L’Europe accompagne l’envol d’XSun

 |  | 422 mots
Lecture 2 min.
Une maquette du drone SX1.2, conçu pour la surveillance de grands sites industriels.
Une maquette du drone SX1.2, conçu pour la surveillance de grands sites industriels. (Crédits : XSun)
Sélectionnée par le Conseil européen de la recherche, la startup de Loire-Atlantique XSun va pouvoir mobiliser 5,3 millions d’euros pour accélérer le développement et l’industrialisation de son drone solaire autonome.

« Nous allons pouvoir réaliser en deux ans ce que nous aurions pu faire en cinq ou dix ans. Grâce à l'ensemble de nos partenaires, nous allons ainsi pouvoir passer rapidement à l'échelon industriel et viser une expansion sur le marché européen », explique Benjamin David, fondateur de la startup XSun, qui figure parmi les sept entreprises françaises sélectionnées par le Conseil européen de la recherche dans le cadre du programme H2020.

Cette intégration lui ouvre les portes d'un financement mobilisable de 5,3 millions d'euros, sous forme de subventions ou par l'intervention de fonds d'Equity. De quoi accélérer le développement de son drone solaire autonome, créé il y a quatre ans.

Détectée en 2016 par le dispositif Eco Innovation Factory de la technopole Atlanpole, soutenue par l'incubateur nantais Centrale-Audencia-Ensa et l'accélérateur industriel Axandus, la startup, qui emploie aujourd'hui 13 personnes à Guérande (Loire-Atlantique), a, depuis, multiplié les partenariats académiques, scientifiques, industriels et financiers (Feder, EMC2, BNP, BPA, CNRS, Airbus, Dassault Systèmes, Total, Nvidia...).

Labellisée ESA BIC Nord France par l'Agence spatiale européenne, XSun est aussi l'une des premières entreprises françaises à décrocher le label Deeptech décerné par Bpifrance.

Lire aussi : Plan Deep tech : 800 millions d'euros d'aides nouvelles pour l'innovation de rupture

Un projet de ligne de production à Guérande

« Nous nous inscrivons pleinement dans les missions de soutien aux technologies européennes de rupture », indique Benjamin David, qui vient de décrocher ses deux premiers contrats avec Enedis et Agenium.

Le premier pour surveiller des lignes électriques, prévenir des incidents ou mettre en œuvre des solutions de remise en route du réseau en cas d'intempéries ; le second pour larguer des micro-guêpes lors du traitement écologique de parcelles.

Avec ces nouveaux financements, XSun envisage d'installer une ligne de production à Guérande, d'ouvrir quatre centres de contrôle en Europe et d'élaborer un nouveau modèle de drone, le SX1.3.

Avec le SX1.2, testé depuis 2018, XSun a réalisé plus d'une centaine de vols qui lui ont permis de qualifier sa technologie. Conçu pour la surveillance de grands sites industriels (maritime, sécurité civile, agriculture de précision, réseaux...), l'appareil, long de 2 mètres pour 4,60 mètres d'envergure, pèse 25 kg (charge comprise). Surtout, il dispose d'une autonomie de 12 heures grâce à des batteries rechargeables couplées à des films solaires à haut rendement, déployés sur une double aile portante. Silencieux, il pourrait aussi trouver des applications dans le domaine militaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :