Ces millionnaires qui doivent tout...au Minitel

 |   |  344  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : Photo AFP)
La "petite boîte marron" des PTT disparaît le 30 juin, l'occasion de (re)découvrir ces entrepreneurs du Minitel qui doivent leur fortune à Ulla, Aline, Jane ou Madame Irma... Parmi eux un certain...Xavier Niel

Déjà objet de musée, le Minitel vit ses dernières heures cette semaine. Il clignotera pour la dernière fois le 30 juin, date à laquelle France Télécom a décidé de mettre un terme au service Télétel qui émettait depuis trente ans. L'ancêtre d'Orange, la Direction générale des télécommunications (DGT), à l'origine de cette innovation qui suscitait la curiosité jusqu'aux Etats-Unis, avait alors eu l'idée de lancer le "Kiosque". Ce système payant, propose alors des services "télématiques" facturés à la minute, la DGT reversant une partie des recettes aux fournisseurs de services. De quoi faire la fortune de certains d'entre eux.

Parmi les plus rémunératrices, les messagerie roses ont convaincu jusqu'aux patrons de presse comme Claude Perdriel (Le Nouvel Observateur) et son 36 15 Aline. Et pour cause, au départ, seuls les éditeurs de presse sont autorisés à proposer leurs propres "codes". Une obligation rapidement contournée par les principaux intéressés qui créent des titres spécialement pour l'occasion.

L'âge d'or du Minitel rose

A son apogée, en 1995, l'objet équipe plus de 6,5 millions de foyers. Au cours de la décennie, les "minitélistes" se connectent environ une heure et demie chaque mois. En les incitant à rester connectés le plus longtemps possible, le Minitel rose fait flamber les factures de téléphone. Mais les stars de la "little French box" comme le créateur de 3615 Ulla, ou 3615 Cum, Louis Roncin, ne s'arrêtent pas aux services de rencontre ou aux messageries coquines. Jeux, météo, information financière, astrologie... tout une gamme de bases de données est proposée. Ces services se retrouveront ensuite sur internet à l'orée des années 2000. Parmi les noms qui resteront de cette époque, celui d'un certain Xavier Niel...

A découvrir : le diaporama des pionniers du "3615"


Génération Minitel :

Rennes : la première présentation de l'annuaire électronique sur Minitel

Le Minitel Rose

L'annonce des résultats présidentielles de 1981

Informatique : le rapport NORA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2012 à 16:57 :
minitel : activité vache à lait de FT qui pour ne pas tuer la vache sacrée à trainer des pieds pour favoriser l?émergence de l'internet en France qui en 1995 était déjà dans pas mal de foyers US.
Les 1ers fournisseurs d'accès internet (FAI) en France était des aventuriers (Worldnet...) et le bas débit a perdurer jusqu'à que FREE sache commercialiser une offre ADSL (technologie d'Alcatel) qui n'intéressait pas l'opérateur historique trop content de facturer l'internet à la minute (tarifs moins prohibitifs que le minitel) mais l'internet bas débit permettait de retarder la mort programmée du minitel (CQFD)
Réponse de le 29/06/2012 à 11:35 :
Il faudrait prendre soin de ne pas trop ré-écrire l'histoire cher Michoko... Après avoir fait du bas débit comme tous les autres, Free a pu faire de l'ADSL parce que FT en commercialisait en vente en gros, puis Free a pu faire du dégroupage parce que FT a dégroupé (sous pression de l'ART, mais tout de même). Rendons tout de même a césar ce qui appartient au peuple :-)
a écrit le 28/06/2012 à 4:18 :
avis aux collectionneurs
a écrit le 28/06/2012 à 4:17 :
avis aux ollectionneurs
a écrit le 27/06/2012 à 18:07 :
"partiellement gratuit" mdr !
a écrit le 27/06/2012 à 15:02 :
J'ai découvert le minitel rose en même temps que mes parents découvraient les factures de téléphones mirobolantes. Coincidences ?
Réponse de le 27/06/2012 à 18:41 :
lol
Réponse de le 28/06/2012 à 18:11 :
falait y penser

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :