Bandeau Women For Future

Stéphanie Venier Dargent, l’experte en parfumerie

 |   |  329  mots
Stéphanie Venier Dargent, Dirigeante de Candentia.
Stéphanie Venier Dargent, Dirigeante de Candentia. (Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme dirigeante d'entreprise dans nos régions. Stéphanie Venier Dargent, experte en eau de Cologne, se bat pour que son entreprise, dont le savoir-faire perdure depuis 1945, devienne numéro 1.

En 1995, un an après sa maitrise de sciences et techniques en commerce international de l'Université d'Aix-Marseille, et après avoir été en charge des importations pour Finatrade à Dakar, Stéphanie Venier Dargent intègre Candentia. L'entreprise spécialisée en produits d'entretien industriel souhaite développer sa branche parfumerie laissée en sommeil depuis l'intégration du maître parfumeur Marc Florens (ex-Soutter). Deux ans plus tard, en 1998, elle en prend la gérance. « Un dirigeant de TPE doit tout faire, de la gestion, aux achats, à la réglementation, aux relations avec les banques. Ce furent des années très formatrices. » Elle tourne immédiatement la branche parfums et eaux de Cologne vers l'international. En 2010, elle rachète Candentia et décide de céder la partie industrielle à son fondateur, François Chabrières. « Tous ces domaines sont passionnants mais je ne pouvais pas tout faire ». Depuis elle a lancé de nouvelles gammes d'eau de Cologne, une nouvelle ligne et des anti-moustiques pour l'international.

Stéphanie Venier Dargent sait l'importance de travailler en groupe. Elle a pu redresser son entreprise dans les moments difficiles « grâce à son équipe », précise-t-elle. Elle a aussi développé le réseau Germe pour la formation en management et développement personnel des dirigeants. En 2017, elle décide de s'associer avec Béatrice Leduby, dont les compétences en marketing et communication sont complémentaires de son expertise en parfumerie.

L'entreprise compte sept salariés et un laboratoire qui produit aussi pour d'autres marques, ce qui représente 30% de son chiffre d'affaires. Les deux dirigeantes ambitionnent de devenir le numéro 1 en eau de Cologne, leur spécialité. Pour son développement à l'international, qui représente déjà 60% de son chiffre d'affaires, l'entreprise installée à Aubagne a fait appel à Bpifrance pour recevoir une aide à l'export, sous forme de prêt, rendue possible depuis qu'un accord relatif au transfert de la gestion des garanties publiques de Coface à Bpifrance a été signé en 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :