L'appli iPad de Facebook, un concurrent d'Apple qui ne dit pas son nom

 |   |  315  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le réseau social a lancé son application iPad. Alors, concurrent d'Apple ou pas ? Facebook jure que non. Mais...

Depuis quelques jours, les geeks poussent des cris de joie sur la Toile. Ils peuvent enfin accéder depuis leur iPad à Facebook, via une application spécifique. Un lancement regardé par Apple comme l'arrivée d'un nouveau concurrent. En effet, le réseau social a ouvert sa plateforme de développement d'applications à tous les développeurs qui désirent proposer des solutions sans passer par l'Appstore. Pour calmer l'animosité de la firme à la Pomme qui pourrait voir là un concurrent à son modèle, le réseau social a indiqué qu'il enverrait également un grand nombre de ses utilisateurs vers l'Appstore.

Actuellement, 350 millions d'internautes utilisent Facebook sur mobile chaque mois. La moitié d'entre eux passe par un navigateur Internet classique, l'autre par une application spécifique développée pour iPhone ou pour les téléphones Android. « Les meilleures applications seront à la fois sur le système d'exploitation iOS [d'Apple] et sur les navigateurs Web, nous vous encourageons donc à réfléchir à la meilleure manière de toucher l'audience de Facebook en développant des versions pour les deux supports », a indiqué Luke Shepard, ingénieur développement chez Facebook.

1er cas de figure

L'internaute télécharge l'application iPad, disponible sur l'AppStore. Lorsque les internautes souhaitent accéder à des applications venant de tiers, ils sont redirigés vers l'AppStore. En cas de micro-paiement, comme il en existe pour certains jeux par exemple, Facebook renvoie les internautes dans l'AppStore. En effet, Apple prélève 30% du montant des transactions.

2ème cas de figure

Les membres du réseau utilisent Facebook sur leur mobile en passant par un navigateur Internet. S'ils désirent télécharger des applications supplémentaires, ils sont orientés directement vers les sites des développeurs. Et lorsqu'il y a transaction, c'est la monnaie virtuelle de Facebook qui est utilisée. Le réseau social prélève alors... 30% des paiements !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2011 à 7:35 :
Il a raison, c'est une manière comme une autre de vouloir passer en tête d'affiche sans trop se servir des coudes, pour ne pas trop se faire remarquer.
Aujourd'hui virtuelle, demain réel c'est la loi des affaires et il à le talent et le temps pour arriver à ses objectifs, je serai à sa place je resterai patient et j'attendrai mon heure en travaillant sur mes objectifs en silence.
ws
a écrit le 13/10/2011 à 9:51 :
La bataille de l'argent de poche des Kevin fait rage ! oulalala...
Réponse de le 13/10/2011 à 13:05 :
en attendant, cette bataille dégage des milliards d'euros....
Réponse de le 18/10/2011 à 8:54 :
Il me semble qu'en ce moment cet "argent de poche" vaut plus que tous les AAA+ sur les places financières

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :