French Cyber Booster, nouveau dispositif pour recruter la Next Gen de la cybersécurité

Lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt du Grand Défi Cyber, un nouveau dispositif national baptisé French Cyber Booster vient de voir le jour. Ce startup studio accompagnera dès cette année la création de plus de 30 nouvelles entreprises innovantes à Rennes et à Paris. L’initiative associe deux incubateurs et accélérateurs, Axeleo et Le Poool, avec deux sociétés de capital-risque, Axeleo Capital et Go Capital.

4 mn

La création de ce dispositif s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de cybersécurité et du lancement, en octobre 2021 à la Défense, du Campus Cyber.
La création de ce dispositif s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de cybersécurité et du lancement, en octobre 2021 à la Défense, du Campus Cyber. (Crédits : Kacper Pempel)

Favoriser l'innovation, la formation d'équipes, la confrontation avec l'écosystème, aider à la construction de jeunes entreprises : à compter de cette année, le French Cyber Booster veut faire naître de futurs champions de la cybersécurité.

Alors que le domaine cyber est en plein boom et concerne l'ensemble des secteurs d'activités, ce startup studio affiche l'ambition d'accélérer la création, l'accompagnement et le financement de plus de trente nouvelles startups en France sur trois ans.

Son action sera menée en lien avec l'écosystème français et européen de la cybersécurité, les instituts de recherche et les grandes entreprises. Le premier appel à projets devrait être lancé d'ici à la fin de l'année. Chaque jeune pousse sera suivie durant un an, jusqu'à la première levée de fonds.

Deux tiers à Paris, un tiers à Rennes

Annoncée mercredi soir, l'initiative est portée par un consortium de quatre partenaires, dont deux structures de l'écosystème breton. Le collectif d'entrepreneurs Axeleo et l'acteur rennais Le Poool, né de la fusion entre la French Tech Rennes Saint-Malo et le technopole Rennes Atalante, sont associés à deux sociétés de capital-risque.

Axeleo-Capital est spécialisé dans d'accélération de startups B2B technologiques comme Alsid (data), Citalid (simulation des risques) ou Yogosha (communauté de hackers d'élite), tandis que Go Capital, structure de gestion également implantée en Bretagne, est très active dans les technologies de rupture (deep tech).

« Le French Cyber Booster est lauréat de l'appel à manifestation d'intérêt Startup Studio Cyber du Grand Défi Cyber mis en œuvre dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir et du plan France Relance. C'est un dispositif unique en France dont le but est de stimuler et de dynamiser l'entrepreneuriat en cybersécurité » se félicite Daniel Gergès, directeur du Poool, cité dans le communiqué.

La création de ce dispositif s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de cybersécurité et du lancement, en octobre 2021 à la Défense, du Campus Cyber.

Le French Cyber Booster disposera de deux implantations, à Paris - La Défense et à Rennes, terre d'accueil du Pôle d'excellence cyber du ministère des Armées et de la cyberdéfense Factory, un incubateur civil et militaire.

Il rayonnera donc d'abord sur chacun des deux territoires selon une proportion de deux tiers des startups à Paris, un tiers à Rennes, avant d'être déployé partout en France.

Fonds de 10 millions d'euros, 150.000 euros par startup

Pour ses créateurs, il est indispensable de favoriser l'essor de jeunes startups françaises de la cybersécurité. En 2020, le contexte de crise sanitaire a accéléré la numérisation et le recours massif aux services à distance. Il a aussi amplifié l'impact des cyberattaques, dont le nombre a été multiplié par quatre, selon l'Autorité nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI).

« L'accompagnement sera destiné en premier lieu aux porteurs de projet et experts cyber en amont de la création de leur entreprise ou dans la phase d'incubation post-création » détaille Eric Burdier, co-fondateur d'Axeleo et président d'Axeleo-Capital. « Chaque startup nouvellement créée pourra bénéficier d'un investissement d'un minimum de 150.000 euros via un nouveau fonds créé spécifiquement et doté de 10 millions d'euros à terme. »

Ce soutien financier se positionnera en amont des fonds d'amorçage actuels du marché et bénéficiera de la synergie avec les dispositifs mis en œuvre par l'État et les Conseils Régionaux, et avec le soutien de Rennes métropole.

« Notre but au sein du French Cyber Booster sera de recruter les meilleures équipes tech et business afin de donner naissance à la future génération de startups cyber », ajoute Daniel Gergès. « C'est une chance pour le territoire rennais. Nous nous appuierons sur une dynamique en pleine accélération portée par des jeunes pousses bretonnes telles que Glimps, AriadNext, SecureIC, Anozrway..., sur les liens forts que nous entretenons avec la recherche publique et les grands donneurs d'ordres ainsi que sur les synergies évidentes entre les écosystèmes bretons et franciliens ».

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.