Covid-19 : les compagnies aériennes (IATA) veulent un moratoire sur "le droit du grand-père"

Ce lundi, l'association internationale du transport aérien (IATA) a appelé à une "suspension immédiate" de certaines règles régissant l'attribution de créneaux, en raison de la dégringolade du trafic aérien à la suite de l'épidémie du Covid-19. Concrètement, cela revient à demander la mise en place d'un moratoire sur l'obligation qu'ont les compagnies aériennes d'utiliser les créneaux horaires qu'elles détiennent à moins 80% au cours d'une saison aéronautique sous peine de se les voir retirer la saison suivante. Explications.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : Reuters)

Après les faillites d'Aigle Azur et Thomas Cook l'automne dernier, la crise du coronavirus met en lumière la problématique des créneaux horaires de décollage et d'atterrissage dans les aéroports congestionnés ("slots").

Dégringolade du trafic

Ce lundi, l'association internationale du transport aérien (IATA) a appelé à une "suspension immédiate" de certaines règles régissant l'attribution de créneaux, en raison de la dégringolade du trafic aérien à la suite de l'épidémie du Covid-19. Dans le cas de l'Europe notamment, cela revient à demander concrètement la mise en place d'un moratoire sur l'obligation qu'ont les compagnies aériennes d'utiliser les créneaux horaires qu'elles détiennent à moins 80% au cours d'une saison aéronautique sous peine de se les voir retirer la saison suivante.

Cette obligation est appelée dans la profession le "droit du grand-père". Elle vise à optimiser l'utilisation des créneaux horaires, une denrée rare sur les aéroports congestionnés. Problème, en cas de dégringolade du trafic aérien, cette règle pousse les compagnies aériennes à maintenir leur activité même si les vols sont vides. Avec sa demande, IATA veut éviter aux compagnies de faire voler des avions vides dans le seul but de conserver leurs créneaux. Par le passé, après le 11-Septembre, le SRAS ou la crise en 2008-2009, Bruxelles avait décidé ce moratoire et il serait étonnant que la Commission européenne ne le décide pas avec le Covid-19.

200 aéroports soumis à des règles sur les créneaux dans le monde

 A l'échelle mondiale, plus de 200 aéroports accueillant près de la moitié des passagers aériens dans le monde, sont soumis à une réglementation sur les créneaux horaires.

"Les études menées par l'IATA montrent que le trafic s'est effondré sur les principales routes d'Asie et que cela se répercute sur l'ensemble du réseau, y compris entre des pays qui ne sont pas durement affectés par l'épidémie de Covid-19", a expliqué Alexandre de Juniac, le directeur général de l'IATA. "Nous appelons les régulateurs à aider" le secteur aérien "en suspendant de manière temporaire les règles régissant les créneaux", a-t-il ajouté.

Ces règles devraient être suspendues immédiatement, selon l'IATA.

"Les compagnies aériennes ont besoin de flexibilité pour ajuster" leurs prévisions en fonction des évolutions de la demande, a-t-elle expliqué.

Lire aussi : Covid-19 : les compagnies aériennes espèrent une "courbe en V" comme pour le SRAS en 2003

Fabrice Gliszczynski
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/03/2020 à 9:42
Signaler
Les compagnies aériennes ont besoin de polluer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.