Quand l'entrepreneuriat s'attaque au plafond de verre

 |   |  524  mots
Florence Tondu Mélique, Directrice générale opérationnelle pour l’Europe de l’assureur HISCOX.
Florence Tondu Mélique, Directrice générale opérationnelle pour l’Europe de l’assureur HISCOX. (Crédits : Reuters)
A l’heure des success stories d’entrepreneurs, un vent d’optimisme souffle dans le monde de l’entrepreneuriat en France comme à l'étranger. Tandis que 56% des entrepreneurs témoignent d’une activité en croissance, le nombre d’entreprises créées par des femmes ne cesse de croître, près de 30% de plus en trois ans. Si la reprise économique ne se fera pas sans les entrepreneures, force est de constater que celles-ci s’engagent souvent par contrainte dans l’aventure. Par Florence Tondu Mélique, Directrice générale opérationnelle pour l’Europe de l’assureur HISCOX.

La septième édition de l'enquête Hiscox « ADN d'un entrepreneur » a confirmé des intuitions quant à l'importance de l'innovation et de l'exportation comme leviers de croissance, mais elle a surtout révélé une exception française : 37% des entrepreneurs français le sont devenus car aucun travail salarié ne leur convenait, contre 26% dans les autres pays interrogés (Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Pays-Bas). S'agissant des femmes entrepreneures, le chiffre monte encore pour atteindre les 41%. Les créateurs et créatrices d'entreprises français-es le seraient-ils par défaut ?

A l'évidence non. Cette donnée marque plus un changement de paradigme. L'entrepreneuriat inspire désormais toute une génération qui ne se reconnaît plus toujours dans les cadres classiques : en particulier la difficulté à s'accomplir et à trouver un sens à son action. Au-delà du facteur générationnel, pour la population féminine, elle reflète une forme de prise en main par une nouvelle génération qui cherche à se libérer des carcans et des verrous de l'entreprise.


Une réponse au plafond de verre

Sans aucun doute l'engouement pour l'entrepreneuriat touche aujourd'hui très largement les femmes. En effet, la majorité des start-ups qui ont vu le jour dans les deux dernières années ont été créées par des femmes. Elles représentent désormais 39% des entrepreneurs contre 30% il y a seulement trois ans. Si l'objectif gouvernemental de 40% en 2017 est en passe d'être atteint, cette progression n'est pour autant pas seulement attribuable aux incitations publiques. Il faut  y voir une raison plus structurelle.

L'entrepreneuriat constitue vraisemblablement une réponse au fameux plafond de verre qu'elles peinent à franchir, non seulement en termes de salaire, mais surtout en termes de responsabilité et d'autonomie professionnelle. Dans la tranche d'âge 30-39 ans, celle où l'apparition du plafond de verre devient manifeste, la part des entrepreneurs faute d'avoir trouvé un travail salarié adapté est ainsi 40% supérieure chez les femmes que chez les hommes.



Un dynamisme nouveau

Et au-delà, ce qui interpelle, c'est l'audace de prendre en main son destin : l'entrepreneure est de plus en plus jeune. Ainsi les femmes représentent près de la moitié des entrepreneurs chez les moins de 30 ans, alors qu'elles ne sont que moins d'un tiers des entrepreneurs après 50 ans.

Il faut se réjouir de cette arrivée grandissante de femmes dans le monde de l'entrepreneuriat pour la vitalité du tissu économique français. En moyenne plus qualifiées que les hommes, elles lui apportent un dynamisme nouveau, tous secteurs confondus. Loin des stéréotypes, elles s'investissent dans des champs considérés, comme l'apanage des hommes : la science, le management, et les high-tech.

Reste encore au moins un obstacle à lever : selon Women Equity of Growth, alors que les performances des femmes entrepreneures n'ont rien à envier à celles des hommes, celles-ci prennent moins de risque, ont moins confiance en elles et développent moins leur réseau.

Est-ce à dire que les femmes sont aujourd'hui capables de transcender leur aversion au risque plutôt  que de subir la contrainte des organisations et des stéréotypes, il n'y a qu'un pas à franchir... celui de l'entrepreneuriat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :