Ryanair, l'incroyable machine à cash du transport aérien

 |   |  604  mots
Ryanair a transporté en effet 130,3 millions de passagers pendant son exercice comptable 2017-2018, soit 9% de plus sur un an.
Ryanair a transporté en effet 130,3 millions de passagers pendant son exercice comptable 2017-2018, soit 9% de plus sur un an. (Crédits : Regis Duvignau)
Ryanair a publié un bénéfice annuel record, en dépit d'un conflit avec ses pilotes en septembre qui a entraîné l'annulation de 20.000 vols.

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a fait état lundi d'une hausse de 10% de son bénéfice net lors de son exercice annuel 2017-2018, malgré l'annulation de milliers de vols cet automne et cet hiver et même si la hausse des cours du pétrole assombrit son horizon. Sur l'exercice allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, la principale compagnie low-cost européenne a dégagé un bénéfice net de 1,450 milliard d'euros, conforme à ses prévisions, grâce à une progression de son trafic de passagers. Elle a transporté en effet 130,3 millions de passagers pendant cet exercice comptable, soit 9% de plus sur un an et un nouveau record pour la compagnie irlandaise, qui a mis en avant ses progrès en Allemagne, en Italie et en Espagne.

Les prix de ses billets d'avion ont diminué en moyenne de 3%, à 39,40 euros par vol, faisant dire à l'entreprise qu'aucune autre "compagnie aérienne de l'UE ne peut battre Ryanair sur les prix". Ses revenus auxiliaires (paiement pour un siège spécifique, un embarquement accéléré, une location de voiture, etc.) ont pour leur part grimpé de 13%, et au final le chiffre d'affaires de la compagnie a augmenté de 8%, à 7,151 milliards d'euros.

Une crise en septembre

La compagnie irlandaise s'est félicitée de ce résultat obtenu "lors d'une année marquée par des capacités excédentaires sur le marché européen du transport aérien, ce qui a entraîné une baisse des prix des billets, mais aussi malgré un rebond des cours du pétrole et notre problème de planning de septembre 2017". Ryanair a en effet connu une crise lorsqu'elle a dû annoncer à la mi-septembre, à la surprise générale, la suppression de 2.000 vols jusqu'à fin octobre.

Puis fin septembre, la compagnie a dévoilé une nouvelle série d'annulations concernant 18.000 vols entre novembre et mars 2018. Afin d'apaiser les tensions sociales chez ses pilotes, à l'origine de ses problèmes de planning, Ryanair a entamé depuis un processus de reconnaissance des syndicats.

Des prévisions en baisse

"Nos perspectives pour l'exercice 2019 sont teintées d'un pessimisme prudent", a averti le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary dans un communiqué. Pour l'exercice comptable en cours d'avril 2018 à mars 2019, qui sera marqué à la fin mars 2019 par le départ formel du Royaume-Uni de l'Union européenne, la compagnie s'est voulue "du côté pessimiste de la prudence". Elle prévoit un repli de son bénéfice net, attendu dans une fourchette de 1,25 à 1,35 milliard d'euros. Ce ton pessimiste contraste avec celui de son concurrent EasyJet, deuxième compagnie aérienne à bas prix d'Europe, qui a annoncé la semaine dernière anticiper pour son exercice annuel en cours un bénéfice imposable en hausse de 30%, grâce à une forte demande et faillite de certains de ses concurrents.

"Les réservations sont solides mais on peut difficilement augmenter les prix. S'il est encore trop tôt pour prévoir avec précision les réservations de l'été ou les tarifs du second semestre, nous restons prudents et anticipons des tarifs moyens globalement stables sur l'exercice 2019", a-expliqué Michael O'Leary.

Elle va voir ses coûts de personnel augmenter du fait de l'annualisation des hausses de salaires de ses pilotes et des personnels de cabine. Mais surtout, la compagnie prévoit de subir l'impact de la poursuite de la hausse des cours du pétrole, dont le baril de Brent vient de franchir la barre des 80 dollars pour la première fois depuis novembre 2014. Ryanair prévoit que cette évolution devrait alourdir de 400 millions d'euros sa facture annuelle de kérosène.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 14:42 :
Ryanair est en réalité une société subventionnée par les Chambres de commerce, que fait Bruxelles si prompt à sanctionner les entreprises qui soi-disant ne respecte pas la libre concurrence.
a écrit le 22/05/2018 à 13:21 :
Ce qui est surtout incroyable, c'est qu'il y ait encore des employés qui acceptent de bosser pour eux (ah, la peur du chômage) et des clients qui voyagent dans les avions de cette compagnie qui aurait du être liquidée et son patron foutu en taule depuis longtemps !!
a écrit le 22/05/2018 à 9:51 :
Ya des dirigeants économiques qui sont bien meilleurs que d'autres, c'est flagrant. Nous nos dirigeants dès qu'il y a une grève provoquent les grévistes afin de faire durer la grève plus longtemps pour casser les salariés médiatiquement.

Une stratégie forcément aux conséquences économiques lourdes.
a écrit le 22/05/2018 à 8:36 :
Vive la concurrence libre : il faut que Ryanair rembourse les aides versés par les départements régions avec les impôts payés par les sociétés qui déclarent leur bénéfice (du moins ce qui en reste) en France
a écrit le 21/05/2018 à 18:49 :
Normal que le chiffre d affaires ai augmenter : pour pouvoir voyager à 2 côté à côte tu es obligé de réserver tes siège mini 7€( 4€ affiché !) Sinon pour la réservation aléatoire tu voyage chacun a un bout de l avion ! Pour voyager avec une valise à main dans l avion réservation en prime sinon direct en soute 18€ me semble t il ! Sans parler des ventes additionnelles dans l avion ! 5€ une Heineken
Rayanair son devenu de grd bandit
Réponse de le 21/05/2018 à 19:42 :
Tu peux tjs négocier pour échanger ta place, le bagage a main est gratuit, pas la peine de réserver.
Je prefere payer mon billet moins cher et payer 5e la biere plutot que de payer la biere des autres
Réponse de le 22/05/2018 à 15:11 :
Chez Air Grève, depuis un an, le choix du siège en classe bétaillère 20eur : aller retour 40 eur, 12 eur par kg de bagage soute dépassé. J'utilise parfois XL Airways, je n'y achète rien. J'ai un gobelet et me désaltère au robinet Wc. Je mange ce que j'ai acheté la veille chez Super U.
a écrit le 21/05/2018 à 15:33 :
Heureusement, elle n'est pas LESTEE-SABOTEE par des pilotes et pnc " à la Air Grève "
Réponse de le 21/05/2018 à 22:07 :
Ryanair, pas de sécurité sociale, contrat zéro heure, pas de cotisation retraite, vous payez votre uniforme, votre formation.... Un bel exemple de l'esclavage des temps modernes qui s'appuie sur la misère et le chomage.
Mais bon si ça vous permet de voyager moins cher... La misère des autres, on s'en fout..... Décidément ce monde manque cruellement d'âme.
Réponse de le 21/05/2018 à 23:20 :
L'article ne mentionne pas les aides directes ou indirectes reçues des Chambres de Commerce et d'Industrie, des ristournes obtenues par chantage des autorités aéroportuaires. On paye sa bière et en prime par les subventions celles des actionnaires
Réponse de le 21/05/2018 à 23:24 :
Arrogants pilotes et pnc français, d' air grève, on s'en fout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :