Avec Prêt à voyager, la SNCF copie Air France pour fluidifier les contrôles sanitaires

Air France a son « Ready to fly », la SNCF a désormais son « Prêt à voyager ». Après une période de tests, l'opérateur ferroviaire déploie son nouvel outil - capable de réconcilier billet électronique et passe sanitaire - pour améliorer la fluidité des contrôles à l'embarquement. Un enjeu de plus en plus sensible alors que les grands départs approchent et que les contrôles se renforcent.
Avec sa solution Prêt à voyager, la SNCF cherche à fluidifier les contrôles sanitaires en gare.
Avec sa solution Prêt à voyager, la SNCF cherche à fluidifier les contrôles sanitaires en gare. (Crédits : Stephane Mahe)

N'en déplaise au PDG de la SNCF, qui n'est pas le dernier à critiquer l'aviation, le train sait aussi s'inspirer de l'avion. Depuis juillet dernier, les passagers Air France se voient proposer de télécharger leur billet et leur documents sanitaires sur un site afin qu'ils puissent être vérifiés en fonction des règles en vigueur sur le vol et associés. S'ensuit ensuite la délivrance d'un billet marqué de la mention « Ready to fly » qui permet de s'affranchir d'un contrôle des documents sanitaires à l'aéroport. Avec « Prêt à voyager », la SNCF fait désormais de même.

Forte d'une expérimentation réussie lancée en août, la SNCF vient d'annoncer le déploiement pleinement opérationnel de sa solution sur l'ensemble de ses offres longue distance. Cela concerne les TGV Inoui France et Europe, Ouigo et Intercités. Seuls Thalys et Eurostar en sont exclus. Alain Krakovitch, PDG de Voyages SNCF, indique ainsi que les passagers seront invités à se rendre sur le site dédié pretavoyager.sncf.com pour y charger leurs documents de voyage et sanitaires. Ils recevront également un SMS à deux jours du départ pour les inviter à réaliser la démarche.

Prêt à voyager - SNCF

Une fois la réservation et le passe sanitaire rapprochés, les passagers disposeront d'un billet avec un QR code enrichi indiquant qu'ils disposent des autorisations nécessaires pour effectuer leur voyage. Un encart vert sur le billet complétera le dispositif.

Lire aussi 4 mnLe PDG de la SNCF veut une taxe kérosène sur l'aviation : "le train n'est pas cher, c'est l'avion qui ne l'est pas assez" (Farandou)

Un dispositif pleinement automatisé

S'il reconnaît l'inspiration venue du système d'Air France, avec un principe équivalent, le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet pointe tout de même une différence de taille. Alors que la compagnie aérienne opère le rapprochement manuellement à l'aide des outils TousAntiCovid Verif, le groupe ferroviaire a mis en place un système de traitement automatique, développé par la start-up grenobloise Promodev et validé par la Direction générale de la Santé et de l'Imprimerie nationale. Une automatisation nécessaire pour le dirigeant au vu du trafic de 300.000 à 500.000 passagers transportés quotidiennement sur les grandes lignes.

Le système est capable de traiter les passes vaccinaux européens - certificats Covid numérique de l'Union européenne (EU DCC) - mais aussi détecter les tentatives de fraude avec un accès à la « liste noire » des passes sanitaires identifiés comme frauduleux. L'évolution de la validité des passes sanitaires à partir du 15 janvier ne devrait pas affecter le fonctionnement du système. Les données sont hébergées dans un serveur certifié pour les données santé (HDS) chez Promodev, et détruites le lendemain du voyage.

Une fois intégré au QR code du billet, le Prêt à voyager pourra être contrôlé par les « gilets bleus » qui assurent déjà la vérification des passes sanitaires mais aussi directement par les portiques - présents dans 17 gares. Christophe Fanichet détaille le processus : lors de la présentation du billet, le portique affichera un voyant vert si billet et passe sanitaire ont bien été rapprochés, un voyant orange si cela n'a pas été fait, et rouge si la démarche a été faite mais a échoué. Cela doit permettre de réduire les vérifications systématiques en amont des portiques - sur les trains contrôlés - au profit d'une action ciblée en aval en fonction des voyants affichés. Bien que le système soit pleinement opérationnel, la démonstration à la presse prévue gare de l'Est n'a pu avoir lieu en raison d'un problème informatique sur les portiques.

Lire aussi 3 mnLa SNCF perd son monopole le 18 décembre : Trenitalia à l'assaut du marché français

Montée en puissance à l'approche des fêtes

Pour l'instant, Prêt à voyager est aujourd'hui utilisé par 50.000 passagers par semaine. Aucun objectif d'utilisation à terme n'est avancé pour l'instant. Pour Alain Krakovitch, il s'agit d'abord de réaliser une montée en puissance pour améliorer la fluidité en gare. Si le système se généralise comme le souhaite le PDG de Voyages SNCF, les dispositifs de contrôle pourront alors faire l'objet d'une révision.

En attendant, Prêt à voyager vient se superposer aux moyens de contrôle déjà établis avec les Gilets bleus en gare avec un système de bracelets attestant de la vérification du passe sanitaire (70.000 passagers par semaine) et à l'entrée des quais en amont de l'embarquement (300.000 passagers par semaines). Outre le déploiement du Prêt à voyager, la SNCF va aussi renforcer ces deux dispositifs pour passer la période de grands départs avec les fêtes de fin d'année. Il s'agit d'absorber la hausse du nombre de passagers sans compromettre la fluidité, mais aussi d'augmenter la part de passagers contrôlés. L'objectif de Christophe Fanichet et Alain Krakovitch est de vérifier un train sur trois pendant les fêtes contre un sur quatre aujourd'hui.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/12/2021 à 22:44
Signaler
je l'ai testé, ca ne m'a pas convaincu, du moins la première fois. de ce que j ai pu expérimenter, c'est un truc indépendant de l app qui héberge le billet de train.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.