Première croissance du chiffre d'affaires de Hewlett Packard en 3 ans

Une embellie de ses ventes de PC a permis au groupe informatique américain Hewlett Packard d'annoncer la première croissance de son chiffre d'affaires depuis 2011, mais les coûts de sa longue restructuration plombent toujours ses bénéfices.
Les analystes s'attendaient en moyenne à un recul du chiffre d'affaires de 0,8%.
Les analystes s'attendaient en moyenne à un recul du chiffre d'affaires de 0,8%. (Crédits : reuters.com)

Enfin la croissance mais toujours pas de bénéfice net. Sur le trimestre achevé fin juillet, le troisième de son exercice décalé, HP a vu son chiffre d'affaires progresser de 1% à 27,6 milliards de dollars. C'est une bonne surprise pour les analystes, qui s'attendaient en moyenne à un repli de 0,8%.

La PDG Meg Whitman  a souligné lors d'une téléconférence avec des analystes le mercredi 20 août suite à la publication des résultats:

"Pour la première fois en trois ans, le groupe a enregistré une croissance de son chiffre d'affaires. [...] C'est une étape importante dans le redressement de HP."

Le retour à une croissance rentable est une priorité de Meg Whitman, qui a entrepris depuis 2012 de restructurer HP, durement frappé par la crise du PC auquel les consommateurs préfèrent souvent des tablettes informatiques.

Une éclaircie après deux ans de déclin

La tendance sur ce marché semble toutefois enfin s'améliorer: après deux ans de déclin. Les ventes mondiales tous fabricants confondus ont baissé de seulement 1,7% au deuxième trimestre 2014 selon le cabinet IDC, et sont même restées stables d'après Gartner.

HP, désormais deuxième fabricant mondial derrière le groupe chinois Lenovo, a réussi dans ce contexte à enregistrer une "très solide croissance" de 12% pour ses revenus trimestriels dans les PC.

HP peut "continuer à gagner des parts"

Meg Whitman s'attend à ce que le marché mondial reste stagnant ou en léger repli, mais estime que HP peut "continuer à gagner des parts" de marché par rapport à ses concurrents.

Elle a évoqué en particulier une tendance favorable dans les ordinateurs destinés aux entreprises, avec une croissance ressentie dans toutes les régions. La directrice financière, Cathie Lesjak, a toutefois concédé "des poches de faiblesse en Russie et en Chine".

Le déclin des ventes de PC a en effet ralenti au premier semestre avec l'arrêt du support de Windows XP, le système d'exploitation de Microsoft. Le cabinet d'analyse Gartner estime que 60 millions de PC professionnels de toutes marques seront remplacés cette année dans les pays matures.

Difficultés dans les activités de services aux entreprises

Outre les PC, la direction de HP a aussi mis en avant la progression de 9% de ses revenus trimestriels dans les serveurs. Mais la quasi totalité des autres branches du groupe (services aux entreprises, logiciels, impression...) accusent des baisses.

Meg Whitman a en particulier évoqué des difficultés dans les activités de services aux entreprises en Europe, à cause d'"une faiblesse dans les dépenses publiques (...) principalement en Europe occidentale" et de l'impact de "l'instabilité géopolitique en Europe de l'Est". Comme chaque trimestre, la PDG s'est félicité des "progrès" réalisés en répétant qu'il y a "encore du travail à faire".

Le bénéfice net trimestriel a notamment plongé de 29% à 985 millions de dollars. Les comptes restent en effet plombés par des charges de restructuration, avec encore 713 millions d'effets exceptionnels négatifs au troisième trimestre.

Les coupes en partie responsables des bénéfices en baisse

C'est dû en partie aux dures coupes réalisées dans les effectifs: HP a encore décidé il y a trois mois 11.000 à 16.000 nouvelles suppressions d'emplois, qui porteront jusqu'à un maximum de 50.000 le total annoncé depuis 2012.

Mme Lesjak a précisé qu'environ 36.000 personnes avaient déjà quitté le groupe à la fin juillet, un chiffre qui devrait monter à 41.000 d'ici fin octobre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 02/10/2014 à 16:09
Signaler
HP n'est pas présent sur les tablettes, et n'a pas su diversifié son offre. Etonnant lorsqu'il était numéro 1 dans le monde. Cela me rappelle Nokia.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.