L’étrange victoire de Bitcoin

 |  | 705 mots
Bitcoin s’affirme de plus en plus comme une réalité tangible et pérenne dans un monde où plus rien ne semble solide.
Bitcoin s’affirme de plus en plus comme une réalité tangible et pérenne dans un monde où plus rien ne semble solide. (Crédits : André François McKenzie)
OPINION. Loin de disparaître, Bitcoin est en passe d’atteindre une maturité technologique inédite et de s’imposer auprès des acteurs traditionnels de la finance. Un changement de paradigme aux répercussions politiques, industrielles et économiques encore difficiles à prévoir. * Par Yorick de Mombynes, haut fonctionnaire, auteur d’une note sur le protocole Lightning Network pour l’Institut Sapiens (*).

Au nez et à la barbe des élites mondiales, Bitcoin est en train de gagner son pari. Le fait qu'il fonctionne parfaitement depuis onze ans alors qu'on annonce chaque jour sa fin imminente est en soi remarquable et devrait suffire à nous alerter. Mais, non content de survivre, Bitcoin se développe massivement.

Plusieurs dizaines de millions de personnes détiennent des bitcoins dans le monde et le nombre d'adresses visibles sur le réseau connaît une croissance exponentielle.

Le cours du bitcoin reste volatil, mais ce n'est guère surprenant : c'est un actif d'une nature totalement nouvelle, donc encore difficile à évaluer. Et il reste relativement marginal dans la finance mondiale, donc soumis à l'influence des acteurs majeurs du marché. Mais cette situation est sans doute transitoire. Sur plusieurs années, il joue bien son rôle de réserve de valeur, étape indispensable avant de devenir progressivement un moyen d'échange plus communément accepté. Son régime d'émission désinflationniste offre un contraste saisissant avec le quantitative easing des banques centrales qui menace d'anéantir la confiance dans les monnaies étatiques. C'est la raison pour laquelle il est étudié de près - et même adopté - par un nombre croissant d'acteurs traditionnels des marchés financiers et de l'économie en général.

Lire aussi : Cryptomonnaie : la pandémie accélère la réflexion sur les monnaies numériques de banque centrale

Un nouvel Internet de la valeur

Sa technologie et son écosystème progressent à grande vitesse. Son algorithme open source fait l'objet d'améliorations multiples pour renforcer sa fiabilité et ses performances techniques. Un protocole informatique complémentaire, appelé « Lightning Network », rend désormais possibles des micropaiements instantanés, pour des frais dérisoires, avec un haut niveau de sécurité et de confidentialité et sans consommation additionnelle d'énergie. Il fonctionne depuis 2018 et son développement se poursuit, notamment grâce à la startup française Acinq (soutenue par Bpifrance).

Outre ce « passage à l'échelle », de nombreuses autres innovations sont en cours. Elles améliorent notamment le caractère programmable des transactions et ouvrent la voie à de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux usages du protocole Bitcoin comme strate fondatrice d'un nouvel Internet de la valeur. Le rythme et la sophistication de ces avancées sont de plus en plus difficiles à suivre.

Il semble désormais trop tard pour que des États puissent stopper Bitcoin. Ils ne peuvent guère faire plus que ralentir son essor par des réglementations et des contraintes fiscales. La situation actuelle montre que cet essor se poursuit malgré ces freins. Son réseau est trop décentralisé ; les acteurs impliqués dans son développement et son fonctionnement sont trop nombreux et trop engagés ; la puissance de calcul informatique mondiale qui sécurise sa blockchain atteint des niveaux inouïs, difficiles à appréhender par l'esprit humain. Et la diffusion de transactions par satellite et ondes radio est en train de devenir possible, ce qui pourrait permettre à l'avenir de contourner d'éventuelles coupures politiques d'Internet.

Lire aussi : Trump se joint au concert anti Bitcoin et sermonne Facebook avec son Libra

Un cash digital au potentiel infini

Libra, la « cryptomonnaie » de Facebook assise sur un panier de monnaies étatiques, et les velléités de « monnaies digitales de banques centrales » (MDBC) confirment que l'industrie du paiement et les systèmes monétaires sont à l'aube de changements profonds. Mais ces projets sont beaucoup moins innovants que Bitcoin. Ils demeurent centralisés donc techniquement vulnérables, politiquement manipulables et soumis aux aléas des politiques monétaires arbitraires.

Malgré des incertitudes et défis techniques encore considérables et une compétition intense dans l'univers des cryptomonnaies, Bitcoin s'affirme comme une réalité tangible et pérenne dans un monde où plus rien ne semble solide. La probabilité augmente pour que le bitcoin s'impose peu à peu comme une forme de cash digital décentralisé, dépolitisé, dénationalisé, désinflationniste, permettant des transactions instantanées, incensurables, anonymes et programmables. Avec des applications financières et industrielles potentiellement infinies et des conséquences politiques insoupçonnables.

Lire aussi : Monnaie digitale : 80% des banques centrales planchent sur le sujet

________

(*) Lien pour consulter la note : Comprendre le protocole Lightning Network

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2020 à 18:20 :
Article intéressant, je me demande si le Bitcoin et l'Ethereum ne sont pas plus solides que le $, €,¥ et compagnie !
Réponse de le 01/09/2020 à 9:31 :
Plutôt aussi fragiles je dirais et donc ayant la même crédibilité au moins c'est certain.
a écrit le 14/08/2020 à 11:59 :
Le commentaire d'Elfe noir nous montre bien le faussé entre deux générations, une qui croit encore au système économique actuel, et l'autre qui à compris que l'effondrement de ce système corrompu finira par tomber
Réponse de le 15/08/2020 à 15:03 :
Sauf que ça fait dix ans qu'on entend ça et qu'entre temps certains jeunes ne le sont plus et n'ont d'ailleurs pas vu le système vaciller d'un poil face au bitcoin.
a écrit le 14/08/2020 à 11:17 :
Quand je vois la quantité impressionnante d'âneries dans les commentaires je me dis qu'il est encore temps d'acheter.
a écrit le 14/08/2020 à 2:53 :
Enfin un article réaliste sur ce qui se passe !
BTC, ETH and co sont très demandés, les monnaies dettes vont s'effondrer... la seule question est quand ?
a écrit le 13/08/2020 à 21:01 :
Une nouvelle disruption se met en place sous nos yeux et change le monde.
Réponse de le 14/08/2020 à 0:14 :
Il y en a eu des articles sur la blockchain avec des phrases comme ça. Mais alors un paquet.
Réponse de le 18/08/2020 à 13:41 :
Envoyer des actifs n importe où sur la planète et même dans l espace en moins d 1 heure pour un coût inférieur a 1$. C'est déjà du concret.
a écrit le 13/08/2020 à 19:37 :
Le blockchain de Ponzi va encore faire des ravages chez les gogos. Article collector
Réponse de le 14/08/2020 à 0:35 :
Un Ponzi est un système financier frauduleux, ou les anciens adhérents du système sont "rémunérés" par le capital entrant des nouveaux entrants.

Bitcoin n’est pas une entreprise et ne promet aucune rémunération.

Sa valeur varie comme la valeur de l'OR peut varier.

La spéculation sur le marché du Bitcoin peut accentuer sa volatilité à court terme comme sur n’importe quel autre marché financier, mais cela n’en fait pas un Schéma de Ponzi.

Nous vous conseillons les différentes pages de notre site bitcoinpourtous.com pour mieux comprendre l'intérêt et les enjeux du Bitcoin, outre sa valeur et sa volatilité...
a écrit le 13/08/2020 à 18:50 :
Magnifique blabla sans aucune information réelle. On est au mieux dans le fanboy dithyrambique au pire dans la complicité. Exemple : l'actif d'une nouvelle nature : c'est sûr, personne avant n'avait oser spéculer sur du néant. Mais l'offre et la demande de néant artificiellement limitée en nombre, ça fait un prix en effet, et un prix en hausse car tout est fait pour recruter de nouveaux amateurs. Oyez bonnes gens, ça monte tout le temps, achetez ! Le discours habituel de "ça ne peut pas descendre, aucun risque, aucune perte" des bonimenteurs. Evidemment, il y en a qui prennent leurs bénéfices pour rincer les pigeons avant de recommencer un nouveau cycle d'où les fortes corrections avant les rehausses.Je n'arrive pas encore à déterminer si ceux qui font ce type de discours le font simplement pour vendre une fortune les bitcoin possédés où si leur objectif de long terme est de privatiser le droit de seigneuriage de la monnaie.
Réponse de le 14/08/2020 à 21:57 :
Bitcoin est rien. non Bitcoin n'est pas un produit, je suis d'accord. Si L'Or est un produit, le Bitcoin est un service. c'est ce service que tout le monde est prêt à payer très cher. pour le reste, je ne vais pas redévelopper l'histoire.
a écrit le 13/08/2020 à 14:05 :
C'est assez paradoxal que cette incarnation du libéralisme créé une relative angoisse chez les oligarques de la mondialisation...
Pour l'heure les cryptomonnaies sont totalement marginales, et le fondement du BTC font que cette monnaie restera anecdotique.
a écrit le 13/08/2020 à 10:35 :
Merci beaucoup, on peut fortement soupçonner l’État profond américain de la soutenir, en se cachant bien évidemment pour ne pas effrayer une oligarchie financière mentalement défaillante et pour qui "tout est bruit", puisque nous savons tous que l’accaparement des capitaux du monde dans les paradis fiscaux des mégas riches du monde est en train d'anéantir la valeur de l'argent.

Les établissements financiers ont totalement abandonné la fonction de nourrir l'économie réelle pour seulement servir ceux qui ont déjà tout et qui ne lui servent au final plus à rien à l'économie réelle. Et c'est pas demain la veille qu'un dirigeant politique avouera à son maître méga riche qu'avant hier il était indispensable mais que hier il est devenu inutile et qu'aujourd'hui c'est carrément un parasite.

"Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque." Nietzsche
a écrit le 13/08/2020 à 10:33 :
J'ai toujours cru que le bitcoin allait s'effondrer, pour l'instant ce n'est pas le cas. Il y a peut-être des raisons à cela moins glorieuses que celles invoquées dans cette tribune. Dark web, blanchiment d'argent etc. En tout cas il me semble qu'une étude liée à l'Institut Sapiens a une conclusion définie à l'avance.
Réponse de le 14/08/2020 à 0:14 :
L'existence du Dark Net remet-elle en question l'existence d'internet tout court ? Non.

Le blanchiment d'argent est-il quelque chose de nouveau, arrivé grâce au Bitcoin ? Non.

Il y a toujours eu des gens malhonnêtes, et il y en aura toujours.

Il y a des gens qui se servent de Facebook, de Whatsapp et d'ordre géneral, d'internet pour commettre des délits.

Ce n'est pas l'outil le problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :