La SNCF perd son monopole le 18 décembre : Trenitalia à l'assaut du marché français

Le tout premier concurrent de la compagnie ferroviaire française met un pied dans l'Hexagone, sur les lignes grande vitesse entre Paris Gare de Lyon et Milan Centrale. Offensif, "le train à très grande vitesse le plus rapide et le plus silencieux en Europe" avance ses arguments pour séduire les voyageurs.

3 mn

Trenitalia a déjà commencé à faire la promotion de ce train rouge vif, barré de blanc et de noir, prévoyant quatre classes.
Trenitalia a déjà commencé à faire la promotion de ce train rouge vif, barré de blanc et de noir, prévoyant quatre classes. (Crédits : Ferrovie dello Stato Italiane)

La "flèche rouge" italienne débarque en France. La compagnie publique de chemins de fer italienne Trenitalia lancera à partir du 18 décembre ses trains à grande vitesse "Frecciarossa" sur la ligne Milan-Turin-Lyon-Paris, a appris l'AFP de source proche du dossier. Depuis l'ouverture en accès libre de ce secteur à la concurrence en décembre 2020, Trenitalia deviendra ainsi le premier opérateur étranger à défier la SNCF sur le marché convoité de la grande vitesse.

Les TGV italiens devraient faire deux allers-retours par jour, entre Paris Gare de Lyon et Milan Centrale, en passant par Lyon Part-Dieu, Chambéry,  Modane et Turin,  le matin et le soir, selon le site internet de Trenitalia France (ex-Thello).

Ultérieurement, cette offre devrait être complétée avec trois allers-retours quotidiens entre Paris et Lyon, la liaison à grande vitesse la plus rentable de la SNCF.

"Un mythe du +Made in Italy+ est sur le point de débarquer en France, nous travaillons pour que ce qui semblait être un rêve devienne réalité", avait déclaré jeudi dernier le PDG de Trenitalia Luigi Corradi.

"Le parcours en Italie se fera à grande vitesse, puis nous nous connecterons à la ligne TGV française", a-t-il indiqué devant la presse, sans dévoiler la date de l'arrivée du Frecciarossa en France.

Avant même d'annoncer la date, Trenitalia a déjà commencé à faire la promotion de ce train rouge vif, barré de blanc et de noir, prévoyant quatre classes "pour tous les goûts et tous les conforts".

Présenté comme "le train à très grande vitesse le plus rapide et le plus silencieux en Europe", le Frecciarossa 1000 peut "transporter quelque 460 passagers à des vitesses pouvant atteindre 360 km/h en service commercial", avait assuré en août 2020 Bombardier Transport, constructeur du train aux côtés de Hitachi Rail.

La rentabilité de SNCF Voyageurs en jeu

Un nouveau rival pour le TGV, qui, pour l'heure, n'inquiétait pas la SNCF. Sur les lignes à grandes vitesses, à commencer par le Paris-Lyon, Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs est convaincu que l'arrivée de Trenitalia dans les prochains mois sera elle aussi génératrice de trafic supplémentaire.

Toute la question pour la SNCF est donc de savoir si la hausse de trafic globale générée par l'ouverture à la concurrence sera suffisante pour compenser la perte de parts de marché au profit d'opérateurs concurrents.

D'autant que SNCF Voyageurs peine à faire grossir ses recettes. Au premier semestre 2021, son chiffre d'affaires était encore près de 30 % inférieur à celui de 2019, à 6 milliards d'euros. A titre de comparaison, le chiffre d'affaires du groupe n'était lui en recul que de 10 %.

Rien de moins évident, tandis que SNCF Voyageurs fait face également à des coûts exceptionnels tels que la mise en place de moyens de contrôle pour le passe sanitaire sur les grandes lignes et les systèmes d'informations liés.

Pour redresser ses comptes déficitaires, le groupe est aussi engagé dans un plan de 1,3 milliard d'économies en 2021.

Trenitalia en embuscade

De son côté, le train Frecciarossa peut atteindre la vitesse de  300 km/h en quatre minutes, précise Trenitalia France. 

Au total, cinq Frecciarossa 1000 ont reçu l'autorisation de rouler en France. La durée du trajet Milan-Paris est estimée entre 6 et 7 heures.

Trenitalia était déjà présente à travers sa filiale Thello, qui a annoncé fin juin la fermeture des deux lignes qu'elle y exploitait. Ainsi, le train de nuit Paris-Milan-Venise, dont la circulation était suspendue depuis le début de la crise sanitaire le 10 mars 2020, n'a pas repris. L'autre ligne, la liaison Marseille-Nice-Milan, que Thello exploitait depuis 2014, a été arrêtée le 29 juin.

Lire aussi 8 mnVoyage d'affaires : le plan de la SNCF pour contrer Trenitalia et Renfe entre Paris et Lyon

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 13/12/2021 à 12:15
Signaler
Enfin, des trains avec du personnel sérieux et non pas des cheminots SNCF syndiqués qui ont le service public chevillé au corps, enfin plutôt le corporatisme chevillé au corps

à écrit le 12/12/2021 à 20:04
Signaler
SNCF prit en étau entre la règlementation de sécurité générale, sur les salaires et avantages, et surtout la réglementation sanitaire ou les gens choisissent d'autres moyens que le train (30% de différence d'activité). Cela va être compliqué pour une...

à écrit le 11/12/2021 à 13:54
Signaler
Excellente nouvelle, qui va peut-être enfin faire bouger nos fainéants de cheminots s'ils ne veulent pas perdre leur travail avec la concurrence qui arrive, qui a plus les pieds sur terre que les notre avec leurs avantages hors d'âge.

à écrit le 10/12/2021 à 18:48
Signaler
Cette concurrence aura plusieurs avantages : fini le monopole ! des tarifs meilleurs grace à la compétition ! abolition des avantages de nos cheminots pour leur retraite ! et pour conclure : nos grévistes qui perdent leur tartine de beurre au profit ...

le 12/12/2021 à 13:04
Signaler
Toute la question pour la SNCF est donc de savoir si la hausse de trafic globale générée par l'ouverture à la concurrence sera suffisante pour compenser la perte de parts de marché au profit d'opérateurs concurrents. Ça n'est pas moi qui le dit, c...

à écrit le 10/12/2021 à 16:51
Signaler
Seule solution mais à long terme de se débarrasser de ce poids mort du RAIL FRANCAIS sera la concurrence qui entrera petit à petit sur les grandes lignes TGV mais aussi et surtout sur les TER et le Fret. On voit bien que les Français très usagers de ...

le 12/12/2021 à 13:18
Signaler
Et elle fera comment la concurrence pour rouler plus vite, avec une meilleure ponctualité, une meilleure régularité que la SNCF sur les lignes délabrées générées par le sous investissement chronique dû à la politique "tout routier" et "tout TGV" impo...

à écrit le 10/12/2021 à 15:49
Signaler
Espérons que les trains de Trenitalia soient un peu plus européens que les boites italiennes de concentré de tomates... chinoises.

le 10/12/2021 à 18:03
Signaler
Des boites de concentré de tomates chinoises? Ah ah ah vous les avez acheté au marché noir ces copies.

à écrit le 10/12/2021 à 15:28
Signaler
Chance, dès que j'en aurais l'occasion je prendrais cette compagnie.

à écrit le 10/12/2021 à 14:27
Signaler
Enfin une saine émulation va pouvoir se mettre en place, c’est la fin de la toute puissance d’une minorité

le 10/12/2021 à 17:38
Signaler
on en reparle dans quelques mois 🤣

à écrit le 10/12/2021 à 13:07
Signaler
Air France-KLM avait envisagé la mise en place de TGV à son nom, avec des services propres... J'espère que l'arrivée de la concurrence italienne permettra au groupe aérien de remettre le projet à l'étude... Des lignes (quelques voitures ?) AirFrance...

le 11/12/2021 à 3:50
Signaler
Précision: je pense à un accord avec la SNCF, Trenitalia, ou autre !! D'ailleurs, le projet était initialement avec Veolia !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.