Faut-il créer une compagnie nationale des gaz de schiste ?

 |   |  822  mots
Guillaume Charon (DR)
Guillaume Charon (DR) (Crédits : DR)
Les gaz de schiste représentent la plus grande révolution énergétique des dix dernières années en Amérique du Nord où ils ont permis une relance de l'industrie et la création de plus de 600.000 emplois directs ou induits. En France, malgré des ressources de gaz de schiste estimées à plus de cent ans de consommation gazière, leur exploitation reste un sujet tabou en raison de son impact environnemental mal maitrisé. Au sein du gouvernement, Arnaud Montebourg se démarque en imaginant leur développement via une compagnie nationale publique. Guillaume Charon, consultant pétrolier, s'interroge sur un tel projet.

Dans le domaine des hydrocarbures, les compagnies nationales sont plus la règle que l'exception. Sur la trentaine de compagnies pétrolières ou gazières produisant plus d'un million de barils équivalents pétrole, seules sept sont privées. Il est donc légitime d'imaginer une compagnie nationale pour exploiter les gaz de schiste... mais est ce vraiment utile ?

Un monopole public des gaz de schiste, une bonne idée économique ?

Si la géologie et l'environnement sont favorables, l'équation économique des gaz de schiste est relativement simple et tient en 3 vertus: expérience, flexibilité opérationnelle et capacités de financement. En l'état actuel de ses finances, est-il raisonnable pour l'Etat français d'investir, peut-être à pertes, plusieurs centaines de millions d'Euros dans l'exploration ? Une société étatique réussira-t-elle à adopter la mentalité « start-up » qui a permis aux petits acteurs américains de réinventer leur organisation et d'abaisser drastiquement les coûts de production des gaz de schiste ? Est-il raisonnable d'imaginer qu'une « compagnie nationale des gaz de schiste » nouvellement créée soit compétitive face à des acteurs qui ont plus de 10 ans d'expérience et des milliards de dollars investis en projets ?

Ce n'est pas un hasard si des pétroliers nationaux géants comme les Sinopech ou Petrochina, qu'on ne peut pas accuser de libéraux dogmatiques, multiplient les acquisitions couteuses et ouvrent leurs permis de gaz de schiste à des compagnies étrangères comme Total, Shell ou ConocoPhillips. On ne s'improvise pas producteur de gaz de schiste et il semble plus efficace d'utiliser la fiscalité pour capter au mieux l'éventuelle rente gazière.

Un monopole public des gaz de schiste, au détriment de nos acteurs et de nos principes ?

Total et GDF SUEZ font partie des leaders mondiaux dans l'industrie des hydrocarbures et notamment dans l'exploitation et le transport du gaz, y compris de schiste. Ces compagnies sont respectivement les premières et cinquièmes sociétés françaises en terme de chiffres d'affaires et emploient conjointement plus de 140 000 employés en France. Elles sécurisent nos approvisionnements énergétiques, tirent les filières d'excellence en ingénierie et sont des têtes de pont économiques entre la France et l'étranger - Total est présent dans plus de 130 pays, GDF SUEZ dans 70 pays.

En écartant arbitrairement ces acteurs des gisements de gaz de schiste français, quel message envoyons-nous au reste du monde ? Que nous considérons nos champions comme incapables de développer nos gaz de schiste proprement?

Une compagnie nationale des gaz de schistes,  gage pour l'environnement ?

L'Etat actionnaire plaçant théoriquement l'intérêt commun au dessus de tout (et notamment de la rentabilité), il est tentant d'imaginer qu'une compagnie nationale soit plus a même d'exploiter les gaz de schiste, dans le respect de l'environnement.

N'ayons pas d'illusions ! Dans le domaine énergétique, l'histoire nous enseigne que les accidents environnementaux n'épargnent pas les acteurs publics. « Tchernobyl », « IXTOC 1 », « Malpasset » ou « Mingbulak » n'étaient-ils pas sous la responsabilité de compagnies nationales ! Qu'ils soient dus à des conditions exceptionnelles ou des erreurs « quelconques », les accidents et les pollutions qu'ils engendrent sont essentiellement le résultat d'une succession de causes : conditions dangereuses latentes, erreur humaine, disfonctionnement dans la chaine de management, etc.

La solution des instances de contrôle compétentes et indépendantes ?

En matière pétrolière, les « majors » n'ont rien à envier en terme de gestion des risques. Elles se distinguent favorablement de la plupart des compagnies nationales et des petits acteurs privés sur les critères essentiels que sont l'expérience, la maitrise des techniques, les procédures de contrôle, les systèmes d'informations, la sélection des candidats ou les dépenses de maintenance et d'investissements ! Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les compagnies internationales sont surreprésentées dans les projets les plus complexes et les plus risqués tout en affichant des ratios accident/ million d'heures travaillées exemplaires. Si les projets de gaz de schiste sont infiniment plus simples à développer (et moins risqués) qu'un projet arctique, deep offshore ou LNG, ils ont tout avantage à être développés par des acteurs expérimentés en terme de gestion des risques.

Nul besoin d'opérer pour contrôler ! La France dispose de nombreuses compétences sur lesquelles s'appuyer pour développer une filière de gaz de schiste propres : compagnies pétrolières et sociétés de services leaders, Instituts publiques compétents (BRGM, IFPEN, INERIS), écoles et filières de formation reconnues mondialement (IFP School & Training, Ecole des Mines, Ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts, etc.). La législation peut garantir une filière de gaz de schiste propre en s'appuyant sur des instances de contrôle compétentes et indépendantes. La fiscalité permet de répartir l'éventuelle rente gazière entre consommateurs, industriels, communautés locales et Etat.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2013 à 0:59 :
Il faut proscrire cette filière et cette technologie A JAMAIS.
C'est la techno de gazéification des matières carbonées LA SOLUTION énergétique et environnementale couplée au Fischer Tropsch POINT BARRE
Sauf à être membre du gang du schiste (Balkany Sarkocecu et consorts) personne de censé ne eut considérer cette ineptie comme viable et applicative.
a écrit le 03/08/2013 à 16:34 :
Une filière de gaz de schiste "propre", ça n'existe pas (V.GASLAND), quoi qu'en dise l'auteur de l'article affichant son air propret de gendre idéal. Qu'elle soit publique ou privée, c'est du pareil au même. Seul le montage financier sera différent. Même pollution générale et irréversible, même enrichissement de quelques uns au détriment de tous les autres qui n'auront plus que leurs yeux pour pleurer et leurs conditions de vie détruites.
a écrit le 30/07/2013 à 12:10 :
Un petit regard sur le documentaire de HBO : GASLAND.
Ensuite vos commentaires et ecrits.
a écrit le 30/07/2013 à 12:06 :
Ne pas entreprendre l'exploration de gisement éventuel de gaz de shiste, c'est perdre ses capacité à OSER, ou na pas avoir les "Q...." d'entreprendre.
C'est la politique soixantehuittarde
a écrit le 30/07/2013 à 9:18 :
La guerre du gaz de schiste est déjà terminée oui il y aura exploitation oui il y aura des entreprises priver pour exploiter du style concessionnaires comme les autoroutes pour faciliter la spoliation des sites, et bien entendu l essentiel c est à dire la législation sur exploitation sera brouillon comme DAB et comme écologie n est qu un business pas de contre pourvoir sauf quelques volontaires marginalisés comme pour notre Dame des Landes.
a écrit le 29/07/2013 à 17:10 :
Total, et Elf etaient des societe nationales, j'allai oublier Gaz de France .Elles ont été privatissées....alors pourquoi une compagnie nationale pour exploiter le gaz de shiste cela n'as aucun sens les professionnels et leur savoir faire sont déja la.
Réponse de le 29/07/2013 à 22:06 :
Parce que justement ces compagnies existent déjà! Pourquoi les remplacer?
Pour rappel, elles ont été fondées à une période où la France avait de nombreuses ressources (financières, un accès à des ressources pétrolières et gazières existantes et profitables, peu de concurrence, une avance technologique indéniable, un objectif de sécurisation des matières premières)
L'équation est très différente pour les gaz de schiste!
a écrit le 29/07/2013 à 16:51 :
un article de lobbying incroyable !!!
pas plus de sécurité avec une exploitation publique que privé
une image de EDF et GDF mal menée car ne pouvant exploiter le gaz de france ??
et cerise sur le gateau "La législation peut garantir une filière de gaz de schiste propre" mais la législation est écrite par les lobyistes !! ils ne se tireront pas une bale dans le pied !!
a écrit le 29/07/2013 à 16:32 :
Une compagnie nationale ? Donc aux frais des contribuables, avec un monopole ? Chez nous, ça se transformera vite en racket pour récolter des avantages divers au profit de personnels tôt retraités, à l'instar d'autres monopoles, tels la SNCF et EDF. Ce sera dirigé par des énarques ignorant tout en la matière et ça agira sous l'influence de politiques soucieux avant tout d'acheter le vote des électeurs les plus nombreux, à savoir les demandeurs d'assistance augmentée et de prix du gaz diminué. Non merci, M. l'excellent auteur bien intentionné. Sortez de la francitude, oubliez les grands projets lyriques comme le Crédit Lyonnais et Dexia. Laissez des actionnaires riches engager leur propre capital. S'ils le perdent, ils n'auront qu'à s'en prendre à eux-mêmes et les chaumières des classes moyennes, qui n'ont rien demandé, n'en souffriront pas. Arrêtons-nous de pomper les comptes publics où les petits ruisseaux, comme ailleurs, font les grandes rivières.
a écrit le 29/07/2013 à 16:28 :
Mon fils est en train de faire un super stage sur le forage des gaz de schistes au Maroc avec voyages d'études aux US. Avec son diplôme des Mines Paris, il n'aura aucun problème pour aller bosser à l'étranger et quitter ce pays de rentiers retraités qui spolient les jeunes...
Réponse de le 29/07/2013 à 23:36 :
Vision de court terme. Aux Etats-Unis les investissements dans les énergies renouvelables ont baissé de 30% avec le gaz de schiste, c'est lourd de conséquences à terme. La malédiction de l'or noir n'est pas juste une phrase, c'est un constat que l'on trouve plus ou moins dans tous les pays producteurs, la Russie en est un bon exemple.
Réponse de le 30/07/2013 à 0:28 :
Je préfère la malédiction de l'or noir à la malédiction des retraites...et idem pour mes 2 enfants qui partent à l'étranger.
Réponse de le 30/07/2013 à 9:12 :
Qui à paye les études de vos enfants, des personnes comme vous son détestable le gère à mordre la main qui les nourris. Maintenant si vos enfants étaient aussi bon que vous me dites il trouveraient du travail en France au lieu d'affabuler.
Réponse de le 30/07/2013 à 22:07 :
@ l'anonyme: vous avez du louper un épisode, ce sont les meilleurs qui partent à l'étranger, idem lors d'un plan de départ volontaire en entreprise, les meilleurs partent avec le chèque... mais vous n'avez pas du connaître cette situation !
a écrit le 29/07/2013 à 15:03 :
le gaz de schiste est le nouveau miroir aux alouettes des lobbys pétroliers, car si cela créer des emplois cela pollue l'environnement et l'eau que nous buvons sera empoisonné par des produits chimiques !
Réponse de le 29/07/2013 à 19:06 :
Aux USA, je crois que c'est 10 000 emplois pour 10 000 puits. Une fois les puits épuisés, ça doit faire baisser le nombre...
Réponse de le 29/07/2013 à 21:30 :
C'est sûr on essaye de nous faire croire n'importe quoi à coup de phrases choc:"l France est au gaz de schiste ce que le Qatar est au pétrole"...bigre....mais quand on voit qu'en Pologne entre les estimations et la réalité les ressources estimées ont été divisées par plus de dix on se dit en effet que l'on se fout de notre gueule. Comparer les USA et la France serait une erreur: là où aux US on exploite parfois du gaz de schiste dans des zones quasi inhabitées, ca ne serait pas le cas de la France qui est très urbanisée donc les conséquences en cas de pollution serait dramatiques...le coût du risque par rapport au gain est bien trop élevé pour que l'on puisse se permettre d'exploiter cette ressource....utilisons d'abord nos considérables ressources renouvelables et réduisons aussi notre consommation,on verra ensuite.
a écrit le 29/07/2013 à 14:49 :
Construire uneusine à gaz? Sans compétences? Et pour 3 pour cent des terres imergées de la planète? Nous sommes dans le village gaulois...
a écrit le 29/07/2013 à 14:38 :
le gaz de shit c'est l'avenir
Réponse de le 29/07/2013 à 22:20 :
+1 ! c'était un de mes lapsus...
a écrit le 29/07/2013 à 13:30 :
Lobby : +1
a écrit le 29/07/2013 à 13:29 :
Toujours les mêmes arguments inexacts dans ce qui constitue un "publi-reportage" répétitif de Guillaume Charon qui a un passé d'analyste, de marketing et de communicant mais pas de scientifique objectif http://fr.linkedin.com/pub/guillaume-charon/b/368/671
Réponse de le 29/07/2013 à 13:54 :
+1
Réponse de le 29/07/2013 à 16:31 :
C'est sur qu'enseignant à l'IFP School, il n'y connait rien...
Réponse de le 29/07/2013 à 23:38 :
C'est sûr qu'à l'IFP son point de vue est scientifiquement indépendant et objectif quand on connaît bien l'IFP, lol !
a écrit le 29/07/2013 à 13:01 :
un consultant pétrolier qui promeut l'exploitation des ressources du sous-sol, mais c'est complètement inattendu cela!
bien sûr, il prend en compte les couts induits pour la collectivité. naaaannn, c'est une blague ça
par contre, la Tribune devrait préciser avec qui il est sous contrat, que l'on sache qui a suggéré le contenu de ce bel article
a écrit le 29/07/2013 à 12:38 :
La photo de M. Charon c'est pour un casting?
a écrit le 29/07/2013 à 12:30 :
c'est une pollution sans précedent, avez vus réellement vu le nombre de gens malades aux usa.
Bientot tous les usa seront concernés, c'est payer très cher le progrès.
Moi, je ne suis pas d'accord, nous avons le soleil, nous avons l'eau et le vent, utilisons les.

Qu'est ce qu'on attend.
a écrit le 29/07/2013 à 12:13 :
Oui super idée! Vivement que nos politiques corrompus bradent notre sous-sol et notre environnement à des groupes privés contrôlés par des fonds de pension américains. Comme ça, ils pourront s'en foutre plein les poches, comme avec les autoroutes. Le CAC 40 montera et tout cela continuera d'enrichir une poignée de nantis. Vraiment super idée!
a écrit le 29/07/2013 à 11:45 :
Il est urgen t d'attendre dans ce domaine en developpant la science et la recherché. Pour le reste cela se resume par un seul mot : lobby
a écrit le 29/07/2013 à 11:42 :
article sans intérêt : l'auteur prêche pour sa paroisse
c'est un article à décharge pour le gaz de schiste...
et à charge contre une éventuelle compagnie étatique
j'ai particulièrement adoré le paragraphe sur les accidents dus à des compagnies étatiques, comme si l'amoco cadiz, l'erika (tiens ce ne serait pas du fait de son champion national ???), l'exxon valdez ou la plateforme pétrolière du golfe du mexique n'avaient pas existés !
a écrit le 29/07/2013 à 11:37 :
Bonjour,
Je m'interroge sur le bien fondé de ce plaidoyer pour les gaz de schiste.
De nombreuses études ont prouvées que la seule raison pour laquelle les gaz de schiste sont un point de croissance pour les USA reste la dégradation de l?environnement, la suspension des lois sur la qualité de l'air et de l'eau pour cette industrie particulière et l'absence de contrôle des conséquences sanitaire et environnementale sur l'environnement direct ou sont implantés les extracteurs.
Il n'y a pas non plus de plan concerté d'extraction et de plans de réhabilitation des terres après épuisement des ressources. De plus la liquéfaction des sols avec un cocktails chimique pollue les fleuve les rivières et a des conséquence géologique irrémédiable à court comme à moyen terme.
Les gazs de schsites sont un poison pour la vie juste pour pouvoir mettre du pétrole à bas cout dans nos automobiles. C'est juste ridicule.
Si l'on inclue une obligation de non dégradation environementale, une taxe carbone, et l'obligation de repsecter les lois US sur la qualité de l'air et de l'eau, le gaz de schiste devient otut de suite une gouffre financier non rentable qui serait aisément remplaçable par l cocktail classique Nucléaire/éolien/solaire thermique/géothermie/hydro-électrique.
Je pense vraiment que les gaz de schistes sont une folie qui détruit les terres arables, les forêts, et la vie en général. Cette technologie n'a aucun intérêt. C'est comme si, on proposait e couper tous les arbres pour les bruler afin de produire de l'énergie c'est insensé.
Si les USA veulent ruiner l'environnement de leur pays/continent grand bien leur fasse. Nous avons déjà suffisamment de problèmes de pollution compliqués sans en rajouter u qui est connu pour être dangereux et insoluble.
a écrit le 29/07/2013 à 11:29 :
En France, 90% du gaz naturel est utilisé dans le chauffage et le reste a été utilisé pour produire de l'électricité. En 2007, le chauffage (résidentiel, tertiaire et industriel) a utilisé 36 millions de TEP (tonne équivalent pétrole) pour une consommation total de 40 millions de TEP. Le seul chauffage résidentiel-tertiaire (donc l'eau chaude sanitaire) a utilisé 50% du gaz naturel, soit 20,8 millions de TEP. Avec l'isolation, les pompes à chaleur sur eaux usées, le chauffage solaire dans le sud (certaines technologies permettent d'atteindre 250 C°) et les chaudières biomasses, la France peut massivement réduire sa consommation de gaz naturel, ceci jusqu'à la fin des temps.
a écrit le 29/07/2013 à 11:28 :
Il faut laisser les gaz et pétroles de schistes où il esont, et conjurer définitivement la malédiction du pétrole.
600 000emplois "induits" aux US, "Cent ans de consommation de gaz en France"! Désinformation totale. Demain on rase gratis. Quel pékin peut encore croire à de telles assertions de la part d'un "consultant" (Lobbyiste) pétrolier"? La prochaine "bulle" concernera inévitablement le secteur des "schistes". Mais d'ici là, les pétroliers et les financiers auront pris leur bénéfices, laissant sur le carreau les retraités américains au travers de leurs fonds de pension et un désastre écologique.
a écrit le 29/07/2013 à 11:25 :
Il est urgent d'attendre !!!
http://www.youtube.com/watch?v=h1UtegDQ4AE
a écrit le 28/07/2013 à 23:23 :
Surtout pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :