Densifier la ville : Comprendre pour convaincre !

 |   |  645  mots
(Crédits : iStock)
Le besoin de nouveaux logements ne cesse d'augmenter dans les métropoles. Inexorablement, cela va augmenter la densité dans les villes, mais pas forcément aux dépens de la qualité de vie.

Pour répondre aux besoins de logements sans artificialiser les sols, il n'y a pas d'alternative à la densification. Or si la France construit de l'ordre de 400 000 logements par an, elle ne construit pas dense (100 habitants/km2). Hors métropoles, la disponibilité du foncier et la relative modicité de son coût sont, avec la modestie du coût de l'énergie, des avantages compétitifs indéniables de notre territoire national. Cette relative désinvolture à l'égard du foncier, qui explique pour partie l'étalement urbain, appartient à une époque désormais révolue, pour deux raisons : la construction tend à se concentrer dans les métropoles, et ce mouvement parait inéluctable. Or c'est là que le foncier est le plus cher et le plus complexe à travailler ; la prise de conscience environnementale suscite une double condamnation de la construction extensive : celles de l'artificialisation des sols et de l'impact carbone.

Lire aussi : Construction de logements : Stop ou encore ?

Nous entrons donc dans une nouvelle ère, qui met encore plus en avant l'idée de densité, pour limiter l'artificialisation, contenir le besoin d'investissements publics et réduire le prix des logements, avec naturellement des nuances en fonction des territoires et des formes d'habitat qui les composent.

Dans ce contexte, construire demain dans les métropoles, ce sera probablement construire des logements plus petits, mais avec plus d'espaces partagés ; sur des friches urbaines ; en recomposition du tissu urbain existant ; plus en hauteur, voire en surélévation.

Pour une densité désirable : Il n'y a pas d'antinomie entre la densité et la qualité de vie. Au contraire, c'est dans la ville dense que la collectivité pourra produire au meilleur coût les services urbains dont les habitants ont besoin ; c'est par la ville dense qu'on pourra mieux préserver les espaces naturels ; c'est pour la ville dense que les architectes et les urbanistes inventeront de nouvelles combinaisons de matériaux, de conceptions et de solutions pour répondre aux attentes des usagers. Le confort ne passe pas nécessairement par de grands logements, ni la qualité de vie par de grands jardins privatifs difficiles à entretenir, ni l'intimité par des obstacles physiques à l'échange et au partage. La ville de demain reste un domaine propice à l'imaginaire et à l'intelligence humaine, où tous les possibles restent ouverts.

Lire aussi : Politiques du logement : faut-il donner plus de pouvoirs aux maires ?

L'immobilier, comme tous les secteurs économiques, est rattrapé par la vague d'innovation et de disruption. Les professionnels du secteur utilisent désormais les données et les nouvelles technologies pour résoudre les problèmes complexes posés par la vie en société. C'est le versant positif de la smart city : mieux comprendre les comportements humains pour envisager des réponses nouvelles aux attentes fondamentales des habitants, qui au fond changent assez peu quant à elles : un habitat confortable, sain, sobre, intime, dans une ville équipée, connectée, sûre et mixte, au service d'une société apaisée, ouverte et responsable.

---

ZAN : Faut-il, condamner les zones pavillonnaires et la maison individuelle au nom de la maîtrise de l'étalement urbain ?

Entre le pavillonnaire en diffus à grande échelle que nous avons connu, et son discrédit complet au nom du verdissement, il existe des mesures intermédiaires qui méritent d'être creusées. En premier lieu, densifier le tissu pavillonnaire neuf pour réduire son impact environnemental, sans condamner sa production par principe. Plus généralement, on peut néanmoins considérer que c'est un modèle qui a vécu. Ce qui va le rendre obsolète, c'est moins le Zéro artificialisation nette (ZAN) que le vieillissement de la population : il sera difficile de vivre dans une maison de 120 m2 avec 1000 m2 de jardin pour un couple de septuagénaires, qui prendra sa voiture pour acheter son pain et faire 50 km pour trouver un rhumatologue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2019 à 13:01 :
Une expérience faite il y a de cela 20 ans au moins exposait des rats enfermés dans une zone géographique confortable mais fermée, bien nourris seul un est resté au bout de quelques mois les autres s'étant tous entre-tués, le rat étant l'animal le plus socialement proche de l'homme.

Mais tout va bien puisque nous autres avons la télé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :