Aigle Azur : la situation est encore plus grave que prévu, la liquidation envisagée

 |   |  816  mots
(Crédits : Reuters)
Au lendemain du placement en redressement judiciaire de la compagnie aérienne, les caisses sont quasiment vides, loin des 25 millions d'euros annoncés il y a un mois. Les offres de reprise doivent être déposées avant lundi 9 septembre. Sans offre, Aigle Azur sera liquidée. Si offres il devait y avoir, elles ne devraient pas concerner la totalité du périmètre et les activités qui ne feront pas l'objet d'une reprise seront liquidées. Dans tous les cas, tous les avions seront cloués au sol.

Le feuilleton Aigle Azur continue. Au grand dam des 1.150 salariés et des clients, la phase du dépôt de bilan débutée ce lundi 2 septembre s'annonce aussi rocambolesque que les différents coups de théâtre qui se sont succédé la semaine dernière, à la suite de la tentative de prise de contrôle de la compagnie d'un actionnaire minoritaire.

Des recettes en Algérie non rapatriées

Le processus de redressement judiciaire ne se passe pas comme prévu. Alors que le juge avait accordé une période d'observation de six mois pour maintenir les vols de la compagnie et permettre aux éventuels repreneurs de formaliser leurs offres de reprise, le niveau de cash réellement disponible bouleverse la donne. Loin des 25 millions d'euros évoqués il y a un mois par le PDG Frantz Yvelin, les caisses de la compagnie sont quasiment vides. Plusieurs proches du dossier font état d'une trésorerie de quelques millions d'euros seulement permettant de tenir une semaine environ.

Depuis la médiatisation des difficultés de la compagnie début août, les prises de réservation ont dégringolé, privant Aigle Azur de rentrées d'argent. Surtout, les 25 millions évoqués à l'époque incluaient les recettes des billets émis non utilisés ("Benu" dans le jargon) en Algérie, lesquelles n'ont pas encore été rapatriées en France. La somme s'élèverait à plus de 12 millions d'euros. Cette situation n'est pas inhabituelle. Les recettes des billets d'avion mettent traditionnellement du temps en Algérie avant d'être transférées en France. Les difficultés de l'entreprise n'ont pas pas dû pousser les agences de voyage algériennes à accélérer le rythme.

Pas de "data room"

Résultat, le calendrier déjà serré devient difficilement tenable. Les éventuels candidats à la reprise de tout ou partie de l'activité d'Aigle Azur doivent déposer leur offre avant lundi 9 septembre à midi, et non plus "vers le 15 septembre" comme cela avait été indiqué lundi dernier aux représentants du comité d'entreprise (CE). Un timing d'autant plus compliqué pour les éventuels candidats que "la data room", qui permet d'accéder à toutes les données de la compagnie (économies des lignes, accords sociaux....), n'a pas été ouverte ce mardi. Selon certaines sources, faute d'avoir été payé, le cabinet de consulting qui avait accompagné Aigle Azur pendant la période de conciliation aurait refusé d'ouvrir les livres de la compagnie. D'autres évoquent au contraire un "bug" informatique et assurent que les données seront accessibles ce mercredi.

Le spectre de la liquidation

Quoi qu'il en soit, ce calendrier est surréaliste, et laisse peu de place à des dépôts d'offres. Une liquidation la semaine prochaine est devenue le scénario le plus probable aux yeux de l'administratrice judiciaire. Il entraînerait l'arrêt de tous vols. D'ailleurs, en perspective d'une liquidation, il était impossible de réserver des vols à partir du 10 septembre. Certaines lignes seront même fermées dès le 5 septembre, comme Sao Paulo, Bamako ou Porto.

L'administratrice judiciaire doit rencontrer le CE lundi après midi, après la date-limite du dépôt des offres. Une audience au tribunal pour prononcer la liquidation pourrait se tenir dans la foulée ou le lendemain, mardi 10 septembre. Néanmoins, des offres vont probablement être faites d'ici à lundi. Air France planche sur le dossier. Le groupe Dubreuil, propriétaire d'Air Caraïbes et de French Bee, aussi. Des anciens du groupe Air France (Lionel Guérin et Philippe Micouleau) mais aussi le groupe IAG également. Dimanche dans une interview au JDD, Gérard Houa, l'actionnaire minoritaire d'Aigle Azur à l'origine du coup de force la semaine dernière, avait exposé son plan pour "sauver Aigle Azur".

Pour autant, si offres il devait y avoir, il n'y a quasiment aucune chance, selon plus plusieurs observateurs, qu'elles concernent la totalité du périmètre d'Aigle Azur.

"Il devrait y avoir des offres pour des bouts de la compagnie et tout ce qui ne sera pas repris sera liquidé", estiment plusieurs connaisseurs du dossier.

Même en cas de reprise partielle, tous les avions seront cloués au sol.

L'Etat va-t-il mettre la main à la poche?

Reste un dernier recours. L'Etat, qui commence à peine à prendre conscience de la gravité de la situation. La possibilité de débloquer un prêt de l'Etat commence à être évoquée. Un tel schéma ne serait pas sans rappeler la décision du gouvernement Jospin en 2001 et de son ministre des transports, Jean-Claude Gayssot, d'accorder un prêt à la compagnie Air Lib. Seize ans après la liquidation d'Air Lib en 2003, des contentieux contre ce soutien de l'Etat sont toujours en cours.

Un dossier sensible pour le tout nouveau secrétaire d'Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebarri. Comme nous l'annoncions la semaine dernière le PDG Frantz Yvelin a démissionné. Il l'a annoncé sur BFM Business.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2019 à 19:25 :
Non,selon moi L'Etat français via nos impôts ne devrait pas débloquer un centime pour cette compagnie qui a été mal gérée avec une mauvaise stratégie depuis 2012.
Pourquoi cette stratégie d'expansion à perte vers Moscou,la Chine, Le Brésil et l'Ukraine ????
Aigle Azur ne pouvait-elle se contenter de ses liaisons vers l'Algérie et le Mali qui cartonnaient?
Les dirigeants successifs de cette entreprise ont été très mauvais donc aucune raison de débloquer des fonds publics.
a écrit le 05/09/2019 à 15:34 :
Un PDG très lâche. Une gestion médiocre . Le seul responsable qui a conduit la société vers sa fermeture. Comptes camouflés, errance stratégique...ce Pdg se sent "fatigué". Une honte ....ce monsieur. Il avait sûrement déjà tout organisé ....ça pue cette histoire. Partout où il est passé il y a eu démantèlement et reventes. La honte de l'aérien ...
a écrit le 05/09/2019 à 15:33 :
Un PDG très lâche. Une gestion médiocre . Le seul responsable qui a conduit la société vers sa fermeture. Comptes camouflés, errance stratégique...ce Pdg se sent "fatigué". Une honte ....ce monsieur. Il avait sûrement déjà tout organisé ....ça pue cette histoire. Partout où il est passé il y a eu démantèlement et reventes. La honte de l'aérien ...
a écrit le 05/09/2019 à 14:52 :
Par pitié, épargnez-nous un feuilleton comme celui d'AOM-Air Liberté qui a duré des années et coûté "un pognon dingue" à l'état.
Ah, monsieur Djebarri, sorti technicien-radar de l'ENAC (même pas contrôleur, même pas pilote de ligne) c'est vrai qu'il a les épaules pour ce qui lui tombe dessus…
Il va mettre trout le monde autour d'une table, et puis ensuite écouter chacun…. bonne chance les gars.
Le"flouze" est resté en Algérie ? ah ben mince alors, quelle surprise - pouvez tirer une croix dessus….
a écrit le 04/09/2019 à 22:34 :
Caisses vides comme chez ARJOWIGGINS pour le même résultat liquidation et démantélement
a écrit le 04/09/2019 à 15:29 :
Quand les rats quittent le navire...
a écrit le 04/09/2019 à 10:38 :
Vol aigle azur annulé, héberger dans 1 hôtel en attendant.
Bébé de 9mois avec moi, plus de valises, pas de lait, de vêtements... Pas de prochain vol pour le moment...
a écrit le 04/09/2019 à 10:32 :
L'article montre bien une certaine détermination de l'Etat et les concurrents à voir cette petite compagnie privée disparaître au moindre profit pour ses actionnaires et donc à leur meilleur profit, comme par exemple la ré-allocation des droits d'aéroport à Orly.
Réponse de le 04/09/2019 à 12:32 :
L'Etat??????
Que vient faire l'état?

Dingue
a écrit le 04/09/2019 à 10:20 :
Halte aux subventions de l'état, ce n'est pas son rôle de renflouer toutes les entreprises mal gérées qui déposent le bilan, il y a en des dizaines de milliers chaque année. On a envie de dire pourquoi Aigle Azur plus qu'une autre, à ce moment là.
a écrit le 04/09/2019 à 9:16 :
Le but de cet article est-il d’aider à couler la compagnie en faisant fuir tous les derniers fournisseurs et sous traitant?! Vous n’aidez clairement pas à une solution pour une compagnie qui se bat au jour le jour..
Et merci de vous relire.. il manque des mots à des endroits et trop à d’autres..
Réponse de le 04/09/2019 à 9:57 :
@matonga pensez-vous aux passagers qui vont être plantés?
Réponse de le 04/09/2019 à 11:08 :
Poser la question, c'est y repondre.
Cette liquidation est planifiee. Il faut regarder du cote d'Alger.
Réponse de le 04/09/2019 à 11:16 :
Non, c'est juste informer. Les clients ont le droit de savoir dans quel état la compagnie se trouve. On a vu récemment des situations dramatiques, type Primera, avec des passagers et employés bloqués
a écrit le 04/09/2019 à 7:56 :
"Un prêt de l'état" : Pourquoi le transport aérien est-il subventionné comme cela, puisqu'il est polluant ?
Réponse de le 04/09/2019 à 16:48 :
@Max, l'avion c'est 2,4l /passager/km, moins que toutes ces bagnoles qui roulent au 3/4 vide. Et le transport aérien c'est 2% des émissions de CO2.
Réponse de le 04/09/2019 à 19:18 :
1). Le transport aérien correspond à un besoin. ( économique et humain).
2) 1150 emplois sont en jeu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :