Transavia prévoit un plan de développement massif l'été prochain

 |  | 791 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Paul Hanna)
Alors que le trafic aérien pique du nez à cause de la reprise de l'épidémie, Transavia, la filiale low-cost d'Air France, prévoit une croissance significative l'été prochain avec l'entrée dans sa flotte de huit Boeing 737-800 supplémentaires qui feront grimper le nombre d'avions exploités par la compagnie à 48 exemplaires. Il s'agit de la plus forte augmentation de la flotte depuis sa création en 2007. Un tel rythme pourrait continuer lors des saisons estivales suivantes.

Alors que le trafic aérien plonge à nouveau avec le rebond de l'épidémie et le durcissement des conditions de voyage, Transavia, la filiale low-cost d'Air France, prépare une offensive significative à partir de l'été prochain. Seule compagnie du groupe à avoir l'opportunité de croître dans la stratégie de la direction, et par conséquent seule compagnie à être épargnée par le plan de suppression de 7.500 emplois au sein du groupe, Transavia a prévu, selon des sources concordantes, de prendre livraison de 8 Boeing 737-800 NG au cours de la saison été 2021. Pris en location, ces avions s'ajouteront aux 40 exemplaires qu'exploite déjà la compagnie aujourd'hui, faisant ainsi grossir la flotte de 20%.

Développement sur l'Europe et la France

En volume, ce sera le plus gros coup d'accélérateur de Transavia depuis sa création en 2007. Jusqu'ici, les plans de croissance de la compagnie se sont faits au maximum par tranche de 5 avions. Interrogé, Transavia n'a fait aucun commentaire.

La compagnie entend utiliser ces nouveaux appareils pour se développer à la fois sur le réseau intra-européen et le réseau intérieur français, sur lequel Transavia a désormais vocation à desservir pour ramener les comptes sur cette partie du réseau dans le vert en 2023. Air France ayant bien l'intention de dialoguer avec les Régions pour expliquer sa stratégie, la montée en puissance de Transavia s'étalera de l'été 2021 au début de 2022. Evidemment, ce plan de développement significatif sera ajusté en fonction de l'impact de la crise à ce moment-là. Après avoir opéré 50% de sa capacité en juillet en août, la compagnie est redescendue à 40% en septembre et en octobre. Et le programme hiver n'est pas encore calé.

Pour autant, même s'il est difficile d'établir des plans à plusieurs années, l'idée pour les deux ou trois prochaines saisons estivales (post 2021 donc) est de reconduire une croissance du même ordre. Ce qui entraîne de gros enjeux de formation des pilotes.

La croissance résulte des accords avec les pilotes

La croissance prévue l'été prochain est la conséquence des accords de périmètre signés avec les pilotes d'Air France en septembre 2019 et en août 2020. Le premier a permis de faire sauter le plafond de 40 avions que ne pouvait dépasser Transavia, et le second autorise cette dernière à opérer des vols domestiques partout sur le territoire, sauf à Roissy-Charles de Gaulle. La compagnie présidée par Nathalie Stubler n'a pas attendu l'été prochain pour se lancer sur le domestique. Début novembre, cinq lignes seront ouvertes au départ d'Orly (Biarritz) et de Nantes (vers Toulouse, Montpellier, Marseille et Nice), des lignes assurées jusqu'ici par Air France et surtout HOP .

Lire aussi : Transavia sur le réseau intérieur, ça commence avec 5 lignes en novembre!

HOP se recentrant sur l'alimentation des hubs de Lyon et de Roissy, Transavia a déjà ciblé des lignes opérées jusqu'ici par HOP au départ d'Orly, comme Pau, Toulon, Montpellier, Perpignan ou Brest.

D'autres low-cost seront-elles présentes sur certaines de ces lignes ? La compagnie espagnole Vueling va assurer à partir de mi-octobre et jusqu'à fin mars des vols le week-end vers Brest, Marseille et Montpellier. Et n'exclut pas de prolonger les vols si l'expérience est concluante.

Lire aussi : Vueling vient chasser sur les futures terres de Transavia en ouvrant trois lignes domestiques au départ d'Orly

Encadré : Ce que dit le nouvel accord de périmètre

Signé cet été par les pilotes et la direction le nouvel accord de périmètre introduit une garantie plancher sur le nombre d'avions moyen-courriers (hors avions régionaux) pour l'ensemble du groupe, fixée à 150 avions (incluant les appareils basés aux Antilles). Ce qui correspond peu ou proue à la flotte actuelle d'Air France sur le moyen-courrier (110 appareils de la famille Airbus A320) et de Transavia (une quarantaine de Boeing 737-800). Cette garantie s'accompagne également d'une garantie en heures de vol révisée à la hausse. Dans le même temps, l'accord assure une protection à Air France à Roissy-Charles de Gaulle, aéroport que Transavia ne pourra pas desservir. En effet, l'accord prévoit un système permettant d'augmenter la flotte moyen-courrier globale du groupe, malgré une baisse de la flotte de la compagnie Air France pour laquelle un plancher est fixé à 80 avions, l'équivalent de la flotte actuelle alimentant le hub de Roissy. Autrement dit, si la flotte d'Air France est amenée à décroître, celle de Transavia augmentera à un rythme supérieur à celui de la décroissance d'Air France. Et ce, à un rythme de 4 avions supplémentaires chez Transavia pour trois avions en moins chez Air France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2020 à 8:35 :
Il plonge à nouveau à partir d'où ? Vu qu'il n'a pas repris son volume d'avant crise c'est sûr et certain.
a écrit le 27/09/2020 à 17:52 :
Alors que tout le monde, gouvernements compris, vit et réagi au jour le jour, comment font-ils ? Ils ont des informations qu'on n'a pas ?
a écrit le 27/09/2020 à 11:23 :
L'Etat actionnaire aurait du mettre la pression pour que Transavia achète des Airbus A320 à la place des Boeing. Niveau maintenance et formation, cela n'aurait pas été gênant vu que le groupe Air France a déjà l'expertise de maintenance et les pilotes sont formés sur A320.
a écrit le 26/09/2020 à 17:46 :
Des Boeing...et pourquoi pas des Airbus ?
a écrit le 26/09/2020 à 11:12 :
Quelle évolution au sein du groupe AF !!
Le low cost, fer de lance de la reconquête du Groupe en Europe et sur le moyen courrier !
Alors qu'auparavant, cette cie, comme l'ex filiale Joon en son tps, n'était qu'un mal nécessaire mal toléré au sein du Groupe, et encore en limitant drastiquement en interne sa zone d'influence et son développement.
On peut regretter l'équipement massif en Boeing 737, tt en espérant qu'elle ne commettra pas l'erreur de basculer sur le Max, comme va le faire Ryanair.
Mais la raison est historique, car cette cie hollandaise a été créée pour assurer des vols Charter et s'est développée ds les années 60-70, à une époque où B. dominait sans partage le marché aéronautique. Et les flottes se doivent d'être homogènes pour comprimer les coûts.
Réponse de le 29/09/2020 à 12:03 :
Est-il plus intéressant d'homogénéiser la Flotte Transavia France avec celle de Transavia Holland, ou serait-il plus judicieux d'homogénéiser la flotte Transavia France avec celle d'AirFrance ??
Ainsi par exemple, a-t-on plus de chance de voir un personnel Transavia Holland venir faire un vol sur une ligne Transavia France avec un appareil Transavia France (l'homogénéisation actuelle le permet), ou y aurait-il plus de possibilité de pouvoir faire piloter un appareil Transavia France par des PNT Air France, ... et réciproquement ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :