Le chômage français, un choix de société

 |   |  1277  mots
Jean-Charles Simon, président de Stacian.
Jean-Charles Simon, président de Stacian. (Crédits : Nathalie Oundjian)
Le chômage français fait de la résistance. Même le point bas de 7 et quelques % de début 2008 paraît inatteignable. Un paradoxe alors que les entreprises peinent à recruter. Par-delà les freins économiques ou démographique, et si le chômage traduisait en France un choix de société, un impensé de la politique sociale.

Inutile d'entretenir un faux suspens : il n'y aura pas de recul massif du taux de chômage français. Remonté à 9,2% au premier trimestre, il place la France en 25ème position des 28 pays de l'Union européenne en avril 2018. Même si la conjoncture devait être très favorable dans les prochains trimestres, ce qui est loin d'être acquis, il ne s'approchera jamais des niveaux allemand, britannique ou américain (3,4, 3,9 et 3,8% respectivement aujourd'hui). Il n'est même pas sûr que nous parviendrons à nous rapprocher du point bas de début 2008, un peu au-dessus de 7%. Alors même que partout, les chefs d'entreprise du pays mettent aujourd'hui les difficultés de recrutement en tête de leurs préoccupations...

Ce n'est pas une malédiction. Ni même un problème de croissance économique, car le taux de chômage est bien plus faible dans d'autres pays à activité similaire. Ce n'est pas davantage un simple problème technique qui ferait que l'offre aurait du mal à rencontrer la demande. Pas plus que ce ne serait un problème démographique : là aussi, d'autres réussissent beaucoup mieux à contexte comparable, et une fécondité un peu plus élevée n'a aucune raison d'être un handicap. C'est en fait un choix de société, hélas non-dit ou non assumé. Les raisons majeures en sont notre système éducatif, notre marché de l'immobilier et surtout notre système social et ses incitations.

L'enjeu de la formation

Le système éducatif, tout d'abord. La France a fait délibérément le choix de l'enseignement général secondaire et supérieur de masse, peu ou pas sélectif. Une stratégie des pouvoirs publics depuis les années 1980, qui a nécessairement un impact majeur sur les filières professionnelles et d'apprentissage. Avec l'objectif public d'amener vers l'enseignement supérieur général la plus grande part d'une génération, les formations alternatives plus courtes sont dépréciées. Surtout, avec des cursus universitaires sans sélection et quasiment gratuits, une grande partie des diplômes ne donnent pas de garantie de qualité et ne correspondent en rien à la demande sur le marché du travail. Il y a donc un décalage considérable entre les qualifications obtenues et celles qui sont recherchées, et une proportion croissante d'arrivants sur le marché du travail auxquels il ne peut être proposé que des emplois éloignés de leur niveau d'études. Ces diplômés de l'université sont autant de « mal qualifiés », qui au lieu d'avoir été orientés dans une filière plus adaptée, notamment professionnelle, doivent accepter les postes les moins recherchés et rémunérés. Il en résulte un triple gâchis : une pénurie sur des métiers trop délaissés, une grande frustration de ceux qui se sentent déqualifiés dans les emplois qu'ils doivent se résoudre à accepter, tout en repoussant vers le chômage les vrais non qualifiés dont ils occupent la place sur le marché du travail...

Les trappes géographiques à inactivité

L'immobilier a également sa part dans ce chômage structurel de masse. La France est géographiquement très étendue, avec de grands écarts s'agissant des prix de l'immobilier, de la densité de population et de l'activité économique. La situation naturelle est accentuée par un coût important de la mobilité, notamment avec des droits de mutation très élevés sur les transactions immobilières. Mais aussi par une politique foncière peu cohérente, avec des pouvoirs d'élus locaux qui peuvent avoir intérêt à entretenir la pénurie de logements. Avec également des coûts de construction élevés par cause d'exigences normatives excessives. Ou encore du fait d'aides publiques considérables qui faussent les prix : à la location avec des aides abondantes, à l'acquisition avec les programmes de défiscalisation parfois décorrélés de la demande. Ces différents biais aggravent les trappes géographiques à inactivité : des logements qui ne valent presque rien, quasiment invendables, dans des zones sans créations d'emplois où se retrouvent piégées des populations faute de pouvoir trouver un toit abordable dans une région plus dynamique.

Le choix rationnel du chômage

Enfin et surtout, les incitations économiques à l'emploi sont insuffisantes pour parvenir à un chômage très bas. C'est une vérité un peu taboue : en ayant la volonté d'assurer des minima sociaux assez élevés, la France conduit naturellement une partie de la population à choisir rationnellement le chômage. Celui-ci est mieux indemnisé que dans la plupart des pays : un taux de remplacement important, au moins 24 mois d'indemnisation pour des droits pleins complétée éventuellement par l'ASS, une notion d'offre raisonnable qui permet de rejeter tout ce qui diffère un tant soit peu de l'emploi précédent. Même hors du chômage, le RSA couplé souvent à l'aide au logement et complété si besoin par différentes tâches non déclarées peut être objectivement préférable à des emplois à temps plein très exigeants et peu gratifiants.

Les deux problèmes précédents sont également exacerbés par la générosité du système social. Par exemple, la poursuite de longues études sans véritable réussite ou compétence est désormais à la portée de tous, là où il s'agissait d'un vice autrefois exceptionnel d'enfants gâtés. De même, le sous-emploi, par exemple dans des activités intellectuelles ou artistiques, n'est supportable que grâce à un système social qui permet d'éviter de chercher un travail rémunéré peut-être plus pénible et clairement moins désiré. C'est aussi le soutien du système social qui va conduire à préférer rester dans un bien immobilier invendable ou au loyer dérisoire dans une zone de fort chômage, là où des minima plus faibles contraindraient à rechercher un travail et un logement dans un lieu plus dynamique, même s'il est plus onéreux.

A l'opposé, l'Allemagne a vu son taux de chômage s'effondrer à partir de 2006 du fait de réformes sociales majeures : une durée maximale d'indemnisation du chômage fortement réduite (de 26 à 12 mois pour les moins de 50 ans), la fusion d'aides sociales faisant chuter les revenus de remplacement, avec un minima autour de 400 euros par mois pour une personne seule (environ 150 euros de moins qu'en France), une mise sous tension des bénéficiaires des minima, qui doivent par exemple accepter des activités complémentaires rémunérées parfois seulement un euro de l'heure, et au préalable le développement de statuts d'emplois très courts, dont les fameux « mini jobs ». De fait, l'incitation à la recherche et à l'acceptation d'emplois non désirés s'est considérablement durcie. En conséquence, le taux de chômage est aujourd'hui sous les 4%, et le taux d'emploi y est supérieur d'environ 10 points à notre niveau. Dans d'autres pays comme le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, l'indemnisation chômage et la solidarité nationale sont encore plus chiches, et la nécessité pour chacun de chercher un revenu d'activité coûte que coûte encore plus aigüe.

On peut préférer le système français, y voir une société plus juste ou même plus civilisée. On peut au contraire privilégier tout ce qui permet d'avoir le taux d'emploi le plus élevé et le taux de chômage le plus faible. Mais on ne peut pas revendiquer nos choix singuliers et déplorer en même temps un chômage bien plus élevé qu'ailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2018 à 9:25 :
Notre problème majeur en France est que depuis la révolution française, nous estimons être le phare du Monde, et être en capacité d'inventer sans cesse les évolutions de demain, sur le social évidemment, mais aussi de nombreux autres secteurs (je pense évidemment aux décisions environnementales basées sur du vent, et non des approches rationnelles). Il y a là une arrogance qui confine au pourrissement des esprits jadis guidés par les approches de Descartes. Non, la France n'a plus de leçon à donner, ni évidemment compte tenu d'une économie non durable, -laisser des dettes aux générations futures est un comportement de s..-, et il lui faut redevenir humble (regarder les succès de nos voisins), et surtout rationnelle (saluons encore les prises de positions salutaires de nos scientifiques reconnus par l'ensemble du Monde -je songe à Tirole, ou à Pierre Cahuc/Zylberberg- mais contestés par des atterrés qu'il faudrait enterrer..
a écrit le 09/06/2018 à 11:45 :
Un choix français. Qui décide?
Nous sommes la variable d'ajustement d'un système fait pour les 1%.
Quelques propriétaires de grands journaux font la pluie et le beau temps, pendant que les rares référendums ne sont plus respectés.
a écrit le 08/06/2018 à 23:46 :
le taux de chômage est aussi corrélé au nombre économiquement injustifié de fonctionnaires et personnels sous statut des entreprises publiques dont le financement exige une sur-fiscalisation des entreprises privées et des productions de biens et services .
c'est le sujet le plus tabou ; donc le grand ménage n'aura lieu que lorsque la France sera au bord de la faillite comme en Grèce .
a écrit le 06/06/2018 à 23:01 :
La majorité des pays d'Europe ont un taux de chômage plus bas qu'en France et un taux de pauvreté plus élevé.
Exemple: le royaume-uni, c'est le plein emploi, le taux de pauvreté est plus élevé.
Est ce-que le pib par habitant est plus élevé qu'en France au moins? Même pas.
Le RU est pourtant le modèle que les économistes nous ont vendu pendant des années.
a écrit le 06/06/2018 à 18:05 :
Encore complètement coupé de la réalité, seulement capable de répéter bêtement le même baratin :
-Monsieur commence par confondre taux d'emploi et taux d'activité. Le taux d'emploi est le taux de personne qui travaille par rapport à la population active. Le taux d'activité est le taux de personnes qui travaille par rapport à la population totale en capacité de travailler.Les USA retirent beaucoup de personnes de la population active pour des raison diverses. Il suffit de voir que le taux d'activité aux USA est plus bas qu'au début des années 2000.

D'autre part, le chômage est lié à un manque d'emploi, lié à un manque de croissance. La politique en FRANCE depuis des années est uniquement basée sur les baisses d'impôts et non sur la création de croissance saine.
C'est-à-dire la conception, la vente et la production de produits. Contrairement à l'ALLEMAGNE.

Nous, et MACRON en premier, sommes persuadés qu'on peut créer de nouveaux produits sans travailler et sans intelligence.

Quant aux normes, il n'y en n'a pas plus en FRANCE qu'à l'étranger. C'est juste une excuse pour ne pas travailler et ne pas réfléchir.
A titre d'exemple, il y a longtemps qu'aux USA, il y obligation que l'ensemble des bâtiments publics soient accessibles aux personnes handicapés. En FRANCE, il parait que c'est un frein à la croissance.
Réponse de le 09/06/2018 à 7:38 :
Je n’ai même pas rigolé en apprenant que la politique de la France était la baisse des impôts....
Sans rire... la captation de 57% des richesses ne cesse d’augmenter.... pour une redistribution d’etat à l’efficacité plusque douteuse....

Article intéressant car il pose la question de notre responsabilité... 100% des programmes présidentiels de 2017 étaient socialistes et jacobins...
a écrit le 06/06/2018 à 16:44 :
On aiöerait que les intervennants qui évoque l'allemagne`à tout bout de champs sachent de quoi ils parlent ou en donne l'impression.
Je pourrait vous faire un article sur le terme Allemagne le temps partiel des femmes choix de société (Et rappeller à ce monsieur la phrase d'alain Juppé: Si nous avions autant de temps partiel que l'allemagne nous n'aurions pas de chomage.
L'amérique masque son chomage, l'allemagne n'en a pas grace au temps partiel, mais au final les entreprises ont le même carnet de commande.
a écrit le 06/06/2018 à 15:39 :
Il faut peut-être examiner la généralisation du "droit au travail opposable" en donnant systématiquement un travail rémunéré au SMIC (donc à temps partiel pour les cadres) à qui le demande dans son département. Ces emplois pourraient être subventionnés en mobilisant toutes les allocations existantes (qui disparaîtraient donc). Naturellement on garantit le niveau de qualification (sans bac, bac, licence, master) et le bassin d'emploi (département) mais pas le contenu (mais on assure la formation). L'emploi pourrait d'ailleurs prendre la forme d'un CDI interimaire.
a écrit le 06/06/2018 à 14:45 :
Vous devriez plutôt encourager ce gouvernement car c’est exactement la politique qu’il met en place et œuvre pour cela. N’oubliez pas la CSG pour les retraités, les baisse d’APL et dernièrement les déclarations de TIC et TAC (LE MAIRE et DARMANIN). De plus, il s’avère qu’en opposition par rapport à sa ministre de tutelle, notre président aurait unilatéralement décidé des coupes franches dans les prestations sociales.
Ayant connu une période d’inactivité professionnel, je peux vous assurer que jamais je n’ai eu « à choisir rationnellement le chômage ». Que certains profitent du système est indéniable et je ne le cautionne pas, mais par votre discours et vos écris vous « inculper » l’ensemble des demandeurs d’emploi qui cherchent dignement avant tout à retrouver un peu d’honneur en retrouvant un travail. N’oublions pas que l’on parle des revenus versés par POLE EMPLOI qui sont plafonné et dont vous ne touchez que…57% de votre salaire brut (ce fut mon cas). Rassurez-vous, il n’y a aucun cadeau fiscal bien au contraire.
Vous parlez de problèmes que vous ne connaissez pas et pour votre honneur, je laisse votre miroir le matin en vous rasant vous le renvoyer. Ce pamphlet libéral me fait penser aux sketchs de DESPROGES sur le journal MINUTE : « j’ai lu tout SARTRE car j’ai la NAUSEE et LES MAINS SALES »
a écrit le 06/06/2018 à 13:44 :
Donc pour résumer, vous prônez le retour légal de l'esclavage ! A quand le travail des enfants ?
a écrit le 06/06/2018 à 11:40 :
Analyse réchauffée, très orientée (si ce n'est pas complètement idéologique) et pauvrement renseignée. Bref, aucun intérêt, voire une pollution supplémentaire du débat.
a écrit le 06/06/2018 à 11:35 :
On peut être d'accord avec vous... mais vos arguments sont très criticables :
1. le taux de non-recours élevé plaide pour nuancer les effets de trappes à inactivité + fraude sociale (travail au noir) > faudrait-il pouvoir valider rétroactivement une expérience au noir sans risque de poursuite ? L'argent des condamnations alimenterait un fond chômage / formation pour ces travailleurs (+ mutualisation avec bonus malus CDD s'il est effectivement mis en place). Complexe mais envisageable, pas contre le marché mais logique d'externalité négative.
2. révisez votre géographie ! la France n'est pas un pays très étendu, 60% de la population vit en métropole, elles-même concentrant les plus grands taux de chômage et les logement sociaux (mais certes il y a le problème du propriétaire rural prisonnier), le taux d'emploi est plus faible dans les coeurs des métropoles (ou il faut fermer Orléans, Nancy, Montpellier, Metz, Nantes, Toulouse, ... ?) en revanche, dans ces territoires, de fortes pistes sont encore inexplorées (nouvelles mobilités etc) et potentiellement créatrices d'emplois (pour cela il faut d'abord stopper les roitelets locaux).
3. l'instruction universelle est justement ce qui distingue notre pays... si en effet il faut l'améliorer (notamment en introduisant des mineures "opérationnelles" dans certains cursus plus intellectuels et je sais de quoi je parle, il en va de la responsabilité des universités de ne pas mentir aux jeunes en les conduisant vers Pôle Emploi, ah non le RSA à 25 ans + serveur au noir) le remettre en cause en lui-même au nom du marché est d'une certaine manière assez défaitiste. Le système français ne propose en tout cas pas assez de ponts entre les formations (cf. système scandinave).
4. L'étude de l'OCDE sur les travailleurs pauvres remet en effet les pendules à l'heure mais ne dit rien sur une dynamique des inégalités stable en France mais croissante en Allemagne à partir de la retraite, la pauvreté s'y concentrant. Quid de cet avenir ? L'Allemagne économise dans cette perspective (et elle a raison). De plus, c'est moins les bas salaires que l'innovation qui pousse l'Allemagne.
5. Je vous rejoins néanmoins sur les activités artistiques (l'art est ce qu'il y a de plus dur, je suis étonné qu'il y ait autant d'artistes mais comme on dit, il faut échouer plusieurs fois pour réussir, c'est un peu ce que fait la France) et systématiser les heures de bénévolat dans les écoles / centres aérés si on a l'intermittence ric-rac.
7. Pensez plus large ! Quitte à améliorer les mobilités, pourquoi ne pas envoyer plus d'apprentis en Allemagne ?? + émancipation, ouverture, rencontre de l'autre, etc. C'est en cours mais un peu court jeune homme. Les entreprises françaises ont largement de quoi absorber l'offre et les allemands à défaut de payer pour la ZE financeront la formation de nos futurs ouvriers qualifiés, intérêt pour intérêt, youpi.
8. On peut éventuellement envisager une baisse des cotisations patronales en fonction de l'effort de recherche d'une entreprise plutôt qu'un CIR ? Pour entrainer un cercle vertueux compétitivité coût / hors coût + conditionner à brevets courts (pour transmettre aux PME qui ne peuvent pas faire de recherche). A réfléchir.
9. Cela m'amène à une remarque plus globale : certes il y a des lois en économie. Pardonnez-moi la comparaison, mais il y en a également en physique. Le propre de l'homme est d'avoir voulu dépasser la gravitation (avions, fusées, ...). Appliquer des lois sans chercher plus loin, vous m'excuserez, ne favorise pas l'innovation... Je dis ça car j'y réfléchis et en somme, vous avez raison mais est-ce une réponse satisfaisante ?
10. Au reste, bonne campagne.
a écrit le 06/06/2018 à 9:44 :
Jean-Charles Simon, président de Stacian ...mais aussi candidat surprise à la succession de Pierre Gattaz.
a écrit le 06/06/2018 à 9:37 :
Article interessant qui pointe une certains nombre de pb francais qui sont en General passé sous silence. L immobilier cher est une benediction pour les baby boomers (qui peuvent vendre/louer au prix fort) mais une calamite sociale et economique. Par contre je suis un peu sceptique sur la partie educative. Certes la politique actuelle pousse les gens a aller en fac en se disant qu il vaut mieux un etudiant qu un chomeur mais si on reduirai le nombre d etudiants y aurait il moins de chomeurs ? les entreprises n embaucheraient pas plus ! On a un Probleme de mentalité. Une entreprise francaise voit les stagiaires non pas comme des futurs employes qui vont apporter quelque chose mais comme de la main d Oeuvre a exploiter au max. C est pour ca que l apprentissage ne decolera jamais. De meme, on parle de penurie dans certaines professions mais aucune entreprise qui se plaint va essayer de former son personnel ou simplement elargir ses criteres (par ex on manque d inromaticiens mais on veux des gens de 30 ans avec 5 ans d experience dans les toutes dernieres techno voulant travailler a paris. Ca c est sur que c est difficile a trouver !
a écrit le 06/06/2018 à 9:36 :
Le problème des entreprises françaises cherchent des moutons à cinq pattes, surdiplômés pour des postes à compétences inférieures bien loin de ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons avant tout le savoir-être et qui mise sur l'adaptation...
a écrit le 06/06/2018 à 9:10 :
Une étude du conseil régional Occitanie sur les recrutements des entreprises prévoient à 75% des recrutements de 27 à 38 ans pour les plus jeunes et séniors qualifiés elle n'en veulent pas. Par ailleurs, certaines entreprises ne trouvent pas pour la simple raison proposent des conditions salariales médiocres profitant d'un chômage de masse dans notre pays. Qu'elles fassent leur propre ménage avant de se plaindre de problème de recrutement !!!
a écrit le 06/06/2018 à 8:19 :
"en ayant la volonté d'assurer des minima sociaux assez élevés"

Ben écoutez, vivez avec 400 euros par mois et ensuite vous nous direz si les minima sociaux sont réellement si "élevés" que ça...

N'importe quoi, merci pour la messe néolibérale mon père mais nous sommes athées.
a écrit le 06/06/2018 à 8:08 :
Pas un mot sur l'énergie; c'est pourtant l'essentiel en économie. Que serait on sans énergie? Au moyen age. Nous sommes encore au Moyen Age pour cet économiste. Pauvre France!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :