Altran : Yves de Chaisemartin tire sa révérence

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Lors de l'assemblée générale de vendredi, le fonds Apax, premier actionnaire du groupe, a obtenu suffisamment de sièges au conseil d'administration pour remplacer Yves de Chaisemartin par Philippe Salle. Dans la foulée, "Chaise" a quitté la société de conseil en hautes technologies.

"Nous nous sommes bien battus mais les jeux sont faits. Je demande aux collaborateurs d'Altran de soutenir le nouveau PDG du groupe." C'est en ces termes qu'Yves de Chaisemartin, aux commandes de la société française de conseil en hautes technologies, a reconnu sa défaite, au terme de l'assemblée générale (AG) des actionnaires, qui s'est déroulée vendredi matin au Palais Brongniart, l'ancien temple de la Bourse de Paris.

Depuis la fin avril, "Chaise" et le fonds Apax, principal actionnaire d'Altran avec 19,2% du capital et 31,2% des droits de vote, étaient en bisbille, Apax souhaitant le départ du dirigeant, au motif que les résultats financiers du groupe n'étaient pas à la hauteur de son potentiel de développement. Le fonds misait précisément sur l'AG du 10 juin pour obtenir la majorité au conseil d'administration et pouvoir ainsi porter à la présidence d'Altran son poulain Philippe Salle, ancien patron du groupe de services pétroliers Geoservices.

L'AG a donné lieu à une violente passe d'armes entre Yves de Chaisemartin et Maurice Tchénio, fondateur d'Apax et membre du conseil d'administration d'Altran, le premier reprochant au second de vouloir le faire partir "comme un voleur de poules." De son côté, Maurice Tchénio a souligné que le cours de Bourse actuel d'Altran était inférieur à son niveau de septembre 2006, quand Yves de Chaisemartin avait pris les rênes du groupe.

Pour tenter de garder son fauteuil de PDG d'Altran, Yves de Chaisemartin a tenté, lors de l'AG de proposer la nomination de trois nouveaux administrateurs au conseil, afin de garder la majorité, Apax proposant, lui, la nomination de deux administrateurs, dont Philippe Salle. "Chaise" comptait également sur le fait que près de 70% des droits de vote d'Altran se trouvent aux mains du public. Las! Particuliers ou institutionnels, les actionnaires se sont peu mobilisés pour cette AG, où 62% seulement des droits de vote étaient représentés. Apax n'a donc pas eu de peine à faire voter la nomination de ses deux administrateurs, ce qui donne au fonds six sièges sur dix au conseil d'administration. De quoi faire de Philippe Salle le nouveau patron d'Altran.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2011 à 6:40 :
pour Apax peu importe l'avenir industriel d'Altran,seul compte le retour sur investissement
Réponse de le 12/06/2011 à 8:45 :
Et Apax, a bien raison, Altran n'a qu'un et unique but, son cours de Bourse et le retour d'invest. de ses actionnaires.
Réponse de le 12/06/2011 à 9:19 :
Chaisemartin n' a pas développé Altran, en 5 ans. L'avenir industriel d'Altran sera meilleur avec un ingénieur à sa tête.
Réponse de le 14/06/2011 à 11:26 :
Surtout que Philippe Salle est très bon visionnaire. Je ne serais pas surpris que le titre décolle avec ce nouveau PDG.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :