Ce que dissimule l'imposture de la "stagnation séculaire"

 |   |  728  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, ce que dissimule l'imposture de la "stagnation séculaire"

 La crise de 2008 a fait ressurgir les doutes sur la soutenabilité de la croissance à long terme, et ressuscité le débat sur la stagnation séculaire : un enlisement dans une croissance molle, voire nulle. Dans ce cas, l'amélioration actuelle ne durera pas. Première question à se poser : la machine à créer de la croissance est-elle véritablement cassée ?

Pour répondre à cette question, il faut partir non pas simplement du PIB, mais du PIB par personne en âge de travailler (par convention les 15-64 ans) pour éliminer l'effet démographique. C'est avec cet indicateur qu'il est possible de détecter s'il y a un ralentissement irréversible des moteurs endogènes de croissance.

Pas de rupture de tendance, d'autant plus que l'on sous-estime sûrement les PIB

Pour les États-Unis, aucune véritable rupture de tendance n'est décelable. Cette dernière traverse les épisodes d'emballement de bulle et de décélération. In fine, la période post-2008 n'apparaît pas si atypique. Au Japon, le constat est le même. L'accident de 2008 est bien perceptible, comme aux États-Unis, mais la vraie rupture de tendance est celle des années 90. C'est encore plus vrai en Allemagne où aucune inflexion n'est constatée.

Et même pour la France, retardataire, il est bien aventureux de diagnostiquer une véritable rupture. Aucune grande cassure manifeste n'apparait donc dans le top 4 des pays avancés, au regard de la longue période. Un constat d'autant plus remarquable lorsque l'on sait la difficulté de plus en plus grande à mesurer le volume des services nouveaux, la progression de la qualité, d'où notre propension à sous-estimer le PIB.

Aux États-Unis, la crise de 2008 est d'abord une "purge de bilans"

Alors que s'est-il réellement passé en 2008 ? Il faut remonter aux fondamentaux de la crise, donc placer le projecteur du côté des États-Unis, pour bien comprendre que c'est d'abord une purge de bilans. L'économie américaine a connu un grand cycle de montée de l'endettement à partir des années 80, alors qu'il avait été d'une grande stabilité durant les 30 années précédentes. Dans l'ordre d'apparition, les entreprises, puis les ménages. Leur endettement dérive sur longue période et atténue les effets d'accordéon du cycle financier des entreprises jusqu'en 2007. Et c'est la violente inversion de ce cycle long à partir de 2007, ajoutée au désendettement des entreprises, qui déstabilise gravement la croissance américaine.

Mais sur un délai assez court finalement, car très vite l'Etat va prendre le relais de la sphère privée,  évitant le grand trou d'air de la demande, et permettre ainsi à la croissance de se caler autour de 2%. C'était la condition pour assainir les bilans privés.

En Europe, c'est la rigueur qui a cassé la croissance

C'est évidemment la grande différence avec l'Europe qui, sous commandement allemand s'est infligée une cure d'austérité publique sans précédant au moment même où la demande privée faisait défaut. En bon élève, l'Allemagne annonce dès juin 2010 un plan de rigueur drastique, le plus rigoureux depuis l'après-guerre : 86 milliards d'euros sur 4 ans, l'équivalent de 3,5% de son PIB. L'impact est récessif, mais moins que dans les autres pays européens car les ménages comme les entreprises sont moins endettés et la purge a été plus rapide.

Dans le Sud de l'Europe, l'effort est parfois titanesque, voire délirant : 28,4 milliards pour la Grèce, une amputation de près de 13% de son PIB. Dans les autres pays du Sud, Espagne, Portugal, Italie, les coupes représentent au moins 6% du PIB de chaque pays. En France l'effort parait insignifiant, et c'est pour cela que la croissance a mieux résisté.

Ce sont bien ces tours de vis budgétaires (synchrones qui plus est) qui ont cassé la croissance en Europe. D'ailleurs une fois les épisodes lourds de consolidation budgétaires passés, la croissance est repartie.

Purge des bilans privés après une longue phase d'endettement, erreur totale dans la conduite de la politique économique en Europe ont un temps fait dérailler la croissance. Mais cette phase est terminée, faisant de la stagnation séculaire une théorie qui stagne.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2017 à 12:30 :
pour qu il y est croisance il faut l offre et la demande , hors qu els sont les entreprises qu investissent dans la recherche,,? ont manque de produit nouveaux et de salaire correct pour achetezces produits nouveaux???
a écrit le 08/12/2017 à 14:23 :
"En Europe, c'est la rigueur qui a cassé la croissance"

Et l'Europe connait le même phénomène que les autres pays du monde, le fait que les investisseurs n'investissent quasiment plus, ils entassent leurs milliards dans des paradis fiscaux ne pouvant qu'asphyxier la croissance.

Alors que les états croulent sous les taux d'intérêt à verser à ces mêmes milliardaires sans que qui que ce soit soit capable de nous expliquer pourquoi les états ne peuvent pas emprunter directement aux banques centrales qui sont leur banque au final, obligés de payer une rançon aux actionnaires privés.

Nous sommes en néolibéralisme, phénomène dans lequel on manipule la sémantique abondamment parce que principe ne reposant que sur du vent, sur les fantasmes des puissants, du coup au lieu de nous dire que ce sont eux les riches qui empêchent toute croissance ils vont plutôt nous faire penser que la croissance n'est plus possible.

Non mais oh ils vont quand même pas se mettre à payer des impôts comme les autres hein !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :