Bijoux : l'ancien a de l'avenir

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Acquérir des pierres montées par un grand joaillier est la meilleure façon d'aborder ce marché, accessible à partir de 15 000 euros.

Évidemment, il y a l'exemple mythique : celui de ce diamant rouge de 0,95 carat acheté 10.000 dollars en 1956 par un collectionneur américain et revendu 880.000 dollars chez Christie's en 1987. Mais ce fantastique jackpot n'a été possible que parce que l'acheteur était un connaisseur. Il n'y a pas de norme internationale définissant le niveau de qualité des gemmes : poids (carats), couleur (eau), taille (ancienne ou moderne pour le diamant). L'une des façons les plus sûres d'investir le marché des pierres précieuses, si on n'est pas un expert, est donc de les acheter montées par de grands joailliers.
Tous les ans, Cartier, Boucheron, Van Cleef & Arpels, Lalique, Graff organisent la vente de leurs bijoux anciens sur le marché secondaire. Grand avantage de cette formule, elle permet de disposer d'une garantie sur l'authenticité, la qualité et l'état du bijou fournie par le joaillier lui-même. C'est un facteur de plus-value important. New York, Sydney, Londres, Pékin... ces pièces vintage sont revendues dans les joailleries de toute la planète. Dans un contexte où la discrétion fiscale est de mise, la plupart des bijoutiers refusent de parler de ces ventes. Contactés par La...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :