Air Caraïbes n'oublie pas Air Austral, malgré sa liaison avec Corsair

Dans la consolidation qui se prépare, les compagnies françaises hors du giron d'Air France cherchent des alliances possibles. À ce jeu, Corsair et Air Austral sont sans doute celles qui se sont le plus rapprochées, mais, tant que l'union n'est pas scellée, Air Caraïbes et sa petite sœur French Bee continuent de tenter leur chance.
Air Austral attire les convoitises d'Air Caraïbes et de Corsair.
Air Austral attire les convoitises d'Air Caraïbes et de Corsair. (Crédits : DR)

La situation n'est pas loin du triangle amoureux. Alors qu'Air Austral et Corsair discutent depuis plusieurs mois avec la bénédiction de Bercy pour la mise en place d'une joint-venture, et plus si affinité, Air Caraïbes déplore de ne pas avoir eu sa chance. Interrogé ce mercredi sur BFM Business, Marc Rochet, le directeur général de la compagnie - également président French Bee, petite sœur d'Air Caraïbes positionnée sur l'Océan indien -, a regretté de ne pas avoir été associé aux discussions et a réaffirmé être "ouvert" à une coopération commerciale avec la compagnie réunionnaise malgré ses difficultés.

Marc Rochet ne le cache pas, pour lui, le transport aérien va devoir se consolider en sortie de crise :

"Il y aura une concentration à l'issue de cette séquence, forcément des compagnies seront obligées de se rapprocher."

Si le phénomène sera vraisemblablement mondial, il devrait aussi toucher le pavillon français qui comprend "sans doute" trop de compagnies, selon le dirigeant d'Air Caraïbes et French Bee.

Lire aussi 3 mnNouvelle aide d'Etat pour sauver Air Austral, cinq mois seulement après le précédent soutien

Air Austral, une dot et des dettes

Dans cette équation, Air Austral constitue un objet de convoitises. La compagnie réunionnaise dispose d'atouts intéressants avec un trafic de plus d'un million de passagers annuels en temps normal, une flotte relativement moderne (trois Boeing 777-300ER, deux 787-8, deux 737-800 et trois Airbus A220-300), un réseau dans l'Océan indien et un fort ancrage local.

Elle se trouve en revanche en position délicate. Déjà fragile avant crise, elle souffre depuis deux ans et multiplie le recours aux aides publiques (120 millions d'euros en 2020, 30 millions en avril 2021, et 20 millions en août, principalement via des prêts garantis par l'État). Comme le résume Marc Rochet:

"D'après ce que l'on en dit dans la presse ou dans certains couloirs du ministère des Finances, Air Austral n'est pas dans la meilleure position possible et cherche à se restructurer, à trouver de nouveaux partenaires."

Mais pour l'instant, c'est Corsair qui tient la corde, avec la bénédiction de Bercy - plus exactement du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), devenu le passage obligé des compagnies aériennes françaises depuis le début de la crise.

Lire aussi 5 mnLes violences en Guadeloupe plombent les réservations d'Air France, de Corsair et d'Air Caraïbes sur les Antilles

Corsair et Bercy doivent composer avec les oppositions locales

En meilleure posture depuis le début d'année et son plan de refinancement à hauteur de 300 millions d'euros, dont la moitié apportée par l'État, Corsair a entamé des discussions avec Air Austral cet été afin de conclure un accord de coopération commerciale. Celui-ci concerne essentiellement les liaisons entre Paris et Saint-Denis de la Réunion, mais les négociations englobent plus largement les routes entre la métropole et l'océan Indien.

Dès le départ, Corsair et Air Austral ont posé l'objectif d'établir une joint-venture, soit le plus haut niveau de coopération avant la fusion. Depuis, l'État pousse les deux compagnies à aller plus loin, jusqu'à l'opération capitalistique.

Si l'option semble bien sur la table des deux directions, elle suscite une vive opposition de la part des élus locaux réunionnais, à commencer par la présidente de région Huguette Bello, peu enclins à voir leur compagnie passer sous la domination de Corsair. Une opposition qui compte d'autant plus que la région est actionnaire majoritaire d'Air Austral via la société d'économie mixte Sematra.

Lire aussi 6 mnRecapitalisées, French Bee et Air Caraïbes visent l'équilibre en 2022

Éconduit cet été, Air Caraïbes retente sa chance

Cela suscite également la désapprobation de Marc Rochet. "Je me suis étonné qu'on n'ait pas été appelé à ce genre de consultations ou de débats", a-t-il ainsi déclaré sur BFM Business, avant d'ajouter :

"Nous ne cherchons pas forcément à prendre le contrôle d'Air Austral. J'irais même plus loin, il faut conserver sa vraie légitimité réunionnaise [...]. Par contre, dire qu'il faut la marier à telle entreprise, Corsair en l'occurrence ou une autre, ça nous semble être des préjugés."

Une situation d'autant plus difficile à vivre pour Air Caraïbes et French Bee qu'une approche avait déjà été tentée cet été par leur actionnaire Jean-Paul Dubreuil, président de Dubreuil Aéro. Celui-ci avait ainsi contacté Bercy pour étudier les possibilités de coopérations commerciales entre Air Austral et French Bee. Cette approche s'est avérée infructueuse puisque ni l'administration ni la direction d'Air Austral n'avaient souhaité entamer des discussions.

Cela n'empêche pas Marc Rochet de continuer à pousser ses pions en cette fin d'année. Il a ainsi appelé à mettre de la rationalité dans ce dossier, souhaitant que l'argent public soit engagé "pour investir dans l'avenir" plutôt que "pour monter des opérations de sauvetage à court terme". Fort d'un bilan très solide avant crise, au contraire de Corsair et Air Austral, le directeur général d'Air Caraïbes et président de French Bee a ainsi déclaré :

"Mettons les choses sur la table, travaillons de façon rationnelle, que chacun compare ses performances, ses coûts, ses contraintes et peut-être qu'il y a des solutions à trouver notamment en matière de coopération commerciale, c'est pour ça que nous y sommes ouverts."

Lire aussi 6 mnFrappée par la quatrième vague aux Antilles, Air Caraïbes en appelle à l'Etat

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 31/12/2021 à 9:34
Signaler
En fait, un avion=une société ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.