L'air que l'on respire, c'est le même pour tous... (Michel Jonasz)

 |   |  1497  mots
(Crédits : Reuters)
TRIBUNE. la crise du Coronavirus n'est pas uniquement une crise sanitaire mais une crise systémique urbaine multi factorielle avec des co- éléments environnement et sociaux dont il faut absolument tenir en compte, en particulier la pollution de l'air. Par Dr Gilles Dixsaut, Président du Comité Francilien contre les Maladies Respiratoires, Olivier Blond, Directeur de l'Association « Respire », Isabella Annesi-Maesano, Directrice de Recherche INSERM, Serge Orru, Environnementaliste, Carlos Moreno, Directeur scientifique Chaire ETI, IAE Paris Panthéon Sorbonne, Arnaud Molinié, Chef d'entreprise.

Airparif vient de publier un bilan historique qui indique une amélioration d'environ 30% de la qualité de l'air suite à la chute du trafic routier en Ile-de-France avec plus de 60% de réduction des oxydes d'azote. Moins de voitures équivaut donc, à moins de pollution. Toutefois, les particules fines provenant du chauffage résidentiel et de l'épandage agricole subsistent encore. Nous aurions ainsi connu le pic de pollution devenu saisonnier, le mercredi 18 mars, si le trafic n'avait été drastiquement réduit à cause du confinement.

Nous savons que partout dans le monde un souci commun est devenu prioritaire, retrouver une qualité de l'air perdue par un mode de vie urbain, au cœur de sa dégradation. Paris, Londres, Bruxelles, Madrid, Milan, à la pointe de ce combat, ont fédéré les villes européennes pour se battre contre ce fléau dont une de leurs causes est les particules fines générées par le diesel. Les maires de ces capitales ont pris à bras-le-cœur ce combat. On a vu les maires de Paris, Bruxelles et Madrid, mener auprès de l'Europe une action en justice pour obtenir gain de cause. On a vu aussi le « dieselgate » émerger au grand jour en 2015, confirmant des agissements scandaleux attentatoires contre la santé des urbains

Oui, la lutte contre le diesel et la pollution urbaine est devenue l'un des principaux combats de ces prochaines années. Depuis, beaucoup d'autres villes sont venues rejoindre ce mouvement vertueux irréversible, tant la qualité de l'air a pris de l'importance aux yeux des citadins.

A Paris, nous avons encouragé le déploiement de systèmes innovants de suivi fin de la qualité de l'air à hauteur de respiration, tel Pollutrack lancé à l'occasion de la COP21 et qui depuis lors traque les particules fines de moins de 2.5 microns.

Ces fameuses PM2.5 reconnues par le corps médical comme particulièrement dangereuses sont depuis bientôt trois ans comptées en temps réel grâce aux 500 véhicules électriques apportés par des partenaires qui se sont portés volontaires pour aider la Ville, tels Enedis, les VTC Marcel (Renault) et plus récemment DPD (groupe La Poste).

Flotte unique au monde

Cette flotte unique au monde a permis d'établir la carte la plus précise qui soit de répartition de la pollution aux particules fines à travers les rues de la Capitale.

L'hétérogénéité entre arrondissements et au cœur même d'un quartier de cette pollution nous a interpellés, et la meilleure connaissance de cette répartition avec l'accumulation de dizaines de millions de données fournit l'outil qui nous permettra de nous occuper en priorité par exemple des écoles, des crèches, des rues et ruelles les plus exposées, en nous dirigeant vers un concept de zones à très basses émissions autour des points les plus sensibles, comme Londres, Madrid et Lisbonne ont su le faire en pionnier de manière intuitive.

Les épisodes de pollution, mettant en jeu les particules fines se succédant, les interrogations se sont peu à peu tournées vers le lien possible existant avec les « pics de grippes saisonnières ». Des « coïncidences » ont été observée à plusieurs reprises au cours de notre apprentissage de la connaissance fine de la qualité de l'air, avec le « pic de grippe saisonnière » suivant souvent un pic de pollution aux PM2.5.

Cette période d'explosion mondiale du Coronavirus par la propagation exponentielle du COVID-19 a été la source des travaux scientifiques dans différentes villes travaillant sur la corrélation de ces deux facteurs : Virus et Pollution par les particules fines

En effet, la pandémie de coronavirus est partie de Wuhan, une ville qui a subi fin 2019 près de deux mois d'un niveau exceptionnel aux particules fines PM2.5.

Par la suite, les foyers ardents qui ont suivi cette première explosion du virus ont été respectivement Séoul, également très exposée aux particules fines, puis Téhéran dont la pollution chronique est un problème majeur depuis des années, et enfin la Lombardie, lieu de « croisement » des émissions gazeuses des diesel de Milan avec l'ammoniac des nombreux élevages porcins de la région de Parme. La recombinaison chimique de ces différents gaz donne par nucléation puis polymérisation naissance à des particules fines secondaires. La Lombardie est l'un des « Réacteurs à PM2.5 » les plus actifs d'Europe, et l'on en connait l'origine...

Les collègues chercheurs italiens des Universités de Bologne, Bari, Milan avec la Société Italienne de médecine environnementale (SIMIA),  ont publié une étude le 16 mars, précisant que « la vitesse fulgurante à laquelle s'est propagée l'épidémie de coronavirus en Italie pourrait s'expliquer en partie par la pollution ».

Les pratiques agricoles, génératrices de particules fines

Ce n'est pas la première fois que cette hypothèse a été émise. Déjà en 2003, lors de la crise du SARS, des chercheurs chinois avaient également alerté sur cette possible situation. Par contre, pour la première fois, la mise à l'arrêt de tout forme de circulation et d'une grande partie des activités quotidiennes a permis de mettre en lumière les pratiques agricoles, génératrices également des particules fines. En Lombardie, où les citoyens étaient confinés, il n'y a eu que les activités industrielles c'est le puissant redémarrage fin février de ce réacteur à particules secondaires, qui est une autre activité de la Plaine de Pô en Lombardie, l'un de trois greniers européens avec la Beauce et l'Ukraine, qui a pu ainsi être suivi de très près. D'une part en raison d'une météo particulièrement favorable avec l'installation d'un anticyclone stationnaire empêchant la dispersion des particules, d'autre part en raison des épandages de printemps d'ammonitrate la fertilisant, alors que, printemps oblige, les batteries d'élevage porcin tournaient également de leur côté à fond... Tout ce qu'il fallait pour générer des PM2.5 en quantité, sans le moindre vent dispersif...

Et malheureusement, du fait des activités industrielles qui continuaient, des celles agricoles et du chauffage domestique, les chercheurs ont vu leur hypothèse prendre forme dans la réalité. Alors que selon les prévisions expertes en raison du confinement, la courbe des nouveaux cas devait continuer à suivre la trajectoire de la Chine et amorcer une première inflexion, ce nombre s'est vu repartir à la hausse, déjouant les pronostics les plus documentés, mais qui ne prenaient pas en compte le paramètre Pollution.

Il est trop tôt pour conclure, et un vent dispersif qui souffle dorénavant sur toute l'Europe vient heureusement mettre un terme à cet épisode de PM2.5 qui a également sévi sur l'Île de France, mais en intensité et durée plus limitées qu'en Lombardie.

Mais sans aucun doute, ce n'est plus un « cygne noir » mais une réelle piste à suivre et à surveiller de près : ce petit virus de 130 nanomètres, soit l'équivalent de 0,13 micron, se servirait des PM2.5 comme d'un Transporteur Balistique, lui permettant d'atteindre les couches les plus profondes de nos alvéoles, où il provoque une réponse inflammatoire dévastant, de destruction des alvéoles.

La pollution de l'air, Cheval de Troie pour les virus

La pollution de l'air servant de Cheval de Troie aux virus, comme les chercheurs italiens l'ont manifesté, il s'agirait alors d'un tournant qui concerne toutes les villes. De la voiture thermique aux incinérateurs urbains, du chauffage au fioul aux palettes de bois, tout ce qui risque de fragiliser nos poumons et transporter le Coronavirus devrait faire place à des mesures fortes pour écarter ce risque.  Ce qui est aujourd'hui une réalité, même à ce stade de la recherche est que la crise du Coronavirus n'est pas uniquement une crise sanitaire mais une crise systémique urbaine multi factorielle avec des co- éléments environnement et sociaux dont il faut absolument tenir en compte. Les chercheurs chinois ont alerté aussi par une autre possible voie de transmission du COVID-19, les matières fécales et les urines. Ce phénomène fut aussi constaté lors de la crise du SRAS en 2003.

Nous voilà en train d'assister à la convergence probable d'un problème environnemental avec une urgence sanitaire absolue, quand nos poumons irrités lors d'un pic aux PM2.5 rendent vulnérables aux virus...

De la première publication dans le New England Journal of Medicine montrant que le coronavirus pouvait « chevaucher » des particules en suspension à aujourd'hui, le signal devient de plus en plus fort. Il y a urgence à traiter cette approche socio - environnementale pour sortir d'une analyse strictement clinique, qui ne peut que conduire à des solutions partielles.

En attendant « Restez chez vous » et ouvrez vos fenêtres régulièrement, la pollution aux PM2.5 est redevenue historiquement basse et c'est une très bonne nouvelle !

Car « l'air que nous respirons est le même pour tous » chante Michel Jonasz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 13:48 :
Ouai ,est ce pour cela que nous «  portons des masques « ? ( uniquement sur ordonnance)...
Nous les «  inférieurs « du monde humain ( les bonnes poires , les pions éjectables ...)
Épisode finale: la mondialisation contre la mondialisation, la guerre des titans 3... sur web coronaflix....qui a surplanté netflix ...
a écrit le 30/03/2020 à 12:29 :
NON, les énergies ne sont pas les mêmes pour tous, car tout dépend comment chacun(e) les qualifie : "Tout est béni !"..., ou sinon, tout est vu / cru au pire, et alors... : C'est pour votre pomme !" dirait Maurice Chevalier en souriant !!!
____ Comment chacun se CHANTE-T-IL SA VIE ?
____ Les TOC maintenus en sont la preuve (entre autres auto-hypnoses phobiques) ! ____ Combien relâchent assez régulièrement leurs "Mal-à-dits" et leurs "mes-dits-ca-ment" en bénissant l'air, l'eau, la Terre, le feu solaire, au lieu de penser devoir avec leur "mente-all" ne les envisager (et de se les retourner) que de manière dramatique ?
a écrit le 30/03/2020 à 11:55 :
"dont il faut absolument tenir en compte"

Mais les dragons célestes en tiennent compte ! D'ailleurs ils évoluent déjà en permanence avec une bulle d'air autour de leur tête pour ne pas respirer le même air que nous autres êtres inférieurs.

Problème réglé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :