Climat : l'Assemblée nationale vote la décroissance du secteur aérien français

L'Assemblée nationale a voté dans le cadre du projet de loi "Climat & Résilience" la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, en cas d'alternatives en train de moins de 2H30.

3 mn

Avec la fin des vols entre Paris et Bordeaux, l'activité de l'aéroport de Mérignac (sur la photo) va se réduire
Avec la fin des vols entre Paris et Bordeaux, l'activité de l'aéroport de Mérignac (sur la photo) va se réduire (Crédits : Regis Duvignau)

En dépit d'une future décarbonation de l'aviation, l'Assemblée nationale a voté samedi soir en première lecture la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, en cas d'alternatives en train de moins de 2H30, après un débat animé et des divergences jusque dans la majorité. Cette mesure emblématique du projet de loi climat vise à supprimer des liaisons entre Paris (Orly) et Nantes, Lyon ou Bordeaux, mais prévoit des exceptions pour les trajets en correspondance. La SNCF est désormais en situation de monopole sur ces liaisons. La Convention citoyenne pour le climat avait réclamé de renoncer aux vols intérieurs en cas d'alternatives de moins de 4h en train, et non 2h30.

Le projet de loi gouvernemental entérine surtout l'existant, puisque le gouvernement avait contraint Air France à renoncer aux liaisons concernées en contrepartie d'un soutien financier en mai 2020. Il interdira aux concurrents de s'engouffrer dans la brèche. "Nous avons choisi (le seuil en train de) 2H30 car 4H ça vient assécher des territoires souvent enclavés comme le grand Massif central... Ce serait inique sur le plan de l'équité des territoires", a argumenté le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

"Casser une filière d'exception"

Mais la mesure a suscité une levée de boucliers de parlementaires de différents bords, souvent élus du Sud Ouest, territoire d'implantation d'Airbus, à Toulouse, et de nombre de ses sous-traitants. Le PS Joël Aviragnet (Haute-Garonne) a fustigé le "coût humain disproportionné" du dispositif et mis en garde contre les pertes d'emplois dans l'aéronautique. Son collègue David Habib a critiqué une mesure de "décroissance" et de "chômage". A droite, Jean-Marie Sermier et Martial Saddier (LR) ont dénoncé une mesure qui vient "casser une filière d'exception". En raison du Covid, "on a une filière qui va très mal", a abondé le MoDem Nicolas Turquois, membre de la majorité.

Le ministre Jean-Baptiste Djebbari a voulu "dédramatiser le débat", soulignant "la complémentarité des modes" entre avion et train : "à chaque fois", le développement des TGV a "asséché très rapidement" les lignes aériennes concernées, a-t-il insisté. Ce qui est loin de la vérité.

A l'inverse, écologistes et insoumis ont plaidé pour revenir à la proposition initiale de la Convention citoyenne pour le climat, avec le seuil de 4H00. Mathilde Panot (LFI) a critiqué "l'article vide" du projet de loi actuel. Un seuil de 4H00 permettrait de supprimer les lignes "les plus émettrices" de gaz à effet de serre comme Paris-Nice, Paris-Toulouse et Paris-Marseille, a insisté Danièle Obono (LFI), chantre de la décroissance.

Un texte qui bride la croissance du secteur aérien

Un décret devra préciser la mesure et les éventuelles autres lignes susceptibles d'être concernées comme Paris-Rennes ou Lyon-Marseille. Le projet de loi prévoit également une compensation carbone graduelle des vols intérieurs - Air France l'applique déjà - et l'interdiction de l'agrandissement des installations aéroportuaires par expropriation si elles entraînent une hausse des émissions.

Pour la ministre déléguée en charge de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, il n'y a pas de contradiction dans la politique du gouvernement qui combine un soutien financier à la compagnie aérienne Air France, qui a bénéficié d'une nouvelle aide de l'État pouvant atteindre 4 milliards d'euros,et l'interdiction de certains vols intérieurs. "Ce n'est pas une contradiction, c'est une transition", a assuré Agnès Pannier-Runacher sur Europe 1 et Cnews dimanche. "Nous bâtissons une vision 2030, une vision où à la fois, on aurait moins de carbone et autant d'avions", a-t-elle expliqué.

"C'est à dire que nous prenons nos responsabilités en matière d'écologie mais nous les prenons de manière proportionnée. Nous accompagnons les entreprises qui doivent changer de modèle. En l'occurrence, s'agissant du transport aérien, on sait que c'est un des facteurs d'émission de CO2, et nous devons massivement réduire les émissions de CO2 pour des raisons de changement du climat qui sont des raisons majeures."

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 19/04/2021 à 15:16
Signaler
De nombreuses etudes ont demontrée que le secteur aeronautiques est un boulet. Continuer a financer par les impots (infrastructures, recapitalisation) le tourisme des plus fortunés va etre de plus en plus difficile a assumer, quand on sait que ses mo...

à écrit le 12/04/2021 à 14:11
Signaler
il fallait respecter la democratie et les 185 jugements pour conserver notre Dame des landes et supprimer la multitude des petits aéroports déficitaires ET avant de supprimer des lignes interieureS il faut interdire les avions prives et SURTOUT q...

à écrit le 12/04/2021 à 13:10
Signaler
Il est temps d’arrêter lés gaspillage dans ce pays, l’après crise sera difficile et il faut prendre des mesures qui contribueront à préserver notre pays comme la suppression des lignes dédoublées par le train.L’avion consomme du pétrole importé et tr...

à écrit le 12/04/2021 à 9:04
Signaler
La lecture de nombreux post laisse à penser que beaucoup n'ont pas compris les enjeux environnementaux qui se dressent devant nous. Selon le site du ministère de l'écologie et de la transition énergétique, le trafic aérien Français (domestique et in...

le 12/04/2021 à 13:07
Signaler
La lecture de votre post laisse à pense que vous n'avez pas compris les enjeux économiques qui se dressent devant nous. Nous devons modifier nos modes de vie, mais avez-vous pensé aux : - salariés et leurs familles des compagnies aériennes travail...

le 12/04/2021 à 16:11
Signaler
à réponse de jeff_511, je suis issu d'une région (les Hauts de France) où l'extraction marqué 150 années. Il n'y a plus de charbon. Si certains emplois disparaissent (naturellement ou structurellement) d'autres seront créés et en particulier dans ...

à écrit le 12/04/2021 à 3:14
Signaler
En refusant d'agir contre l'effondrement, nos parlementaires cautionnent le génocide de nos enfants et petits enfants (et de la majorité du vivant). Sommes nous tenus de respecter les lois d'un pays qui veut nous tuer?

à écrit le 12/04/2021 à 2:40
Signaler
Vision de 2030 ? Nous avons des ministres médiums... d’un côté supprimer des lignes est logique vu que les gens télé - travaillent mais d’un côté ça va booster les co voiturages , les flexbus, les trains ... si les réseaux sont trop chargés soient ç...

à écrit le 11/04/2021 à 22:23
Signaler
Cette pseudo décroissance des liaisons est une toute petite compensation à la convention citoyenne qui demandait moins de 4heures. Le TGV maille déjà bien le territoire comme Marseille, Bordeaux, Rennes,Strasbourg, Lille... En avion il faut se rendre...

à écrit le 11/04/2021 à 21:55
Signaler
C'est déjà un premier pas, on peut espérer d'avantage dans le futur bien que la décision de l'assemblée soit cohérente, compte tenu des régions moins desservies.

à écrit le 11/04/2021 à 20:12
Signaler
Décroissants pour tout le monde ! ils ont faim ? Qu'ils mangent décroissant !

à écrit le 11/04/2021 à 19:18
Signaler
On demande au secteur automobile d investir massivement et de pas delocaliser puis on pourrit la vie des automobilistes. On investit massivement pour creer une filiere aeronautique de classe mondiale puis on demande a fermer les lignes voire les aero...

à écrit le 11/04/2021 à 15:48
Signaler
Encore une fois,les parisiens bobo (Obono en est un bel exemple) qui font subir leur lubie sur les français de province !! (elle est députée du 13e arrdt de Paris) Pourtant,voyager en 1e classe en train occupe 2 fois plus de place et pollue donc 2 f...

à écrit le 11/04/2021 à 15:26
Signaler
Encore une décision dictée par des bobos parisiens. La SNCF aura donc un monopole sur les liaisons de moins de 2h30...très bien. Moi je prendrai alors ma voiture....

le 11/04/2021 à 16:12
Signaler
Moi aussi je reprends la voiture car aucune régularité ni ponctualité avec la SNCF en temps normal sa,ns parler des grèves, entre Nantes et Paris et le prix est aussi dissuasif

à écrit le 11/04/2021 à 15:23
Signaler
C’est la CGT qui va être contente. Un monopole sur les transports va lui redonner un poids qu’aucun gouvernement ne pourra ignorer. A quand une limitation de l’achat de vêtements ? N’oublions pas que l’industrie de la mode est trois à quatre fois pl...

le 11/04/2021 à 15:55
Signaler
C'est sur, je voterai écolo dès que je verrai à l'assemblée des député(e)s avec des vêtements rapiécés :avant, on ne jetait pas, on recousait !!!

le 19/04/2021 à 15:28
Signaler
Les "vrais" ecolos qui rapiecent leur vetement et connaissent la valeur des fibres textiles, il y'en a. J'en fait partie comme des millions de gens simples qui cousent, parfois tricotent. Le probleme c'est que notre democratie est pipé car portée p...

à écrit le 11/04/2021 à 14:55
Signaler
personne ne doute instant que les gauchistes qui veulent faire vivre les francais facon moyen age seront bienevidemment les premiers a souhaiter faire revenir les industries ( a leurs conditions, pas a celles des entreprises) pour creer des bons empl...

à écrit le 11/04/2021 à 13:29
Signaler
Ecologie dictature de la vie en société ! Un autre secteur qui va pas tarder à en faire les frais. Déjà pènalisè par la Codiv les loueurs de voitures ont vendu entre 21% et 31% de leur parc automobile. Ils peuvent vendre le reste de leur parc, puisq...

à écrit le 11/04/2021 à 12:45
Signaler
C'est très bien mais a t'on prévu quelque chose pour les gens qui travaillent à l'aéroport Lyon-Saint Exupéry. Sûrement pas. C'est cela l'écologie on arrête des activités sans aucune contre partie pour ceux qui sont victimes. On pourra respirer de l'...

le 11/04/2021 à 13:29
Signaler
Oui, tout à fait, mais qu'est-ce que vous croyez ? L'écologie n'est pas une partie de plaisir

à écrit le 11/04/2021 à 12:05
Signaler
Il est intéressant de constater que les chantres de la décroissance sont quasi-invariablement des élus et des agents publics bénéficiaires de postes garantis et peu exposés, et de salaires confortables supérieurs à 5000 ou 6000 euros mensuels. Il y a...

à écrit le 11/04/2021 à 11:15
Signaler
Avec tous les pommés et simplets qu'on se trin balle pas de problème pour avoir la décroissance.

à écrit le 11/04/2021 à 11:13
Signaler
Une véritable révolution. "En dépit d'une future décarbonation de l'aviation" Disons que si le secteur aéronautique avait été en mesure de nous proposer une alternative cela aurait changé la donne mais secteur trop gros, trop gras et de ce fa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.