long désengagement après l'entrée en Bourse en 1999 et la privatisation en 2004 du fait du mariage avec KLM.

Lire aussi : AccorHotels prêt à acheter les parts de l'Etat dans Air France-KLM

Pour l'heure, les investisseurs surpris ont accueilli plutôt avec crainte une telle opération: le titre d'AccorHotels a perdu 6,68% à 44,42 euros, tandis qu'à l'inverse celui de la compagnie aérienne bondissait de 5,30% à 7,35 euros, dans un marché en hausse de 0,23%.

"Alors que nous sommes particulièrement circonspects quant à un accord éventuel (pour une prise de participation), un partenariat pour développer de nouvelles offres ou services, ou pour mélanger les programmes de fidélité pourrait être une bonne idée", ont commenté dans une note les analystes de Bryan Garnier.

"Toutefois, à court terme, les incertitudes devraient probablement peser sur l'évaluation du groupe", ont-ils complété.

Les "réflexions" d'AccorHotels en sont à un "stade préliminaire", selon un communiqué du groupe publié dimanche soir. D'après le journal Les Echos, elles porteraient sur les 14,3% que détient l'Etat français, premier actionnaire du groupe aérien.

Des actions AccorHotels pour l'Etat

Cette participation de l'Etat a une valeur de 458 millions d'euros, sur la base du niveau actuel de valorisation boursière de la compagnie aérienne.

Trois options sont sur la table, selon le quotidien: un rachat de la totalité de la participation de l'Etat par AccorHotels, un rachat partiel, ou enfin un 'swap' dans lequel l'Etat recevrait des actions AccorHotels en échange de ses titres Air France-KLM.

Les deux groupes forment déjà régulièrement des partenariats commerciaux, et discutent depuis plusieurs années de projets communs dans le numérique et d'une plateforme commune de fidélisation et de services.

Une prise de participation serait "l'occasion de cimenter un tel partenariat entre les deux groupes", ont souligné de leur côté les analystes du courtier Aurel BGC.

"Pour l'Etat, le scénario ne manque pas d'attraits: il participerait ainsi à la création d'un géant mondial français du voyage et du tourisme, sous la forme d'une alliance", ont-ils ajouté.

Le 20 mai, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait toutefois écarté une sortie de l'Etat de la compagnie, qui est à la recherche d'un nouveau PDG depuis la démission début mai de Jean-Marc Janaillac.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2018 à 6:03 :
On comprend les actionnaires....
a écrit le 04/06/2018 à 18:30 :
Accor va recaser les pilotes du SNPL dans ses hotels:a l'accueil,maitres d'hotel ,grooms,animateurs.
a écrit le 04/06/2018 à 18:23 :
GAGNANT / GAGNANT pour les deux, et pour les Intérets FRANCAIS. Hate !!!!
a écrit le 04/06/2018 à 18:20 :
Séquestreront-ils, Arracheront-ils chemises et chemisiers des dirigeants d'Accor, pour 500eur d'amende payée par très riche CGT-Communiste.
Accor serait préservé, des Chinois sur Accor, avec l'Etat échangeant ses 14.3% d'A.F contre des actions Accor.
a écrit le 04/06/2018 à 17:51 :
Enfin les pourris-gatés pilotes-pnc d'Air Grève seront matés. Ils considèrent LEUR !!!! les 14.3% de l'Etat et 25% des droits de vote : lesquels STIMULENT A FOND leurs grèves annuelles. Accor-Air France : DU GAGNANT-GAGNANT.
a écrit le 04/06/2018 à 17:45 :
Avec le SNPL personne ne crois que la compagnie pourra être redressée. Entre les demandes de hausses de salaires que la compagnie ne peut se payer, et l'impossibilité d'être offensif sur le segment low cost sans risquer une grève, l'affaire est entendue. AF va déposer le bilan.
La seule question est de savoir combien de temps va durer l'agonie de l'ex fleuron national
a écrit le 04/06/2018 à 17:25 :
Au prix actuel de l'action ça peut être jack pot pour accord. Après faut qu'ils arrivent à virer tous les personnels qui ont fait grève pour les remplacer par des contrats non français ou des français plus open. Renégocier tous les accords pour augmenter le temps de travail des navigants et les mettre au niveau de British. Puis être très agressifs sur les prix pour dammer le pion à British et Lufthensa. Réorganiser pour encore couper un peu de gras car il doit bien en rester même après coupé les protestataires. Si ils y arrivent ils peuvent faire fois 10 sur l'action en 4 ou 5 ans car là c'est un peu bradé.
a écrit le 04/06/2018 à 14:04 :
Tiens, ça me rappelle une blagounette : "comment voulez-vous devenir millionnaire en dollars ? C’est simple. Il faut d’abord être milliardaire en dollars puis investir dans l’aviation ! "
Réponse de le 05/06/2018 à 17:50 :
Hum, chez les boursiers, il y a cependant un principe : ne jamais détenir une compagnie aérienne !!'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :