Rachat d'Aer Lingus : après le feu vert de Dublin, IAG doit encore convaincre Ryanair

 |   |  263  mots
Le rachat d'Aer Lingus par IAG fait débat en Irlande, des responsables politiques et syndicaux ayant émis des craintes quant à ses éventuelles conséquences sociales.
Le rachat d'Aer Lingus par IAG fait débat en Irlande, des responsables politiques et syndicaux ayant émis des craintes quant à ses éventuelles conséquences sociales. (Crédits : © Cathal McNaughton / Reuters)
Le Conseil d'administration de Ryanair devra également donner son feu vert pour que le groupe hispano-britannique IAG puisse racheter la compagnie aérienne irlandaise. Ce dernier a mis 1,35 milliard d'euros.sur la table.

Le gouvernement irlandais a donné mardi 26 mai son feu vert au rachat d'Aer Lingus par International Airlines Group (IAG) en acceptant de lui céder la part de 25,1% qu'il détient dans la compagnie aérienne irlandaise, a annoncé le ministre des Transports Paschal Donohoe.

Le ministre a précisé qu'IAG, maison-mère de British Airways et d'Iberia, avait fourni, à la suite de discussions menées sur plusieurs mois, des "informations additionnelles" et des "engagements" en lien avec sa proposition de rachat.

Alors que la vente doit recevoir l'accord du Parlement, IAG s'est engagé à conserver un siège d'Aer Lingus à Dublin, ainsi que les créneaux de décollage dont dispose la compagnie irlandaise à l'aéroport de Londres Heathrow.

Ryanair reste à convaincre

Pour racheter Aer Lingus, le groupe hispano-britannique IAG a mis sur la table une offre à 2,55 euros par action, soit environ 1,35 milliard d'euros au total. Cet obstacle levé, IAG doit encore convaincre la compagnie irlandaise Ryanair, premier actionnaire (avec 29,8% du capital) d'Aer Lingus devant l'État irlandais.

"Notre position n'a pas changé", a aussitôt réagi Robin Kiely, un porte-parole de Ryanair. "Le Conseil d'administration de Ryanair étudiera tout offre en fonction de ses mérites, si une offre se présente", a-t-il ajouté.

Le rachat d'Aer Lingus par IAG fait débat en Irlande, des responsables politiques et syndicaux ayant émis des craintes quant à ses éventuelles conséquences sociales. Cette vente serait "négative pour les emplois, pour les travailleurs d'Aer Lingus et pour le développement économique de l'Irlande", a estimé dans un communiqué le syndicat IMPACT.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 10:42 :
Je ne comprend pas l'absence totale d'AirFrance-KLM sur les restructurations en Europe : Are Lingus, TAP, etc.
Je sais bien que financièrement, AF n'est pas au top. Mais les augmentations de capital, ça existe ! DE plus ça permettrait à la compagnie franco-hollandaise de récuser du personnel excédentaire en France, sur la compagnie acquise... Enfin, une évolution vers Transavia règlerait indirectement la question des bases Transavia Europe, notamment via la filiale low-cost de la TAP, par exemple... non ?
Réponse de le 27/05/2015 à 18:45 :
Air France ne se situerait elle pas plutôt du côté des compagnies à acheter que des compagnies acheteurs?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :