"Vert pastèque" ou "vert mangue"

 |   |  612  mots
(Crédits : DR)
Lors des européennes de mai dernier, Yannick Jadot a réussi à faire d'Europe Écologie Les Verts la troisième force politique du pays, avec plus de 3 millions de voix. Depuis, les Verts, qui ont remporté la bataille des esprits en infusant les programmes de tous les autres partis politiques, se sentent pousser des ailes.

 Et si cette percée électorale se répétait dans les grandes villes du pays lors des élections municipales de mars 2020 ? Le sondage BVA que publie cette semaine La Tribune avec Public Sénat sur l'état des intentions de vote à Montpellier pourrait laisser à penser qu'un véritable séisme politique est en germe. Avec plus d'un cinquième des suffrages, le maire sortant, Philippe Saurel, y fait en effet jeu égal avec une liste EELV. Un score conforme avec les 19,5 % que le parti écologiste avait obtenu fin mai. Ce sondage est le premier d'une série que La Tribune entend publier d'ici aux élections municipales dans les principales métropoles françaises.

Si cette poussée verte se confirmait dans d'autres grandes villes, à l'instar de Paris où ils sont devenus faiseurs de roi ou de reine, ce serait le signe d'un changement majeur du centre de gravité de la politique française. Ce pari, c'est celui que fait Yannick Jadot comme nous l'explique l'eurodéputé qui est devenu de facto le leader d'EELV, dans l'entretien qu'il nous a accordé. Il n'hésite pas à extrapoler : oui, les écologistes ont bien pour stratégie de devenir une alternative au duel au sommet actuel entre le Rassemblement...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :