WhatsApp, la pépite de Facebook, perd 232 millions de dollars

 |   |  227  mots
(Crédits : DR)
232 millions de dollars de pertes... Facebook a révélé pour la première fois les performances financières de la messagerie qu'il a acquise à prix d'or.

Rachetée 22 milliards de dollars - un prix revu à la hausse du fait de l'appréciation de l'action Facebook - l'application de messagerie instantanée WhatsApp réalise de lourdes pertes. Selon les chiffres dévoilés pour la première fois par Facebook lors de la publication de ses résultats trimestriels, la startup créée par Jan Koum a enregistré une perte nette de 232,5 millions de dollars au premier semestre 2014, pour un chiffre d'affaires de 15,9 millions. L'an  passé, les pertes de WhatsApp s'élevaient à 138 millions pour  seulement 10 millions de recettes.

Début octobre, Facebook a finalisé l'acquisition, dont le montant initial de 19 milliards de dollars avait déjà ébahi et relancé les craintes d'une bulle. Le groupe de Menlo Park a payé 4,5 milliards en cash, le reste en actions. WhatsApp n'intègre pas de publicité et Mark Zuckerberg avait assuré ne pas être pressé de monétiser ce service qui compte plus de 600 millions d'utilisateurs dans le monde.

Le premier réseau social mondial, dont la croissance ralentit, a prévenu qu'il allait du coup accélérer les investissements, ce qui pourrait inclure de nouvelles acquisitions notamment dans les technologies publicitaires. Ce qui semble inquiéter Wall Street : l'action Facebook perdait plus de 10% hier soir dans les transactions hors séance.

> lire aussi "Pour s'offrir WhatsApp, Facebook paiera 22 et pas 19 milliards de dollars"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2014 à 2:30 :
https://telegram.org
a écrit le 30/10/2014 à 7:28 :
Quand on est valorisé plus de 200 milliards de dollars acheter 22 milliards une messagerie qui est potentiellement en passe de drainer 1 milliard d'utilisateurs est...un prix raisonné!

Il y a peut être une bulle en matière de valorisation mais ne vous trompez pas. Si la bulle se dégonfle, certains épargnants auront perdu leur mise, mais les États-unis auront au moins donné naissance à des géants mondiaux du digital qui domineront nos petites économies régionales de nombreuses années. Pas nous !
Réponse de le 30/10/2014 à 8:35 :
Absolument d’accord.
Réveillez-vous !! Une petite start-up a réussi en moins de 10 à devenir un des géants mondiaux du web, délivre une croissance stupéfiante et réalise un bénéfice de plus d’1,5 milliards de dollars.
Si Mark Zuckerberg était né en France il serait sans doute ingénieur R&D dans une grande entreprise française centenaire et rêverait, en secret, si il en avait eu les moyens, de créer un réseau social.
Une des forces du modèle américain est de créer des entreprises technologiques mondiales en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Alors certes ces entreprises colonisent la planète et croissent à coups de milliards de dollars, mais force est de constater que l’écosystème américain marginalise l’Europe et régionalise la France (qui si cela continue, ne sera que l’arrière base logistique des géants du web pour leur expansion européenne)
a écrit le 29/10/2014 à 17:47 :
Acheter du vent avec du vent au prix du vent est absolument sans importance, le but était de liquider une partie des actions de FB et l'opération est une réussite, inutile de chercher dans vos cours d'économie ou de sortir de grandes.théories, c'est juste comme le reste purement spéculatif et sans fondement (la preuve vu le CA pub ou pas, d'ailleurs ou la mettre ?!!! ).
a écrit le 29/10/2014 à 15:05 :
pschiiiittttt
a écrit le 29/10/2014 à 11:51 :
Ce n'est pas possible, il doit y avoir une erreur : je lis que What's App a un CA de l'ordre de la dizaine de millions de dollars, une perte d'exploitation de plusieurs centaines de millions de dollars et qu'elle est valorisée à hauteur de... 22 milliards de dollars????
Réponse de le 29/10/2014 à 12:31 :
@Mobius: ils rêvent tous d'un quasi monopole du genre Microsoft. Par conséquent, éliminer la concurrence à n'importe quel prix est le maître mot :-)
Réponse de le 29/10/2014 à 13:33 :
C'est en effet cela, Patrickb. Mais au prix d'une magnifique bulle style année 2K...
Réponse de le 29/10/2014 à 14:02 :
Vous avez en partie raison, mais n'oublions pas que le chiffre d'affaire n'est pas un critere fiable a l'heure actuelle, puisque l'application n'est pas encore monetisee (recettes publicitaires notamment...).
Réponse de le 29/10/2014 à 14:13 :
"n'est pas encore monetisee (recettes publicitaires" Sauf que la pub a atteint ses limites, vu son rejet grandissant...
Ca va être chaud, là, pour le marquéteinge... Se vendre eux-mêmes, ils n'ont pas l'habitude, les Poulbots.
Réponse de le 29/10/2014 à 18:16 :
idem pour twitter
a écrit le 29/10/2014 à 11:48 :
....et qu'on s'adresse à des moutons crétinisés qui acceptent de livrer leurs vie privées... qui plus est gratuitement...on peut faire n'importe quoi, les firmes notamment les firmes du pseudo high tech ou de l'internet peuvent dire et faire et faire croire n'importe quoi ...l'important c'est que les lascars des marchés financiers s'en foutent aussi plein les poches.
Réponse de le 29/10/2014 à 13:36 :
Avec la récolte d'infos personnelles qui est maintenant connue, les utilisateurs ont changé leurs pratiques. Là, ce qui va se passer est que l'anonymat deviendra la règle.
Et ils pourront jeter leurs chers onéreux fichiers.
Réponse de le 29/10/2014 à 14:08 :
Mouais sauf qu'il est possible d'identifier un individu à partir de la géolocalisation de son téléphone. Donc vous aurez beau utiliser un pseudo, ce sera quand même vous qui porterez vorte téléphone et vous déplacerez avec.
Réponse de le 29/10/2014 à 14:14 :
Clair que le bouton "off" n'est pas encore supprimé. Les boules...
Réponse de le 29/10/2014 à 14:17 :
Yoooups... prévision météo : le téléphone mobile va redevenir fixe. Sauf les professionnels. Et utilisations ponctuelles, bien sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :