Bientôt, l’heure de la maturité pour l’IA

 |   |  628  mots
Photo d'illustration. Les derniers modèles de « deep learning » pourraient optimiser les coûts et les ressources, prédire les crises ou comprendre le comportement des acheteurs;
Photo d'illustration. Les derniers modèles de « deep learning » pourraient optimiser les coûts et les ressources, prédire les crises ou comprendre le comportement des acheteurs; (Crédits : Intel)
Au fur et à mesure que l’intelligence artificielle se banalise et devient une composante parmi d’autres des logiciels, la société et les entreprises y voient plus clair sur son potentiel, mais aussi sur ses limites.

En 2020, l'intelligence artificielle deviendra-t-elle carrément banale ? On s'en rapproche. La « magie » autour de la technologie semble laisser de plus en plus le pas au pragmatisme et à la démystification. Désormais, l'intelligence artificielle devient une composante presque banale des logiciels. Le secteur a explosé durant la décennie passée, porté par l'arrivée d'une nouvelle génération de composants informatiques.

Cette nouvelle puissance de calcul a permis de faire tourner des modèles de deep learning (apprentissage profond) sur lesquels les chercheurs travaillaient depuis les années 1990. Alimentés avec de nombreuses données de qualité, ils font émerger de nouveaux moyens d'optimiser les coûts et les ressources, de prédire les crises ou encore de comprendre le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2019 à 11:51 :
Parlons plutôt d'algorithmes fort utiles et de mieux en mieux élaborés qui singent l'intelligence, en restant très éloignés de la conscience d'une IA. Mais cela fait rêver les dingues, et remplit les poches des autres, alors si cela peut faire plaisir, il n'y a pas grand mal à faire semblant.
Réponse de le 25/12/2019 à 18:56 :
l'AI actuelle n'a aucune conscience
c'est du calcul
au passage, et n'en deplaise aux elements intolerants de la secte AI, une grosse partie de l'ai a ete formalisee par les statisticiens pour la simple et bonne raison que ca fait la meme chose, avec un nom different
( cf livre de white ' artificial neural networks'' blacwell 1992, entre autres)
apres y a deux autres pbs qui sont venus, la presence de donnees et le deep, qui est souvent inefficace ( sauf gafam)
et ceux qui prennent des claques le meritent car en general c'est juste par un manque de background en maths
a écrit le 25/12/2019 à 9:05 :
l'AI peut faire bcp de choses
au passage il y a avait avant l'ai des methodes qui permettaient deja de le faire ( et qui etaient parfois utilisees)
le pb c'est qu'on croit que l'ai va faire dans son coin tout ce que l'homme ne sait pas, alors que les gros pbs actuellement sont en amont et en aval
on oublie les postures epistemologiques sur lesquelles ca a ete bati, et les deconvenues d'outils utilises par des gens formes intensement 5 heures a la retropropagation dans les tenseurs, c'est un peu juste pour passer a des stades applicatifs ou les pbs sont souvent ailleurs
a écrit le 24/12/2019 à 14:23 :
L'intelligence artificielle n'existe pas, c'est un concept marketing reposant sur un vocabulaire mensonger, on en est encore très loin, possible que pas un seul humain vivant actuellement sur cette planète ne la connaisse d'ailleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :