La plateforme eHop du CHU de Rennes étendue à six nouveaux sites en 2020

 |   |  621  mots
Photo d'illustration. En dix ans, l'idée de la numérisation du dossier médical et d'une approche territoriale du big data est passée d'un projet « considéré comme futuriste » à un potentiel à exploiter.
Photo d'illustration. En dix ans, l'idée de la numérisation du dossier médical et d'une approche territoriale du big data est passée d'un projet « considéré comme futuriste » à un potentiel à exploiter. (Crédits : DR)
En juin 2019, le CHU de Rennes annonçait avoir choisi l’éditeur de logiciels de santé Enovacom pour le développement et la distribution du projet eHop. En centralisant les données médicales et en permettant leur partage sécurisé entre établissements de santé, cette infrastructure numérique préfigure la médecine prédictive.

Conçue par l'équipe « Données massives en santé » de l'unité Inserm LTSI (Laboratoire du traitement du signal et de l'image) du centre hospitalier universitaire de Rennes, pilotée par le professeur Marc Cuggia, spécialiste de l'informatique médicale et de la biostatistique, la plateforme eHop vise à optimiser le parcours de soins du patient en facilitant le travail des professionnels de la santé et des chercheurs. Cet entrepôt numérique, qui permet le croisement, le traitement et l'analyse des données de santé collectées après consultation et résultat d'examens médicaux, est d'ores et déjà utilisé par les CHU de Brest, Angers, Tours, Nantes et Orléans, via le GCS Hugo (Groupement de coopération sanitaire des hôpitaux universitaires du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :