Air Caraïbes et French Bee tirent à vue sur l'aide d'État à Corsair

 |  | 1633 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : Air Caraïbes – Harold Asencio)
Dans la foulée de l'annonce du plan de sauvetage de Corsair dans lequel l'État est impliqué, Marc Rochet, vice-président d'Air Caraïbes et Président de French Bee, deux compagnies contrôlées par le Groupe Dubreuil et CMA CGM, s'inquiète d'une distorsion de concurrence sur les lignes vers l'Outre-mer. Dans l'attente de validation de ce plan par Bruxelles, une plainte n'est pas aujourd'hui à l'étude. Mais Marc Rochet assure qu'il défendra les intérêts des deux compagnies qu'il dirige. Par ailleurs, Air Caraïbes et French Bee prévoient de prendre livraison de quatre A350-1000 d'ici à 2022 et la question de positionner la low-cost French Bee sur les Antilles, un axe jusqu'ici réservé à Air Caraïbes, est posée.

C'était prévisible. Après avoir tiré à boulets rouges au Paris Air Forum contre l'ampleur des aides d'État accordées (et à venir) à Air France, Marc Rochet, le vice-président d'Air Caraïbes et le président de French Bee, deux filiales du groupe Dubreuil de CMA CGM, ne pouvait qu'en remettre une couche après l'annonce jeudi dernier du plan de sauvetage de Corsair, dans lequel l'État est fortement impliqué, puisqu'il apporte, selon nos informations, 141 millions d'euros au plan de financement de 297 millions d'euros de Corsair, placée jusqu'ici sous le régime de la conciliation judiciaire. Ce plan sera soumis ce mardi à l'homologation du tribunal de commerce de Créteil.

Des montants "complètement démesurés" a déclaré ce lundi Marc Rochet à quelques journalistes, en rappelant l'ampleur de l'aide par salarié par rapport aux aides accordées aux petits commerces : 146.000 euros par salarié, moins que les 200.000 euros évoqués pour Air France lors du Paris Air Forum.

Distorsion de concurrence

Marc Rochet a de quoi être agacé. Alors qu'Air Caraïbes et French Bee font figure de bons élèves dans le ciel français, avec une gestion très efficace qui leur a permis de gagner de l'argent quasiment chaque année depuis plus de 15 ans, elles se retrouvent aujourd'hui fragilisées par des compagnies qui, au cours de la même période, ont multiplié les pertes en raison de réformes insuffisantes.

De par l'ampleur de l'enveloppe et la qualité des investisseurs (des entrepreneurs domiens, mais aussi métropolitains, des collectivités territoriales), la survie de Corsair constitue en effet une menace pour Air Caraïbes et French Bee.

Lire aussi : "Le nouvel actionnariat va donner à Corsair une force de frappe très importante" (Pascal de Izaguirre, PDG)

"En tant que responsable de ces compagnies, j'exprime notre extrême inquiétude par rapport à l'aide d'État de Corsair, car une aide...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2020 à 11:15 :
Quelqu'un peut il dire à Marc Rochet que French Bee mène en bateau ses clients depuis le premier confinement, qu'aucun remboursement de billet sec n'a été fait en violation de la loi Européenne. La politique commerciale de sa compagnie illégale et ce monsieur vient pérorer ????

J'en suis à une vingtaine d'échanges avec le service client, une LRAR à la DG de French Bee et sur le point de les mettre au tribunal.
a écrit le 07/12/2020 à 11:05 :
Quelqu'un peut il dire à Marc Rochet que French Bee mène en bateau ses clients depuis le premier confinement, qu'aucun remboursement de billet sec n'a été fait en violation de la loi Européenne. La politique commerciale de sa compagnie illégale et ce monsieur vient pérorer ????

J'en suis à une vingtaine d'échanges avec le service client, une LRAR à la DG de French Bee et sur le point de les mettre au tribunal.
a écrit le 02/12/2020 à 4:37 :
Pas de destruction créatrice mais du ruissellement vers les coquins de république...
a écrit le 02/12/2020 à 3:39 :
Toutes ces cies low cost devraient disparaitre, c'est une aberration.
Réponse de le 02/12/2020 à 9:32 :
Depuis quand ce sont des low cost Corsair et Air Caraibes ? L'aberration c'est Spinetta en 1997 qui annonce que les low cost ne sont et ne seront jamais un danger. Donc hors sujet...
a écrit le 01/12/2020 à 10:23 :
L imaginatif , mettre en place des solutions innovantes , s adapter c est le propre des boites privées non?
Que Dubreuil et consorts arrêtent de pleurnicher comme s ils étaient dans le secteur public! Demain si une boîte us ou chinoise vient leur faire de la concurrence ( donc soutenue en sous main par leur etat respectif) que feront ils? Ils ont choisi un secteur - privé - une activité - l aérien commercial- sinon simple ils changent de métier!
a écrit le 01/12/2020 à 6:07 :
Air Caraïbes et French Bee ont toujours profité depuis leur création des avantages fiscaux accordés aux entreprises investissant dans les DOM.
Ce qui n’est pas le cas de Corsair et Air France.
Donc se plaindre d’aides de l’état pour les concurrents montre une certaine mauvaise foi.
Dubreuil et Rochet n’ont rien à envier à O’Leary le patron de Ryanair...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :