Le déclin du mobile pèse sur les résultats de Numericable SFR

 |   |  750  mots
Investir mieux c'est investir plus avait prévenu Patrick Drahi, le principal actionnaire d'ALtice, maison-mère de Numericable-SFR, dont il préside le conseil.
"Investir mieux c'est investir plus" avait prévenu Patrick Drahi, le principal actionnaire d'ALtice, maison-mère de Numericable-SFR, dont il préside le conseil. (Crédits : reuters.com)
Le nouvel ensemble accuse une perte nette de 175 millions d'euros, due aux frais financiers, en 2014. La baisse du nombre de clients et du revenu moyen par abonné mobile a aussi pesé sur la rentabilité.

Les effets de l'acquisition de SFR par Numericable sont déjà très marqués sur les résultats 2014 du nouvel ensemble fusionné, même si l'ex-filiale de Vivendi n'est consolidée que sur un mois. Le nouveau groupe Numericable SFR affiche ainsi une perte nette de 175 millions d'euros sur l'exercice, due essentiellement aux frais financiers : le groupe a dû lever la dette d'acquisition dès avril-mai et payer des intérêts alors que la contribution au résultat du numéro deux français des télécoms n'a été effective qu'au 1er décembre. Il va en outre devoir payer 1,9 milliard d'euros supplémentaires pour racheter les 20% résiduels de Vivendi, qui aura cédé tout SFR pour 17 milliards d'euros.

Les chiffres sont difficilement lisibles et comparables : le parc de clients mélange ceux de Numericable, ceux de SFR et ceux de Virgin Mobile, également acheté au même moment. Toutefois, la mauvaise année de SFR dans le mobile a clairement pesé sur les résultats.

Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires pro forma de Numericable-SFR s'est établi à 11,43 milliards d'euros, en baisse de 5%, essentiellement due « à l'érosion des revenus mobile tant dans le segment du résidentiel que dans celui de l'entreprise », une baisse partiellement compensée par le plan de réductions de coûts mis en place par le management précédent. Du coup, le résultat brut d'exploitation (Ebitda) ajusté et pro forma est en recul de 11% à 3,1 milliards d'euros, reflétant la dégradation de l'ARPU le revenu moyen par abonné mobile, tombé à 22,5 euros (-5,9%). La marge brute opérationnelle a diminué de 1,8 point à 27,1%.

« Carence d'investissements patente » de SFR

Le parc de clients grand public dans le mobile a diminué de 4,7%, à 16,2 millions, ce qui inclut les 14 millions de SFR environ, les 1,7 million de Virgin et le solde venant de Numericable (MVNO).

La refonte des tarifs dans le mobile sera annoncée avant le mois de mai, l'objectif étant de « stopper la décroissance du mobile, dans un marché extrêmement concurrentiel » a souligné le directeur financier, Thierry Lemaître, lors d'une conférence téléphonique. Il a évoqué les problèmes de qualité de réseau rencontrés par SFR l'an dernier, venant d'une « carence d'investissements assez patente, en particulier au troisième trimestre » : sur l'année, les investissements de SFR ont diminué de 150 millions d'euros.

Malgré ses plans ambitieux de déploiement dans la fibre (jusqu'au pied d'immeuble) et dans la 4G, le nouveau groupe n'a pas l'intention d'augmenter le niveau global d'investissement en 2015 en jouant sur « la maîtrise des coûts. » Si SFR a « fortement » amélioré sa couverture 4G à 50% fin 2014, c'est en fait en partie grâce à l'itinérance, partielle et temporaire, accordée par Bouygues Telecom dans le cadre du contrat de mutualisation signé par les deux opérateurs, a reconnu la direction de Numericable SFR.

Priorité au réseau câblé

Patrick Drahi, le principal actionnaire d'Altice, la maison-mère de Numericbale-SFR, avait prévenu dès le printemps dernier que son mot d'ordre était « investir mieux c'est investir plus. »

L'accent reste mis sur le réseau câblé rénové en fibre de Numericable qu'il faut remplir.

« Depuis fin novembre 2014, les ventes brutes de Numericable-SFR ont été 2,5 fois supérieures à celles de Numericable sur la même période en 2013. Cette dynamique se confirme sur les deux premiers mois de 2015 et laisse présager que 2015 sera bien l'année de la fibre » se félicite ainsi le groupe dans son communiqué de résultats.

Le parc de clients ADSL a diminué de 1,4% à 5,03 millions et cette décroissance « va se poursuivre en 2015 au bénéfice d'une migration de ces clients vers le réseau Très haut débit du groupe. » Le revenu moyen par abonné a légèrement baissé « en raison d'une politique de forte remise de SFR sur le FTTH », la fibre jusqu'à l'abonné, à laquelle Numericable a mis fin : il vient d'ailleurs d'augmenter de 2 à 3 euros le prix des abonnements de ses clients fixe.

« Nous préférons avoir des clients à valeur, nous leur proposons du très haut débit » a fait valoir Thierry Lemaître, qui se réjouit qu'il n'y ait « pas de cannibalisation, et le taux de churn (désabonnement) de Numericable diminue. » Le parc d'abonnés très haut débit a progressé de 4,5% sur l'année à 1,54 million de clients.

A 10h ce jeudi, l'action Numericable-SFR gagne un peu plus de 3% à  la Bourse de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2015 à 11:55 :
Et ne croyer pas que l'augmentation de tarif des clients Numericable se corrèle automatiquement avec celle de qualité de service. Certainement plus une recherche de liquidité anticipé car comme beaucoup de monde l'ignore nous payons souvent une bonne partie déjà a Numericable dans nos impôts locaux : entretien des réseaux collectifs oblige. Et eux après vont se vanter de ne pas augmenter cette charge. Au final c'est toujours les mêmes qui paient, les Clients ou moutons. Bê ne bê...
a écrit le 07/03/2015 à 11:45 :
Certainement logique quand le financier prend le pas sur le service. Est-ce que Numericable n'aurait pas racheté une coquille vide ? Ou du moins ex-SFR avant la vente n'a pas du tout respecté ces clients. Perso j'ai un revendeur Pro AFFILIÉ SFR qui m'a même proposé de prendre un abonnement chez Orange, tellement qu'ils ont laissé la couverture se dégrader. Il parait que SFR a abandonné soudainement Alcatel pour les antennes GMS : plus de fourniture, plus de maintenance.. Fallait faire du fric au détriment du service. Ce qui est vraiment inadmissible c'est que notre mille feuille administratif collectif en France ne réagit pas et même interpellé, s'en fout.. A quoi ça sert Arcep et consorts
a écrit le 05/03/2015 à 15:37 :
qualité de service dans la diffusion télé par câble numéricable, on peut comprendre que les clients ne se bousculent pas sur le mobile.
a écrit le 05/03/2015 à 10:44 :
Personnellement SFR est la seule entreprise chez qui je ne prendrais plus rien.

Suite au rachat de NeufTelecom j'étais chez eux pour l'ADSL, une véritable catastrophe, coupure de télé régulière, panne de réseau et débit en chute. Je suis aller chez Free, ligne stable et débit plus élevé.

Pour le portable pareil, le réseau est vraiment mauvais, dans mon coin tout du moins, Orange et Bouygues sont bien mieux.

Bref ils feraient mieux de revoir la qualité des infrastructures avant de viser quoi que ce soit !
Réponse de le 05/03/2015 à 11:23 :
De plus je pense que l'avenir est au Sans fil avec des débits 5G annoncé à plus de 2 Gbits!
Réponse de le 05/03/2015 à 11:44 :
@ sim
Il faut relativiser cela , certes vous êtes dans le vrai , mais lorsque je vois que l on nous vante la vitesse de la 4g alors même que dans certaines communes il n y a que du Edge, et l on nous parle de 4G+ voire de 5G je pense qu ils faudrait déjà couvrir correctement la France de véritable 3g.
Réponse de le 05/03/2015 à 16:51 :
A un service client déplorable... C'est ce qui les tue hélas ! Ça et leur couverture.
Réponse de le 06/03/2015 à 9:47 :
le service client est plutot sympatique mais inefficace, redondant et couteux
le reseau n'est pas top
la technologie n'est pas top
voila le probleme de sfr du point de vue client
Réponse de le 07/03/2015 à 2:10 :
Anecdote racontée par un ami, à la fois employé et client de SFR : il contacte le service clients pour un problème. L'opératrice, à l'accent étranger, lui demande son lieu de résidence. Mon ami : « Paris ». L'opératrice : « Vous pouvez me l’épeler ? » :-D Ça paraît tellement incroyable que je me demande quand-même si mon ami n'a pas un petit peu inventé cette histoire, ah ah !
a écrit le 05/03/2015 à 10:41 :
Impressionnante erreur de technicité et de stratégie.

Sans doute le 2015 Award for Bad Idea...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :