Commission européenne : toujours pas de taxes sur les produits de vapotage

 |   |  245  mots
La Commission de l'Union européenne aurait une nouvelle fois repoussée la taxation des produits de vapotage.
La Commission de l'Union européenne aurait une nouvelle fois repoussée la taxation des produits de vapotage. (Crédits : Reuters)
Retardée à plusieurs reprises, la taxation des produits de vapotage serait à nouveau repoussée. D'après les informations révélées par le quotidien allemand « Stuttgarter-nachrichten », le dernier rapport ferait bientôt état d'une volonté de la Commission de l'Union européenne de ne pas appliquer une taxe sur la cigarette électronique et ses accessoires avant 2019. C'est une nouvelle qui devrait sans doute réjouir les acteurs d'un marché en plein essor. Faisons lumière sur quelques raisons qui justifieraient ce report par la Commission.

Manque d'informations suffisantes

L'une des principales raisons justifiant le report de la taxation est le manque de données suffisantes sur les cigarettes électroniques, e-liquide, et autres produits nouveaux de tabac. Par mesure de prudence donc, la Commission jugerait opportun de disposer davantage d'informations avant de pouvoir faire une proposition fiscale sur ce produit. Ainsi, elle préciserait surtout qu'il serait délicat de faire une analyse prospective sur l'évolution de son marché et de déterminer exactement son côté nuisible. Aussi, les avis sur les risques du vapotage sur la santé divisent. De nombreux chercheurs et politiques sont d'ailleurs favorables pour l'e-cigarette qu'ils trouvent moins dangereux que la cigarette traditionnelle.

Une résolution qui ne s'applique pas aux taxes nationales

Si le marché de la cigarette électronique échappe pour le moment à la taxation sur le plan européen, tel n'est pas le cas pour les industries de vapotage au niveau de chaque pays membre. Ainsi, les taxes nationales peuvent s'appliquer aux industries de la vape implantées dans chaque État d'Europe. Dans ce sens, de nombreux pays comme l'Italie ont déjà exprimé leur volonté de soumettre les e-liquides à la taxation. Dans les mois à venir, d'autres pays pourront certainement suivre leur exemple.

En attendant donc l'année 2019 pour une éventuelle taxation sur le vapotage et les nouveaux produits du tabac, les acteurs de ce marché novateur peuvent pour le moment se frotter les mains pour n'avoir pas à payer des charges supplémentaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2018 à 9:47 :
Taxer toujours taxer mais ou s arreteron t il on nous pronne depuis des annees que le tabac tue des milliers de personnes en france et quand on a l opportunite de trouver un substitu on le pointe du doight. Perso j ai arreter la ciguarette pour la vapotte. Ou alors peut etre que ca ne les arrange pas que l on arrette de fumer car faudra bien payer nos retraites si on vit j usqu a 90 ans. On nous fait croire que les taxes sont pour notre bien, alors que leur seul but et de nous soutirer un peut plus chaque annees. Les voeux presidentiel de la nouvelle annees il peuvent bien ce les guader.
a écrit le 14/02/2018 à 11:37 :
"De nombreux chercheurs et politiques"

HEu mettre sur le même plan l'avis des chercheurs et des politiciens c'est quand même osé ou alors ce sont des chercheurs qui ont les mêmes intérêts que les politiciens et du coup aucun de leurs avis n'est crédible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :