IAG (British Airways, Iberia...) se lance dans le low-cost long-courrier face à Norwegian

IAG, la maison-mère de British Airways, Iberia, Aer Lingus et de la low-cost espagnole Vueling, proposera une offre long-courrier à bas coûts au départ de Barcelone à partir de juin 2017. Elle sera en concurrence directe avec Norwegian qui lancera aussi des vols long-courriers au départ de l'aéroport catalan.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

(Crédits : © Paul Hackett / Reuters)

Après Norwegian, Eurowings, la filiale de Lufthansa, French Blue, la filiale du groupe Dubreuil, et Air France, International Airlines Group (IAG), la maison-mère de British Airways, Iberia, Aer Lingus et de la low-cost espagnole Vueling, se lance à son tour dans l'aventure du low-cost long-courrier. Le groupe britannique a annoncé ce vendredi qu'elle débuterait une telle activité à partir de juin 2017 au départ de Barcelone El Prat, la base principale de Vueling. IAG n'a pas précisé si elle allait créer une nouvelle compagnie ou si elle utiliserait l'une de ses compagnies.

"Barcelone est devenu un hub aérien important, et nous pensons qu'il existe une demande pour des vols long-courriers à bas coûts à partir d'El Prat," note le groupe dans un communiqué envoyé par courriel. Les destinations à l'étude sont Los Angeles, San Francisco, Buenos Aires, Santiago, La Havane et Tokyo, ajoute-t-il.

Bataille en vue avec Norwegian

IAG a donc l'intention de couper l'herbe sous le pied de Norwegian, pionnière dans le low-cost long-courrier en Europe, laquelle a annoncé récemment l'ouverture l'été prochain de vols vers les Etats-Unis (Los Angeles et San Francisco). IAG bénéficiera d'un avantage par rapport à Norwegian. En proposant des vols long-courriers au départ de Barcelone, le groupe britannique pourra compter sur le réseau court et moyen-courrier de Vueling pour alimenter à Barcelone les vols long-courriers.

Différence avec Air France

Le projet de IAG tranche avec celui d'Air France. Comme Lufthansa avec Eurowings mais contrairement à la compagnie française qui compte créer une filiale à des coûts inférieurs aux siens au départ de Roissy-Charles de Gaulle, le groupe britannique ne positionnera pas sa nouvelle offre au départ de l'une des bases long-courriers de ses compagnies classiques, à savoir Londres pour British Airways, Madrid pour Iberia et Dublin pour Aer Lingus. De fait, il n'y aura pas de risque de transfert d'activité entre la nouvelle offre low-cost long-courrier et les compagnies du groupe IAG.

Pour rappel, Air France entend lancer une nouvelle compagnie au départ de son hub de Roissy, à partir d'octobre 2017 pour le court et moyen-courrier et à l'été 2018 pour le long-courrier. L'idée sur les vols longue distance est de rentabiliser un certain nombre de lignes lourdement déficitaires d'Air France et d'en rouvrir certaines qui avaient été fermées en raison de très lourdes pertes. Bien qu'annoncé après celui d'Air France, le projet de IAG débutera un an avant.

Développement de Norwegian et d'Eurowings

En attendant, ce concept de low-cost long-courrier poursuit son développement. Alors que Norwegian continue sa croissance avec le doublement de son offre au départ de Paris et le lancement de vols vers les Etats-Unis au départ d'Amsterdam, Eurowings a également annoncé la semaine de nouvelles ouvertures de lignes, au départ de sa base principale de Cologne. Après le lancement de La Havane, mi-décembre, la compagnie allemande desservira cet été Windhoek, la capitale de la Namibie, et Montego Bay, en Jamaïque, portant ainsi à 13 le nombre de destinations long-courriers desservies. La compagnie utilise également son réseau court et moyen-courrier pour remplir ses vols long-courriers.

"Nous propose des vols au départ de nombreux aéroports allemands et européens qui permettent aux voyageurs vivant dans d'autres régions de profiter des vols long-courriers à tarifs attractifs d'Eurowings : ainsi, pourWindhoek et Montego Bay , les vols Smart Connect pourront être réservés au départ de Berlin, Hambourg, Zurich, Vienne, Londres/Stansted et Londres/Heathrow", explique Eurowings.

De son côté, French Blue s'apprête à lancer cet été sa deuxième ligne, Paris-La Réunion.

Lire ici l'analyse : Comment le low-cost étend ses ailes au long-courrier

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 28/12/2016 à 23:23
Signaler
Quand on voit comment traite ses client le pdg ryanair...y a de quoi se poser des question! quand je pense qu il comptait faire voyager ses clients euhhh pardon son betail debout! leur faire payer les toilettes etc...surtout ne dépasser pas d'un gram...

à écrit le 26/12/2016 à 11:53
Signaler
Le low cost va devenir la règle et les avions commerciaux ne seront plus que des bétaillères volantes, c'est ce que l'on appelle le progrès.

le 26/12/2016 à 12:44
Signaler
Vous semblez regretter le bon temps où le voyage jusqu'à la préfecture du département pour les gueux était le grand voyage de leur vie ! Désolé, votre monopole, grâce à des tarifs aériens accessibles, s'est effondré ! Moi, au contraire, j'apprécie u...

le 26/12/2016 à 20:50
Signaler
Heureusement nous avons le choix, soit le low cost, soit de payer un peu plus et de voyager confortablement.

à écrit le 26/12/2016 à 0:33
Signaler
Clair : faut polluer à pas cher.

à écrit le 26/12/2016 à 0:16
Signaler
Remarquable : AF s'y prend plus tôt... mais perd 1 an en bla-bla et autres palabres et autres négociations... comment voulez-vous que ce dinosaure s'en sorte ...!!

à écrit le 26/12/2016 à 0:14
Signaler
Il serait préférable pour Air France de développer une offre Lowcost au départ de Hub régionaux + Orly, voir de l'étranger (cf Munich ?) pour ne pas canibaliser ses propres lignes ... mais avec le SNPL dans les pattes, pas sur que FA-KLM ait les cou...

le 27/12/2016 à 10:57
Signaler
.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.