Macron en rupture avec lui-même

 |   |  554  mots
Le président de la République Emmanuel Macron (ici, le jeudi 9 avril 2019, lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement, à Sibiu, en Roumanie.)
Le président de la République Emmanuel Macron (ici, le jeudi 9 avril 2019, lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement, à Sibiu, en Roumanie.) (Crédits : Reuters)
ÉDITO. Après deux ans d'exercice du pouvoir, c'est comme si une malédiction avait frappé tous les locataires de l’Élysée. Emmanuel Macron peut-il encore faire mentir ce sort ? Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

« L'amour dure trois ans », dit un célèbre dicton. L'amour, oui, parfois. Mais, en politique, c'est encore plus court : deux ans. C'est la malédiction qui a frappé tous les locataires de l'Élysée. Jacques Chirac en a fait la douloureuse expérience en 1997, avec sa dissolution manquée de l'Assemblée nationale. Nicolas Sarkozy aussi, avec la crise économique de 2009, et après lui, François Hollande qui n'a même pas pu se représenter en 2017. La leçon est claire : un chef de l'État a deux ans utiles pour enclencher son programme avant d'être rattrapé par la patrouille.

Emmanuel Macron peut-il encore faire mentir ce sort ? Comme ses prédécesseurs, il y croit forcément, car il faut à son poste une foi inébranlable dans sa bonne étoile et sa capacité à changer le cours des choses. Il faut reconnaître une sacrée force de caractère à ce président qui, plus que maltraité par les sondages, est aussi devenu à force de petites phrases maladroites et de décisions mal comprises mal-aimé d'une partie de ses compatriotes, que la crise des « gilets jaunes » a radicalisé. Emmanuel Macron a aussi démontré une forte résilience face à une mobilisation inédite dans notre pays. Il y a répondu en se...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2019 à 9:13 :
NON, les gros problèmes pour Macron sont devant lui, car la crise de la dette publique française devenue inévitable n'a pas encore démarré (mais ça se rapproche inexorablement). La France a besoin de Thatcher et on a Papandreou.
a écrit le 10/05/2019 à 11:19 :
LOgique, nous votons pour des politiciens afin que ceux-ci fassent en sorte que les citoyens vivent de mieux en mieux et après avoir vu qu'au final ceux pour qui ont vote ne font que servir les plus riches de ce pays et bien on pense déjà à les remplacer.

La question est surtout, devant cette incapacité des politiciens à gérer le bien commun, 5 ans de mandat n'est-ce pas beaucoup trop ?

Je propose pour ma part ben... deux ans.

Au suivant !
a écrit le 10/05/2019 à 10:21 :
quand j’entends MACRON c'est un sentiment de dégout car un president qui a matraqué les vieux et ça c'est encré dans les mémoires car en 2018 c'est 3 pour cent de pris aux vieux et en2019 il y a toujours la non indexation c'est encore un appauvrissement plus l'an dernier encore 1 pour cent de pris sur le livret A ....... en plus il a le culot d’être chef de partie pour les européennes en se mettant sur les affiches c'est du jamais vue
Réponse de le 10/05/2019 à 14:42 :
Si Macron avait vraiment voulu matraquer les vieux,il aurait supprimé l'abattement de 10%avant impots,dont vous bénéficiez et dont aucun travailleur ne bénéficie.D'autre part le montant moyen des retraites est supérieur au montant moyen des salaires,alors qu'il devrait se situer au plus a 75%!Macron a seulement voulu ramener le poids de vos retraites a une part plus raisonable du PIB,comme chez nos voisins.En cela c'est un président courageux.
a écrit le 10/05/2019 à 5:51 :
Comment etre surpris.
Ce type n'a aucune epaisseur. Il parle, mais derriere il n'y a rien. La beance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :