Transavia attaque de front Easyjet et Vueling

 |   |  483  mots
(Crédits : reuters.com)
L'été prochain, la filiale à bas coûts d'Air France va ajouter des vols sur 12 lignes qu'elle opère déjà et ouvrir 10 nouvelles lignes. La quasi-totalité de cette hausse de capacités sera positionnée sur des lignes assurées par EasyJet et Vueling.

Transavia France, la filiale low cost d'Air France, continue son développement et sa stratégie d'attaquer frontalement les autres compagnies low cost présentes en France, à Paris en particulier et à Orly plus précisément.

Cinq nouveaux avions

Avec l'arrivée l'été prochain de cinq nouveaux B737-800 (qui porteront à la flotte de la compagnie française à 26 appareils), Transavia va attaquer ses concurrentes, essentiellement Easyjet et Vueling, en concentrant l'essentiel des renforcements de fréquences et des ouvertures de lignes sur des routes assurées par ses rivales au départ de Paris.

Ainsi sur les 12 lignes sur lesquelles Transavia va ajouter un vol quotidien supplémentaire pour proposer un service biquotidien, sept seront également opérées par Easyjet et Vueling (ou les deux) l'été prochain au départ de Paris : Porto et Séville (Vueling), Marrakech (Easyjet), Barcelone, Madrid, Venise, Lisbonne (Vueling et Easyjet). S'ajoute même Dublin desservie par Ryanair.

10 nouvelles lignes

Par ailleurs, sur les 10 nouvelles lignes que va ouvrir la filiale d'Air France l'été prochain (six au départ d'Orly, Londres-Luton, Dubrovnik, Split, Vérone, Edimbourg, Vienne, trois au départ de Lyon, Faro, Lisbonne, Valence et Nantes-Faro), cinq seront également assurées par EasyJet et une par Vueling. A Orly, Easyjet programme en effet Dubrovnik, Split et Londres-Luton, tandis que Vueling opèrera Vérone. A Lyon, Easyjet exploitera des vols vers Faro et Lisbonne.

 Bataille cinglante

La stratégie d'attaquer de front des compagnies basées à Paris est encore plus audacieuse que celle de l'an dernier où Transavia s'était positionnée sur des lignes de Ryanair au départ de Beauvais (Oise). Si pour une clientèle parisienne, la filiale d'Air France a l'avantage de l'aéroport, elle ne l'a pas face à Easyjet et Vueling également basées à Orly et Roissy.

La bataille entre ces trois compagnies qui proposent des tarifs similaires s'annonce donc très chaude. Elle pourrait devenir cinglante à Paris si Ryanair débarquait à Roissy.

Encadré : le SNPL prêt à développer Transavia France en Europe

Par ailleurs, le premier syndicat de pilotes d'Air France, le SNPL, n'est pas fermé au développement en Europe de Transavia France, à condition notamment de préserver l'emploi dans l'Hexagone, a-t-il indiqué jeudi à l'AFP à l'issue d'une réunion. Ceci à la manière de Transalvia Holland, qui vient d'ouvrir une base à Munich, après avoir signé un accord avec les pilotes du syndicat hollandais VNV. Mais cet accord présente "un certain nombre de défauts", selon le SNPL, notamment parce qu'il permet de "recourir à 20% de personnel par le biais de « brokers », des contrats de très courte durée", ce qui n'est "pas défendable", a expliqué à l'AFP Véronique Damon, secrétaire générale du SNPL Air France.

Pour la direction, un accord sur Transavia ne peut aboutir  si aucun accord pour augmenter la productivité des pilotes d'Air France n'est signé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2015 à 12:54 :
Enfin des bonnes nouvelles, comme on aimerait en avoir plus souvent !
Le bémol, c'est que pendant que Transavia base un avion de plus sur LYS, Easyjet en ajoute 2 ! ... ce n'est pas comme ça que Transavia va rattraper la LowCost britannique !
Mais pour une fois que tout le développement n'est pas exclusivement sur Orly, on ne va pas bouder son plaisir !!
Et comme je suis exigeant, j'attends avec impatience la possibilité de me faire des citybreaks en Europe (hors péninsule ibérique...). Peut-être que le lancement de la base munichoise va lancer le mouvement.... hein, dis !!?
a écrit le 12/12/2015 à 10:04 :
enfin Air France réagit ...on se demande quand meme :
si ce n'est pas trop tard ...
si ils ne vont pas payer tout le " cinéma " recent ...
si enfin le service va s'ameliorer .
a écrit le 11/12/2015 à 11:54 :
Je voyage souvent vers la péninsule ibérique et ce que je peux vous dire des rares fois que j 'ai pris Transavia c'est que:
Ils sont pas très souriants, souvent en retard, répondent systématiquement en français (ne maîtrisent pas l'espagnol et le portugais!) leur service est tristounet.

En somme ils sont très loin de pouvoir concurrencer Easyjet et dans une moindre mesure Ryanair.
Réponse de le 12/12/2015 à 10:07 :
je n'ai pas pris Transavia , mais A F ( sur la peninsule ) , mais d'accord avec vous ; par contre je vol en general sur Vueling : pas mal .
Réponse de le 12/12/2015 à 21:27 :
@Luiz : Transavia étant basé en France, il est cohérent que les navigants soient francophones : d'où le souhait des dirigeants de mettre en place des bases en Europe... une base en Espagne emploierait des hispanophones, une base en Allemagne des germanophones, une base au Portugal des lusitanophones... en général, au moins un des PNC parle la langue du pays de destination ..
a écrit le 11/12/2015 à 8:54 :
Il est temps que chacun prenne ses responsabilités et arrête les enfantillages !
D'abord l'état :
-L'état doit soutenir la compagnie par une réflexion globale sur la factuel de la sécurité, rôle régalien pourtant dévolu à l'état;
- lancement d'un projet européen de compagnie dite "européenne" qui répondrait à des normes fiscales et sociales communes, basées sur une moyenne européenne, et ajustées par des négociations Patronat/syndicats européens. Ces compagnies européennes bénéficieraient du ciel ouvert européen. Les compagnies qui choisiraient de conserver leur statut national perdrait ce ciel ouvert !
Ce niveau social et fiscal pourrait servir de base d'exigence pour les négociations avec les pays extra-européens.
-suivre, en tant qu'actionnaire, les besoins financiers de la compagnie.

Ensuite les pilotes : il faut comparer les conditions Air France avec les compagnies Lufthansa, iberia et British Airways... et accepter une évolution vers un alignement.

Enfin les dirigeants :
- il faut remettre un esprit de groupe chez Air France-KLM : un des moyens serait de mettre en place une possibilité, pour chacun des salariés du groupe, de bénéficier de GP sur l'ensemble du groupe, et non filiale par filiale !
- il faut proposer un plan de développement : croissance externe par la reprise d'une (plusieurs) compagnie(s) lowcost(s) européenne(s) qui serviraient de bases européennes et accessoirement d'apport de clientèle étrangère vers les long courriers AF;
Croissance externe pour le long courrier par des reprises de compagnie qui serviraient de base sur autre continent, comme cela est déjà envisagé en coté l'ivoire et au Kenya pour l'Afrique (pourquoi pas Gol au Brésil, Iran Air au porte de l'Asie,...);
Croissance interne LC possible au départ des régions, surtout si des compagnies lowcosts européennes reprises, servent d'apport de clientèle, via une offre par exemple de grecs par Transavia, de Polonais par un WizzAir reprise par AF, pour développer un Varsovie-LYS-JFK ou un Athènes-LYS-JFK! Le LYS-JFK serait bien sur assuré par AF !
"D'abord, ensuite et enfin" dans ce texte ne sont pas à lire dans un sens chronologique, mais bien comme 3 piliers de réformes où chacun doit apporter sa contribution....
Les Français ont toujours su avoir un sursaut dans les périodes difficiles permettant de repartir encore plus fort : chez Air France-KLM, on est en plein dedans !
Réponse de le 11/12/2015 à 20:39 :
Hormis pour la remarque concernant les pilotes. En effet si l'on fait abstraction d'Iberia, dont les conditions d'emploi ont été massacrées, si on veut aligner les conditions des pilotes AF sur celles de LH BA ou KLM, alors ce sera un alignement... à la hausse! Alors il est clair que cela dénote avec cet acharnement maladif contre les pilotes, mais c'est pourtant la réalité.
Étonnant que la direction d'AF refuse un alignement des négociations salariales sur celles des pilotes de KLM, pourtant réclamé par le SNPL ( qui a en croire les journalistes incarne le diable en personne, alors que globalement c'est le syndicat le plus progressif de tous en France...)
Bref cet acharnement à l'encontre de la corporation des pilotes, littéralement trainés dans la boue et rendus responsables de tout est simplement orchestré par notre merveilleux gouvernement qui refuse de prendre ses responsabilités... Alors que d'un autre côté Hollande faire des courbettes à Al Baker (pdg de Qatar Airways) qui est reconnu comme étant un malade mental notoire...bref c'est pas gagné.
Réponse de le 12/12/2015 à 10:13 :
...il faut que ...il y a qu'a ...
comme trop souvent .
mais , pendant ce tempslà , les gens voyagent ...sur d'autre cies ; et ont l'occasionde tester des services ...pas mal du tout !
Air-France avait , une 1 ere fois ( longue greve dans les années 75 / 80 ) ,perdue une grosse clientèle d'affaire ; j'ai l'impression moi , que le recent conflit leur a fait perdre du temps et ne va pas les aider à regagner la clientèle .
evidement , ce n'est pas le personnel d' Air France qui peut avoir des vues très objectives : ils voyagent eux , sur A F .
Réponse de le 12/12/2015 à 19:54 :
Le temps de travail des PNT chez AF semble bien inférieur à celui des PNT des concurrents : et en fait, pourquoi ne pas aligner sur Transavia ?? (temps de travail, mais maintien des rémunérations: faut pas exagérer.. !?)
Réponse de le 12/12/2015 à 21:36 :
@bon commentaire : merci de votre approbation... mais un point me chagrine :
"c'est aux autres de faire des efforts, pas moi "!!! semble votre logique. Or, pour moi, TOUS doivent faire des efforts ! Les pilotes d'AF moyen courrier, par exemple, travaillent entre 630 à 678h contre 700h chez Transavia... et plus de 800h chez Easyjet ! Comment les concurrencer ainsi, surtout avec des complémentaires santé et retraites en plus !!??
Ce n'est pas pour rien si IAG a dévolu les vols moyens courriers à Vueling !! Idem pour LH avec Germanwings/eurowings ! Comment comparer la productivité AF moyen courrier (et Hop)face à ces concurrents ??!
Réponse de le 15/12/2015 à 13:08 :
@ @bon comment :
vous parlez des PNT... du côté des PNC, il y a de la productivité à revoir...
Je crois que parallèlement à ce qui se négocie actuellement au coup par coup,il serait indispensable de faire des rencontres en parallèle, de représentant, en nombre très restreint :
- de l'état;
- de la direction AF-KLM, AF, Transavia, Hop ;
- du SNPL AF et SNPL Transavia
- des syndicats PNC
Objet de ces rencontres : que chacun, s'il obtient satisfaction sur d'autres points, mette sur la table jusqu'où il peut se réformer :
l'Etat en terme de taxes, en terme de redevances ADP, en terme de charges sociales, ...
Les salariés (PNT et PNC), sur la base des règles communes à l'europe (900h de vol, règles de temps de repos européennes, ...);
La direction en terme de maintien de l'emploi, voire de recrutement, en terme de rémunération, et en terme de croissance externe...
Pour que les choses avancent, il faut à la compagnie un grand coup de tonnerre, une grande remise à plat !!
Bon courage à tous...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :