Bolloré abandonne l'un de ses secteurs historiques avec la vente de ses activités logistiques en Afrique

L'Afrique ne sera plus le pré carré des activités logistiques de Bolloré. Le groupe français laisse la place à l'italo-suisse MSC contre un chèque de près de 6 milliards d'euros. Après avoir fait pendant plus de 30 ans les belles heures du groupe dirigé jusqu'en 2019 par Vincent Bolloré, le continent africain ressemblait de moins en moins à une terre d'accueil, entre forts besoins d'investissement, concurrence exacerbée et affaires de corruption.

5 mn

La logistique en Afrique ne fera plus partie des fers de lance du groupe Bolloré.
La logistique en Afrique ne fera plus partie des fers de lance du groupe Bolloré. (Crédits : Reuters)

C'est une page de 36 ans qui se tourne pour le groupe Bolloré. Celui-ci vient de confirmer son retrait des infrastructures de transports en Afrique avec la vente de sa filiale Bolloré Africa Logistics. En négociations exclusives depuis fin 2021 avec le Groupe MSC (Mediterranean Shipping Company, leader mondial du transport de conteneurs en volumes) pour la cession de l'intégralité du capital, le groupe désormais dirigé par Cyrille Bolloré a annoncé la signature d'un accord le 31 mars à quelques heures de la date butoir. Le montant de la transaction est évalué à 5,7 milliards d'euros.

Avec cette vente, Bolloré lâche ainsi un impressionnant réseau de logistique intégrée et de transports, dont il affirme que c'est le premier d'Afrique avec une présence dans 42 ports africains, l'exploitation de 23 terminaux et de trois concessions ferroviaires, ainsi que de 2 chantiers navals et des infrastructures routières. Bolloré Africa Logistics possède ainsi pas moins de 250 filiales à travers le continent et emploie plus de 20.000 personnes.

Après un recul en 2020, l'activité de Bolloré Africa Logistics est repartie à la hausse en 2021 pour atteindre un chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros. C'est 93% du niveau d'avant-crise. Le groupe ne communique pas sur la rentabilité de sa future ex-filiale, mais sur l'ensemble de ses activités logistiques qui affichent une marge opérationnelle de quasiment 10%, équivalente à celle de 2019. Selon l'AFP, les activités logistiques du groupe en Afrique seraient plus rentables que les autres à l'international (Bolloré Logistics) malgré un volume moindre.

Il faut désormais que la vente soit validée par les différentes autorités de la concurrence concernées. La finalisation de la transaction est espérée d'ici la fin du 1er trimestre 2023.

Lire aussi 4 mnLogistique en Afrique : l'action Bolloré s'envole suite à l'offre de rachat de MSC

Mutation subie ou désirée ?

La cession de Bolloré Africa Logistics s'inscrit dans la stratégie de mutation du groupe, dont Vincent Bolloré a confié les rênes à son fils Cyrille en 2019. Cela rompt avec le processus de développement sur le continent africain lancé en 1986 avec le rachat à Suez de la Scac (Société commerciale d'affrètement et de combustible), dont la filiale Socopao (Société commerciale des ports d'Afrique occidentale) est implantée au Sénégal. C'est l'une des premières acquisitions de Vincent Bolloré, qui en fera l'une de ses marques de fabrique. D'autres suivront, notamment pour renforcer la présence du groupe sur le continent, contribuant largement à la fortune du dirigeant.

Derrière ce virage stratégique, plusieurs raisons se laissent entrevoir. Comme le note l'AFP, Bolloré est confronté en Afrique à des investissements de plus en plus coûteux et à la concurrence grandissante des opérateurs chinois. Mais, surtout, à plusieurs affaires judiciaires, dont des scandales de corruptions au Togo et en Guinée pour lesquels la justice française accuse le groupe d'avoir apporté son aide à des campagnes électorales en échange de l'attribution de concessions portuaires dans ces deux pays.

Lire aussi 3 mnTogo/Guinée: après Vincent Bolloré, son groupe mis en examen pour corruption

Le groupe a d'ailleurs accepté l'an dernier de payer une amende de 12 millions d'euros à la justice française et d'être suivi par l'Agence française anticorruption, mais le dossier a été renvoyé à l'instruction suite au refus d'une juge d'homologuer la reconnaissance préalable de culpabilité acceptée par Vincent Bolloré et deux autres responsables.

Virage médiatique et éditorial

Le Groupe Bolloré affirme tout de même qu'il « conservera une présence importante en Afrique, notamment à travers Canal+ ». Selon un communiqué, il déclare qu'il « poursuivra également ses développements sur ce continent dans de nombreux secteurs comme la communication, le divertissement, les télécoms et l'édition ».

Lire aussi 5 mnConcentration des médias : Vincent Bolloré assure qu'il ne fait « pas de politique »

L'entreprise bicentenaire va donc se recentrer encore un peu plus autour de son pôle communication. Celui-ci est devenu la principale source de revenus du groupe depuis 2017, avec la prise de contrôle de Vivendi (à hauteur de 20% du capital à l'époque, près de 30% désormais).

Deux opérations d'envergure sont d'ailleurs en cours : tout d'abord la menée d'une offre publique d'achat (OPA) sur le groupe Lagardère via Vivendi. Sous l'œil de Vincent Bolloré, cette opération qualifiée « d'amicale » pourrait aboutir à la création d'un géant des médias et de l'édition, avec notamment la fusion de Lagardère Publishing et d'Editis.

L'autre mouvement majeur est la cession de Universal Music Group (UMG), qualifiée de vache à lait du groupe, et dont Bolloré contrôle 28% via différentes participations.

Lire aussi 6 mnQui sont les Aponte, la famille en négociations exclusives pour la reprise de Bolloré Africa Logistics ?

Le groupe familial qui monte

De son côté, MSC poursuit son développement. Armateur à l'origine, le groupe italo-suisse exploite 560 porte-conteneurs et 23 bateaux de croisière (via sa filiale MSC Croisières). Créé par la famille Aponte en 1970, il s'est peu à peu diversifié vers le transport terrestre, la logistique et l'exploitation de terminaux. Sur ce dernier point, MSC revendique le 6e portefeuille mondial via sa filiale Terminal Investment Limited (TIL), avec 54 terminaux à conteneurs.

Cette diversification pourrait se poursuivre dans l'aérien : associé au groupe allemand Lufthansa, MSC est en négociations pour l'acquisition d'une participation dans la compagnie aérienne publique italienne ITA Airways, qui a remplacé Alitalia l'an dernier. Les deux partenaires n'ont pas dévoilé la part du capital qu'ils convoitaient, indiquant seulement vouloir « que le gouvernement italien conserve une participation minoritaire ».

En tout, le groupe MSC compte plus de 100.000 salariés pour un chiffre d'affaires de l'ordre de 25 milliards d'euros.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 02/04/2022 à 14:37
Signaler
Bonjour, l'Afrique s'est avant tous être capable de faire avec les problème africain .. La non challenge africaine,... Les pots de vin ou Cadeau des tout corrompu.. Les gouvernements changent de pays totalement instable.. Par simple de faire d...

à écrit le 02/04/2022 à 13:26
Signaler
@gars @jade @et compagnie, vous avez dû lire l'article en diagonale, ce ne sont pas là des chinois ou des russes mais des italohelvètes.

à écrit le 02/04/2022 à 11:41
Signaler
C est plus compliqué … faut oubliez que les djihadistes viennent d Afrique….mieux vaut garder un œil …

à écrit le 02/04/2022 à 9:26
Signaler
Je me souviens des années sarko : "« Le temps est venu de bâtir ensemble une Union méditerranéenne qui sera un trait d'union entre l'Europe et l'Afrique " La Chine et la Russie lui ont piqué l'idée !

à écrit le 02/04/2022 à 4:14
Signaler
@lapin. Joli.

à écrit le 02/04/2022 à 0:19
Signaler
Vente à Msc? C est pas la Sté mise en cause aux usa et interdits dans certains ports pour de graves soupçons de trafic de drogue et autres ?….. de toute façon vu les procès que Bollore a aux fesses en Afrique il ne ne pouvait que vendre .. la chine ...

à écrit le 02/04/2022 à 0:17
Signaler
Vente à Msc? C est pas la Sté mise en cause aux usa et interdits dans certains ports pour de graves soupçons de trafic de drogue et autres ?….. de toute façon vu les CV procès que Bollore a aux fesses en Afrique il ne c pouvait que vendre .. il pour...

à écrit le 01/04/2022 à 18:34
Signaler
C'est la meilleure nouvelle de ces dernières années pour la France. La Françafrique c'est vraiment fini, la logistique était essentielle pour garder des liens néfastes pour les deux parties. Maintenant c'est sans retour. Nous allons nous désengager...

le 01/04/2022 à 19:08
Signaler
Vous vous bercez d'illusions, l'immonde est petit comme on dit dans certains patelins. En espérant ne pas vous avoir mis en kohler.

le 02/04/2022 à 12:24
Signaler
Nous Dede gager oui mais surveiller ce qui s y passe aussi : Chine Russie dhjiadistes…. Le détour de Gibraltar nest pas Large….

le 02/04/2022 à 12:29
Signaler
Nous Desengager oui mais surveiller ce qui s y passe aussi : Chine Russie dhjiadistes…. Le détour de Gibraltar nest pas Large….pouvour de nuisance et de perturbation en vue … au fait si bollore disparaît qui va affréter les CV minerais stratégiques ...

le 02/04/2022 à 12:31
Signaler
Nous Desengager oui mais surveiller ce qui s y passe aussi : Chine Russie dhjiadistes…. Le détroit de Gibraltar nest pas Large….pouvoir de nuisance et de perturbation en vue … au fait si bollore disparaît qui va affréter les minerais stratégiques d’...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.