Cybersécurité : Glimps, une startup rennaise en pleine croissance

 |  | 881 mots
Lecture 5 min.
Glimps, la jeune pousse rennaise de la cybersécurité, vient de clore une levée de fonds de six millions d’euros auprès des fonds Ace Capital Partners et Breizh Up.
Glimps, la jeune pousse rennaise de la cybersécurité, vient de clore une levée de fonds de six millions d’euros auprès des fonds Ace Capital Partners et Breizh Up. (Crédits : Glimps)
Spécialisée dans la cybersécurité, la jeune entreprise rennaise Glimps, clôt ce mardi une levée de fonds de six millions d’euros auprès d’Ace Capital Partners et de Breizh Up. Fondée sur l’IA, sa solution logicielle de conceptualisation de code rend « la défense plus forte que l’attaque ». Ses clients sont des grands groupes et opérateurs d’importance vitale en France mais son portefeuille a vocation à s’internationaliser dès 2022.

« Tout le monde connaît et se souvient du conte « Boucle d'or et les trois ours ». Même lorsqu'on en raconte une version modernisée ou quand l'histoire est en anglais, la capacité de conceptualisation du cerveau nous permet de reconnaître le conte d'origine ». Pour décrire de manière simple la technologie de Glimps, fondée sur la conceptualisation de code par l'intelligence artificielle, son directeur général Recherche et Communication, Frédéric Grelot, fait volontiers le parallèle avec le conte des frères Grimm.

100 recrutements sous quatre ans

Fondée à Rennes en novembre 2019 et présidée par Cyrille Vignon, la jeune pousse de la cybersécurité a développé une technologie logicielle reproduisant le fonctionnement du cerveau humain à qui on a appris à lire le code. Elle automatise les processus de sécurité informatique des entreprises grâce à la détection des logiciels malveillants et l'analyse des codes.

Cette innovation, sans équivalent sur le marché, a propulsé Glimps, dont l'équipe actuelle compte 16 personnes, parmi les jeunes entreprises phares du territoires rennais. Après une première levée de fonds en 2020 de 240 000 euros, elle vient de boucler une collecte conséquente de six millions d'euros destinée à accélérer son développement et soutenir sa croissance. Ace Capital Partners, filiale de Tikehau Capital (très actif dans le secteur des industries stratégiques et de la cybersécurité), est entrée au capital de la startup de manière minoritaire aux côtés du fonds régional de co-investissement Breizh Up.

Outre le recrutement de 100 collaborateurs (développeurs et commerciaux) d'ici à 2024 dont 25 cette année, le développement de Glimps va s'appuyer sur de nouvelles déclinaisons de sa technologie et une première implantation internationale, en Amérique du Nord en 2022.

Troisième produit pour adresser les métiers du juridique et de l'édition

« Notre solution logicielle permet de détecter et d'identifier précisément tous les codes présents dans les programmes informatiques, sans nécessairement avoir besoin de recourir au code source. Cette technologie augmentée par l'utilisation de l'intelligence artificielle identifie automatiquement et en un clin d'œil (Glimps tire son nom de l'expression anglaise « in a glimpse of an eye ») toutes les similitudes entre les constituants d'un fichier à analyser et les codes informatiques de plusieurs millions de programmes » développe Frédéric Grelot.

Cet algorithme de « réseau de neurones » permettant de stopper rapidement des logiciels malveillants y compris sur de gros volumes de fichiers, est commercialisé sous forme de deux produits. Glimps Malware (détection de menaces et analyse) et Glimps Audit (identification de tous les codes d'un logiciel) fonctionnent dans des environnements divers comme la bureautique, les systèmes industriels ou l'IoT. Disponibles en mode SaaS via un abonnement annuel, ils sont vendus en priorité aux grandes entreprises, aux opérateurs d'intérêts vitaux (OIV), aux services SOC et aux prestataires de sécurité.

Créé en septembre 2020, le nouveau service commercial de Glimps prospecte des secteurs comme ceux des télécoms, des transports et de l'énergie et défendra courant 2021 de nouvelles déclinaisons de la technologie. Disponible dans le courant 2021, un troisième produit de détection de licences contaminantes, Glimps Comply, va étendre l'usage de la solution auprès des secteurs du juridique et de l'édition (avocats, édition de logiciels).

« Le marché lié à la propriété intellectuelle et au monde juridique ouvre un nouveau domaine d'activité » ajoute Frédéric Grelot. « Lorsqu'un constructeur intègre un ordinateur de bord dans un véhicule, Glimps Comply pourra par exemple identifier l'ensemble des codes et des contraintes juridiques concernant les logiciels embarqués. »

Incubation à la Cyber Factory

Salué par plusieurs prix ces dix-huit derniers mois, dont le 1er Prix du Jury de l'Investor Day de l'European Cyber Week 2020, le projet de Glimps est soutenu par la dynamique de l'écosystème du territoire de Rennes Métropole dans le domaine de la cybersécurité.

Entre 2018 et 2025, le développement des activités de cyberdéfense du ministère des Armées, qui comptent 5.000 actifs, va se traduire par la création de 1.800 postes supplémentaires. En 2020, le territoire métropolitain enregistrait aussi 3.280 emplois répartis sur 76 entreprises privées dont des groupes comme Airbus Cybersecurity, Thales Services, Altran. Dans ce tissu économique en croissance, l'Armée côtoie les grands groupes, les PME et les startups.

Avant de s'installer au début de cette année au Digital Square, pépinière d'entreprises du numérique et de la cybersécurité située à Cesson-Sévigné, Glimps s'est déployée au sein de la Cyberdéfense Factory, un incubateur civil et militaire dont elle a été le « cas pilote ». La jeune entreprise bénéficie des liens tissés avec plusieurs gros acteurs du secteur, publics comme privés.

« La cybersécurité est un domaine qui nécessite un usage croissant de technologies de rupture afin de garantir le meilleur niveau de protection des entreprises » rappelle Quentin Besnard, directeur exécutif d'Ace Capital Partners, dont c'est le huitième investissement. « L'expertise de l'équipe de Glimps et sa capacité à construire et commercialiser des solutions BtoB qui séduisent des clients nous ont impressionnés depuis l'origine du projet. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2021 à 16:01 :
Qui mieux que les fabricants d'antiviraux, peuvent produire les virus qui correspondent! Nous pourrions faire un rapprochement avec les entreprises pharmaceutiques!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :