Une mort d’Air France ? "Ce risque n’existe pas, le déclin oui" (Janaillac)

 |   |  743  mots
La situation d'Air France est connue depuis longtemps mais comme l'a souligné récemment le rapport Bailly sur la compagnie, le constat n'est pas partagé entre la direction et certains syndicats.
La situation d'Air France est connue depuis longtemps mais comme l'a souligné récemment le rapport Bailly sur la compagnie, le constat n'est pas partagé entre la direction et certains syndicats. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Fonds propres négatifs, 35% des lignes long-courriers dans le rouge...., auditionné ce mercredi à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM, a rappelé les raisons pour lesquelles des efforts sont nécessaires pour croître.

A ceux qui seraient tentés au sein d'Air France de mettre en avant « le milliard d'euros » de bénéfices d'exploitation que va réaliser Air France-KLM en 2016 pour ne pas faire d'efforts supplémentaires au cours des négociations sociales qui viennent de reprendre, Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM et président d'Air France a rappelé ce mercredi à l'Assemblée nationale, la situation de la compagnie française et ses enjeux.

Capitaux propres négatifs

Jean-Marc Janaillac a d'abord replacé les résultats par rapport à ses concurrents.

«Notre rentabilité est la plus faible. Notre bénéfice opérationnel est la moitié de celui de Lufthansa, le tiers de celui de IAG, le quart de celui de Delta et d'Easyjet », a-t-il indiqué.

Si elle a baissé ces dernières années, la dette (4,2 milliards d'euros à fin septembre) n'est "pas revenue à un niveau comparable" à celles des concurrents, et les "capitaux propres d'Air France sont négatifs".

«Cela nous fragilise en cas de retournement de conjoncture », a expliqué Jean-Marc Janaillac aux sénateurs.

Baisse de la facture carburant

N'en déplaise aux syndicats et à Frédéric Gagey, l'ancien PDG d'Air France aujourd'hui directeur financier d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac n'hésite pas à affirmer que le retour aux bénéfices d'Air France en 2015 et 2016, après 7 ans de pertes consécutives, provient, certes en partie de l'effet des efforts réalisés dans les plans Transform et Perform, mais "surtout du fait de la baisse du prix du carburant". En 2016, la facture carburant d'Air France-KLM aura diminué de 1,5 milliard d'euros par rapport à 2015.

La situation diffère selon les marchés. Air France est à l'équilibre sur son réseau intérieur et bénéficiaire sur le long-courrier. Mais 35% de ses lignes long-courriers sont dans le rouge (contre 15% chez KLM) et 10% dans le rouge vif puisqu'elles génèrent à elles seules 200 millions d'euros de pertes. Sur le réseau moyen-courrier, "le déficit s'accroît" sur le réseau d'alimentation du hub de Roissy-Charles de Gaulle dont seules 20% des lignes sont bénéficiaires.

Roissy, l'aéroport le plus cher après Londres

La concurrence des compagnies à bas coûts et de celles du Golfe, ainsi que la combinaison en France d'un coût du travail et d'une taxation spécifique sur l'aviation supérieurs à un ceux d'un grand nombre de concurrents ne créent pas un environnement favorable.

"Nous sommes comme une entreprise qui exporte 50% de son chiffre d'affaires avec une seule usine, Paris, avec 97% des salariés qui ont un contrat français", a-t-il lancé, en égratignant ADP et les redevances à Roissy,  "les plus chères après celles de Londres". Et d'ajouter : «Si l'on appliquait à Air France le niveau de redevances de KLM, cela générerait plusieurs centaines de millions d'euros d'économies à Air France ».

Si le risque d'une mort d'Air France "n'existe pas" selon lui, celui du "déclin" est bien réel. Pour l'éviter, Jean-Marc Janaillac mise sur son plan présenté début novembre qui passe par "un effort de l'ensemble de l'entreprise sur l'ensemble des coûts", "un effort modéré de productivité pour les navigants" et un effort plus important porté sur la fameuse compagnie « B », qui doit être lancée dans un an. La direction vise une baisse de coûts de 20% par rapport à Air France.

"Nos coûts sont supérieurs à ceux de nos concurrents mais nous n'avons pas besoin de couvrir la totalité de la différence car nos recettes unitaires sont plus élevées. Heureusement, ce ne serait pas faisable".

Le constat n'est pas partagé

La situation d'Air France est connue depuis longtemps mais comme l'a souligné récemment le rapport Bailly sur la compagnie, le constat n'est pas partagé entre la direction et certains syndicats.

"Face à ces faits (l'écart de compétitivité et la fragilité financière, NDLR) qui me paraissent avérés et difficilement contestables, les organisations syndicales ont des attitudes très différentes, allant de la compréhension et du partage de ces réalités (c'est en particulier le cas des administrateurs salariés), jusqu'à la remise en cause des chiffres, en passant par diverses stratégies que l'on pourrait qualifier de stratégie « d'évitement », visant à contourner la difficulté de ce constat" expliquait Jean-Paul Bailly dans son rapport.

Les négociations sociales qui vont se dérouler au cours des trois prochains moins démontreront si la donne a changé...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2017 à 11:39 :
Se croire invulnérable dans un univers aussi concurrentiel est dangereux. Cette réponse vise à rassurer les salariés alors que le dialogue social avec le syndicat de pilotes SNPL n'apporte aucune garantie.
a écrit le 01/12/2016 à 16:31 :
Ce "fameux" rapport Bailly est d'une pauvreté indigne pour une quelconque référence, on s'attendait à mieux et j'aimerai bien savoir combien il a coûté à l'entreprise. ..?
a écrit le 01/12/2016 à 12:57 :
Donc si on comprend bien çe sont plusieurs centaines de millions d'euros de trop qui sont prélevés sur AF par ADP? (ADP dont la marge est de 43,6%... )
Ça fait combien de milliards au bout de vingt ans ?
Certainement plus que la dette d'Air France....
Demandons donc à ADP de rembourser la dette d'air France ....
Ah non! Pas possible ! L'état , actionnaire d'ADP a déjà ponctionné l'essentiel....

Donc si on comprend bien le mécanisme : c'est l'état qui ponctionne Air France pour alléger les impôts des contribuables....

C'est toujours drôle de lire les commentaires qui font état de " subvention d'état tirées de la poche du pauvre contribuable" destinées à renflouer le "tonneau des danaïdes " que serait Air France...

Alors qu'en réalité c'est le contraire.... Le café du commerce a ses limites.
a écrit le 01/12/2016 à 5:52 :
Avant la mort, il y a le declin. Ca peut-etre long, ou court. C'est selon...
a écrit le 01/12/2016 à 0:14 :
Je viens de réserver plusieurs vols Paris-Berlin : Air France est tout simplement cinq fois plus chère qu'EasyJet ! En outre, EasyJet part de l'aéroport d'Orly alors qu'Air France part de Roissy, ce qui représente un trajet en taxi deux fois plus coûteux !
Réponse de le 01/12/2016 à 13:16 :
Je viens de me livrer à un petit comparatif pour un WE de 3 J à Berlin dans 15 jours.
A/R air France milieu de journée 144 euros bagage compris , easy jet 197 euros bagage compris ( eh oui à cette saison il faut se couvrir à Berlin..), SNCF : 404 euros ( pour un voyage de Neuf heures...)

Si les billets d'une compagnie étaient cinq fois plus chers que ceux d'une autre qui les achèterait ? Personne évidement . Vous avez probablement comparé un billet économique confort low cost, avec celui d'un billet plein tarif ou d'une classe affaire, çe qui n'a rien à voir .
a écrit le 30/11/2016 à 15:32 :
"Sur le réseau moyen-courrier, "le déficit s'accroît" sur le réseau d'alimentation du hub de Roissy-Charles de Gaulle dont 20% des lignes sont déficitaires."

Il me semable que le PDG a parlé de 20% de lignes rentables
a écrit le 30/11/2016 à 14:45 :
Je les vois venir avec leurs gros sabots, c'est indirectement un appel au secours au pauvre contribuable qui n'en peut mais. Heureusement que la commission européenne veille désormais aux aides illicites sinon ça serait déjà fait. Le tonneau des danaides de la dette ne s'en portera que mieux
Réponse de le 30/11/2016 à 19:19 :
Depuis 1995, l'état n'a pas mis un seul centime dans AF. C'est en effet interdit par les règlements européens.
AF continue à payer rubis sur l'ongle toutes les charges sociales de ses employés qui ne sont pas des soit disant auto-entrepreneurs à la sauce irlandaise.
AF continue de payer des redevances exorbitantes à ADP, redevances qui retombent pour partie dans la poche d l'état actionnaire.
Et je ne parle pas de la taxe Chirac.....
Et pourtant, dans un autre secteur d'activité lui aussi concurrentiel, il me semble bien que Peugeot a bénéficié d'une aide massive du contribuable.
Alors, arrêtons un peu de taper sur cette belle entreprise qui porte haut les couleurs de notre pays sur tous les continents.
a écrit le 30/11/2016 à 13:45 :
Tout comme les bénéfices à plusieurs milliards du début des années 2000 venaient en quasi totalité des couvertures pétrole , et ni du management de JCSPI , ni de la productivité des personnels . Parole d'ancien de la compagnie .
Réponse de le 01/12/2016 à 7:10 :
Et si on rajoute les centaines de millions d euros dues au différentiel de "redevances" dixit le PDG ,que devient la comparaison avec les concurrents?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :