Voyage d'affaires : le plan de la SNCF pour contrer Trenitalia et Renfe entre Paris et Lyon

Axe prioritaire pour la SNCF, le Paris-Lyon sera l'une des premières lignes à grande vitesse française à s'ouvrir à la concurrence, avec l'arrivée successive de la compagnie nationale italienne Trenitalia puis de son homologue espagnole Renfe dans les prochains mois. La SNCF a amorcé la riposte bien avan leur arrivée. Après avoir déployé dès 2020 son offre à bas coût Ouigo entre les gares intramuros des deux villes, la compagnie ferroviaire française entend désormais verrouiller le marché professionnel en pleine reconstruction avec le lancement de sa classe « business première ».

8 mn

La SNCF veut retrouver son marché affaires sur le Paris-Lyon avec sa business première.
La SNCF veut retrouver son marché affaires sur le Paris-Lyon avec sa business première. (Crédits : Reuters)

Ce mardi 19 octobre, la SNCF dévoile officiellement sa nouvelle classe de voyage : la « business première ». Celle-ci sera mise en service sur l'axe Paris-Lyon pour adresser spécifiquement le marché affaires et premium. L'objectif est simple : couper l'herbe sous le pied de Trenitalia qui lancera son offre d'ici la fin de l'année et dont les premiers trains à grande vitesse Frecciarossa 1000 (« flèche rouge ») sont déjà visibles sur les voies en amont de la gare de Lyon à Paris.

Cette nouvelle classe de voyages, décrite il y a quelques semaines comme « assez spécifique » par Alain Krakovitch, directeur de Voyages SNCF, doit permettre une montée en gamme sur le TGV Inoui. Elle s'articulera autour d'une offre de services renforcée, avec un certain nombre d'innovations.

Services rapprochés

Dès la gare de Lyon, l'opérateur français va proposer à ses passagers un accès à un espace dédié à la business première au sein du salon Grand voyageur TGV Inoui, avec la présence d'un « hôte » spécifiquement affecté à ce service (en semaine uniquement). Les passagers pourront également accéder aux salons Grands voyageurs des autres gares et bénéficieront du coupe-files Accès express dans les espaces de vente et pour l'embarquement.

A bord, les passagers disposeront d'une voiture spécifique, où ils pourront bénéficier de l'assistance d'un hôte dédié ou contacter le chef de bord via un assistant virtuel. Ils trouveront un accueil presse/café à quai ainsi qu'une collation à bord, inclus dans la prestation. Pour le bar, les voyageurs pourront faire une commande en ligne, qui sera livrée directement à leur place par l'hôte business première.

La SNCF joue également la carte de la flexibilité. Celle-ci se décompose entre un tarif fixe disponible sur l'ensemble du réseau TGV Inoui, un échange garanti « y compris sur les trains complets le jour de du voyage » et un remboursement sans frais jusqu'à 30 minutes après le départ du train.

Lire aussi 6 mnTélétravail et concurrence, la SNCF face au défi de la reconquête de la classe affaires

Une business première limitée en dehors du Paris-Lyon

Ces services seront accessibles pour tous les passagers ayant réservé avec un tarif business première, ainsi que les voyageurs fréquents munis de la carte Liberté et voyageant en première. Ils seront essentiellement déployés sur le Paris-Lyon - sur lequel des essais sont déjà en cours depuis la rentrée - mais d'autres lignes radiales bénéficieront également d'une offre business première. Celle-ci sera proposée en continu (Bordeaux, Lille, Nantes et Rennes) ou sur certaines heures de pointe (Marseille, Montpellier et Strasbourg). Les prestations y seront néanmoins réduites, essentiellement à la mise en place d'une voiture dédiée.

Le confort à bord est lui en train d'évoluer. Les passagers du Paris-Lyon bénéficient depuis quelques mois de la mise en ligne progressive de 17 rames Océane, dont des rames Duplex rénovées au standard Océane. Elles proposent un plus grand confort en première, avec une ambiance repensée, un siège plus large, une tablette agrandie, une liseuse à l'intensité réglable, un miroir de courtoisie et une meilleure connectivité (câblage USB sur tous les sièges, y compris en seconde). Il n'y aura pas de différence d'aménagement entre première et business première.

L'ensemble du service sera assuré par des rames Océane d'ici la fin de l'année. La véritable rupture en la matière est attendue en 2024 avec le déploiement des premières rames de nouvelle génération du TGV-M.

Un axe majeur convoité

Si autant d'attention est portée sur le Paris-Lyon, c'est qu'il s'agit du tronçon à grande vitesse le plus fréquenté d'Europe. Avec 45 millions de passagers avant la crise, il représentait un tiers du trafic TGV français. C'était également la ligne la plus rentable du réseau SNCF, avec une clientèle affaires très forte, faisant ainsi figure de cash machine. Le groupe ferroviaire tricolore n'entend donc pas laisser ses concurrents pénétrer trop en avant ce marché prioritaire.

La business première fait ainsi partie des trois piliers du plan « riposte », évoqué par Alain Krakovitch au moment des 40 ans du TGV. Le premier a déjà été mis en œuvre en 2020 avec le lancement de TGV Ouigo entre la gare de Lyon à Paris et les gares de la Part-Dieu et Perrache à Lyon, en complément des gares excentrées de Marne-La-Vallée et Lyon-Saint-Exupéry. La SNCF entendait ainsi quadriller le terrain avant l'arrivée de la concurrence - repoussée par la crise sanitaire - mais aussi induire du trafic.

Le dernier pilier se concrétisera en 2024 avec l'arrivée du TGV-M. « Le TGV-M sera l'arme principale par rapport à l'arrivée de la concurrence, avec un design et des services que n'auront pas les autres », avait ainsi déclaré le directeur de Voyages SNCF.

Lire aussi 7 mnLa SNCF prête à lancer les TGV Ouigo en Italie en riposte à l'arrivée de Trenitalia en France

S'imposer dans un marché affaires en reconstruction

Même si elle touchera moins de passagers que les deux autres piliers, la business première tient une place importante dans ce triptyque. Le trafic affaires, qui représentait 20 % de l'activité TGV avant la crise, a lourdement chuté en 2020 (-60 % par rapport à 2019) et peine à remonter depuis. De premiers signes positifs sont en train d'apparaître, notamment avec une reprise des voyages pour les PME-PMI, mais l'amélioration devrait être très progressive dans les prochains mois. La remontée en puissance ne se fera qu'à partir de l'an prochain. Selon l'indice de référence de la SNCF, le groupe espère retrouver 95% de ses niveaux de ventes professionnelles en 2023, et revenir à son niveau d'avant-crise l'année d'après avec une hausse de 1% en 2024 par rapport à 2019.

Après avoir vu ses positions balayées par la crise sanitaire et économique, mais aussi les nouveaux usages de communication à distance et de télétravail, la SNCF se doit donc de rétablir son avantage au plus vite. Autrement, elle risque de voir ses concurrents réussir à capter une partie de ce marché affaires en pleine reconstruction. D'autant que ces derniers disposent d'arguments, tout spécifiquement Trenitalia qui lancera une desserte directe Milan-Turin-Lyon-Paris en fin d'année.

Lire aussi 4 mnLes premières brèches dans le monopole de la SNCF se concrétisent

Trenitalia en impose sur le premium

Sur une partie de ses trains Frecciarossa, l'opérateur national ne propose plus de classe de voyages mais quatre « niveaux de services » : standard, premium, business et executive. Ce dernier est entièrement dédié au trafic affaires, avec des places isolées (rangées de deux sièges), une salle de réunion privatisable à bord, un repas inclus, un hôte dédié, l'accès aux salons en gare, etc. Il faut y ajouter les capacités opérationnelles des Frecciarossa 1000, présenté par Bombardier et Hitachi Rail Italy (ex-AnsaldoBreda) comme « le train à très grande vitesse le plus rapide et le plus silencieux en Europe ». Une rame peut ainsi transporter 450 passagers à une vitesse maximale opérationnelle de 360 km/h.

Alain Krakovitch ne s'y trompe pas. « L'arrivée de cet opérateur est importante pour nous, notamment au regard de la qualité de leur service premium », déclarait-il ainsi début octobre.

Le patron de Voyages SNCF devra également regarder ce qu'il se fait de l'autre côté des Pyrénées, l'arrivée des AVE de Renfe étant prévue l'an prochain sur l'axe Paris-Lyon-Marseille. L'offre espagnole semble plus conventionnelle avec deux classes de voyages, ce qui n'empêche pas Renfe de proposer des aménagements tels qu'un espace de réunion privatif à bord avec des écrans de travail, et des rangées limitées à trois sièges. A cela s'ajoute les services classiques comme le Wi-Fi gratuit et l'accès aux salons en gare.

Lire aussi 2 mnCoup dur pour la SNCF : après Trenitalia, la Renfe entame son offensive en France

Force de frappe de la SNCF

Pour contrer ces ambitions étrangères, la SNCF pourra compter sur son volume d'offres. Avec 22 allers-retours quotidiens en Inoui et 2 en Ouigo, et des TER, l'opérateur français dispose d'une force de frappe sans équivalent. Elle sera renforcée à partir du printemps 2022 par 2 allers-retours en Ouigo vitesse classique.

En face, Trenitalia ne pourra y opposer que cinq trains pour commencer. Et Alain Krakovitch le sait : « Il (Trenitalia) n'aura pas les fréquences que nous avons, et ce facteur est essentiel pour la clientèle d'affaires. » La compagnie italienne devra se montrer solide pour réussir son implantation sur cet axe majeur, ce qui devrait demander deux ans au minimum.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 19/10/2021 à 21:07
Signaler
ça fait 60 ans que la SNCF se moque de ses usagers, je lui souhaite malgré tout d'avoir une fin paisible !

à écrit le 19/10/2021 à 16:20
Signaler
Fini le pouvoir de blocage des trains par nos Français rois de la grève lors des grands départs en vacances. Vous nous avez pris en otages, les Européens nous respecterons surement plus ! Vous n'aurez plus le monopole du transport .

à écrit le 19/10/2021 à 13:26
Signaler
Une business première... aux services low cost, comme toujours à la sncf et sur Air France en domestique. Les fréquences sont l argument pour pouvoir offrir un produit aussi pauvre. Pour avoir voyagé sur la premium italienne et utilisé la salle de ré...

à écrit le 19/10/2021 à 12:14
Signaler
Bien entendu, les seuls autorises a p[rendre le train devront etre au prealable detenteur d'un pass nazitaire, certifiant avoir recu la troisieme injection. De Gaulle traitait les francais de veaux, un visionnaire.

à écrit le 19/10/2021 à 8:51
Signaler
Il faut aussi redécouvrir les liaisons par rails entre les diverses petites villes. Hélas, je crains que le vieux principe va encore se vérifier:" privatiser ce qui est rentable et abandonner à la dette ce qui est essentiel". Pourtant ça serait du be...

à écrit le 19/10/2021 à 7:52
Signaler
La sncf s'entête sur le tgv pour aller chercher des gens fortunés à savoir sa stratégie qui l'a faite plonger aussi bas, on dirait bien que les premiers ennemis du train en sont les dirigeants et ce depuis longtemps maintenant. Des milliards de dette...

le 19/10/2021 à 14:33
Signaler
Je ne suis pas d'accord avec votre propos. Ma fille ainée et son compagnon ont fait en septembre un AR Lille/Aix en Provence TGV en OUIGO et ont payé chacun 50€ AR (départ un samedi et retour un mardi).

le 19/10/2021 à 14:33
Signaler
Je ne suis pas d'accord avec votre propos. Ma fille ainée et son compagnon ont fait en septembre un AR Lille/Aix en Provence TGV en OUIGO et ont payé chacun 50€ AR (départ un samedi et retour un mardi).

le 19/10/2021 à 16:29
Signaler
Tandis qu'un billet de train entre Perigueux et brive AR c'est 64 euros, merci pour l'information il y a donc une véritable et totale aberration à la sncf ! Hallucinant... -_-

le 19/10/2021 à 16:30
Signaler
Entre périgueux et bordeaux pardon qui fait une centaine de kilomètres

le 20/10/2021 à 17:01
Signaler
Il y a en effet une aberration, et elle se nomme SNCF. On en a suffisamment chi* avec les greves a répétition et autres joyeusetés du genre. J’ai encore en travers de la gorge la dernière grève des retraites d’il y a 2 ans, pour laquelle la SNCF ne d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.