En quête d'un second souffle, China Mobile investit en masse

 |   |  333  mots
Copyright Reuters
En 2010, le premier opérateur mondial a gagné 61,7 millions de nouveaux clients, qui lui rapportent moins.

China Mobile veut retrouver son dynamisme. En 2010, le premier opérateur mobile mondial en termes d'utilisateurs et de capitalisation a dégagé un colossal résultat net de 18,2 milliards de dollars, en hausse de 3,2 % sur 2009, où son bénéfice ne s'était apprécié que de 2,3 % en raison de la conjoncture et d'importants investissements. Voilà encore deux ans, en 2008, son résultat avait bondi de 30 %. Outre une concurrence qui se durcit, les analystes avancent une explication majeure à ce ralentissement : les nouveaux clients de China Mobile, souvent issus de zones rurales ou de petites villes, sont moins profitables que ceux des centres urbains captés les années précédentes.

L'année dernière, China Mobile a gagné 61,7 millions de nouveaux clients portant le total des utilisateurs de son réseau à 584 millions de comptes à la fin décembre, soit deux fois la population des Etats-Unis. En un an, son revenu moyen par utilisateur (ARPU) a chuté de 77 à 73 yuans. Cette contre-performance a été sanctionnée par les investisseurs. Mercredi, alors que l'indice Hang Seng a clos à l'équilibre, le titre China Mobile s'est replié de 1,7 %, ce qui a amplifié sa chute à 8 % sur la Bourse de Hong Kong depuis le début 2011.

Étoffer sa base de clients

L'opérateur compte 20,7 millions de clients utilisant le standard mobile 3G pour surfer sur Internet à haut débit depuis leur « smartphone ». Le numéro deux chinois, China Unicom, ne compte « que » 311,3 millions de clients mais 14,1 millions d'entre eux utilisent la 3G. Pour étoffer sa base de clients à forte valeur ajoutée, en 3G et dans la future norme 4G du pays, la TD-LTE, soutenue par le gouvernement central, China Mobile va investir massivement. Sa direction a averti que le groupe dépenserait 20,14 milliards de dollars en 2011 - dont 53 % pour ses infrastructures de réseau - en progression de 6,5 % sur 2009 alors qu'il avait précédemment annoncé un recul de 21 % de ses investissements. En 2012 et 2013, le groupe promet de dépenser 39 milliards de dollars, « de manière prudente ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :