Etats-Unis : François Hollande débloque la situation sur Mars

Le patron du CNES, Jean-Yves Le Gall, a profité de la visite d'Etat de François Hollande aux Etats-Unis pour débloquer un accord avec la NASA sur une importante mission d'exploration martienne.
Un sismomètre développé en France va équiper une sonde martienne américaine
Un sismomètre développé en France va équiper une sonde martienne américaine (Crédits : Reuters/Joe Skipper)

François Hollande, sonde martienne, 2016, sismomètre... A priori, le lien entre ces sujets est si ténu que ceux-ci pourraient sembler sortis tout droit d'une célèbre émission parodique inventée par le duo d'humoristes Kad et Olivier.

Et pourtant. La visite d'Etat du président français à son homologue américain Barack Obama a été l'occasion de signer lundi un accord entre les deux agences spatiales, CNES et la NASA, portant sur une coopération autour du sismomètre SEIS, le principal instrument de la mission martienne InSight (Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport). Le sismomètre "a pour objet de déployer un observatoire géophysique extrêmement sophistiqué et performant sur la surface de Mars, afin d'en étudier la structure et la composition, encore très mal connues", explique un communiqué du CNES.

Date de lancement : mars 2016

Le patron de la NASA, Charles Bolden, et le président du Centre national français d'études spatiales (CNES), Jean-Yves Le Gall, ont signé à Washington un accord pour une coopération sur un futur atterrisseur martien, dans le cadre de la mission InSight. Date de lancement prévue: mars 2016, avec un atterrissage sur la planète rouge six mois plus tard.

Il s'agit de la mission InSight (Interior Exploration Using Seismic Investigations, Geodesy, and Heat Transport) dont le lancement est prévu en mars 2016, avec un atterrissage sur la planète rouge six mois après. Le patron de la Nasa s'est félicité de l'accord par communiqué :

Ce nouvel accord renforce le partenariat entre la NASA et le CNES dans la recherche en science planétaire et s'appuie sur plus de vingt ans de coopération avec le Cnes sur l'exploration de Mars. La recherche générée par cette mission de collaboration donnera à nos agences plus d'informations quant à la formation de Mars, ce qui nous aidera à mieux comprendre comment la Terre a évolué.

Structure interne de Mars

InSight, douzième mission du programme Discovery de la Nasa, cherchera à comprendre l'évolution de la formation de planètes rocheuses, y compris la Terre, en examinant la structure interne et les processus à l'œuvre sur Mars.

Mardi matin, le blog spécialisé "Sciences2" du quotidien Libération revient sur l'accord en donnant la parole au PDG du CNES, Jean-Yves Le Gall. Il s'agira d'équiper la sonde martienne Insight de la Nasa avec un sismomètre développé par l'équipe de Philippe Lognonné, professeur à l'université Paris Diderot, explique le journaliste Sylvestre Huet.

Si le sismomètre avait déjà gagné l'appel d'offre lancé par la Nasa, poursuit-il, Jean-Yves Le Gall indique avoir profité de la visite de François Hollande pour faire le forcing et conclure les négociations techniques et financières de la mission.

"Trou béant" de l'exploration martienne

Le Cnes, qui investira 40 millions d'euros sur la mission via l'instrument, affiche son enthousiasme : la connaissance de la structure interne actuelle de Mars est "un trou béant" de l'exploration martienne. A la suite de problème techniques, explique Sylvestre Huet, aucune mesure fiable de la structure interne de la planète n'a pu être menée.

>> Lire sur le blog "Sciences2" de Libération : Le Cnes et la Nasa sur Mars en 2016

Le partenariat entre le Cnes et la Nasa risque donc d'apporter des informations précieuses sur Mars. Mais il faudra être patient : Jean-Yves Le Gall n'a "pas de dates à avancer" sur la perspective d'un retour d'échantillon, précisant ensuite "de toute façon pas avant 2025, 2030".

Les autres partenaires participant à la mission InSight avec le Cnes sur les instruments sont le Centre aérospatial allemand et les agences spatiales britannique et suisse (via l'agence spatiale européenne) ainsi que la Nasa.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 14/02/2014 à 17:26
Signaler
Pour être exact, rien n'était bloqué du tout sur cette mission InSight ! Les collaborations US/France dans le spatial sont claires : chacun paye sa partie, point barre. Info donc un peu approximative.

à écrit le 12/02/2014 à 13:07
Signaler
Hollande Obama et les présidents qui ont des relation avec israél de mettre fin a israél avant le 14.2.2014 pour éviter leurs fin et la fin de leurs pays par ces punitions d'ALLAH de jour en jour ces catastrophes naturelles boule de feu les météorite...

à écrit le 12/02/2014 à 0:01
Signaler
Il est indispensable en effet de pouvoir envoyer à terme des équipes sur Mars, les retombées sont énormes. Très bonne nouvelle et avancée.

à écrit le 11/02/2014 à 18:59
Signaler
Ah bon il va quitter la Lune ?

le 11/02/2014 à 19:35
Signaler
Il franchirait un grand pas...pour la France.

à écrit le 11/02/2014 à 16:28
Signaler
On préfèrerait qu'il débloque la situation pour la France, planète Terre, si ce n'est pas trop demander ...

le 11/02/2014 à 19:41
Signaler
on peut rêver , mais alors il fallait voter autrement ! vaut mieux qu'il parte pour Mars en mission longue durer .

à écrit le 11/02/2014 à 16:05
Signaler
Arrêtez de nous faire croire que c'est pour le progrès et admettez que c'est pour placer des Mégatonnes au-dessus de notre tête et avec notre fric.

le 12/02/2014 à 0:03
Signaler
Aucun intérêt à les placer si loin, réflechissez un peu et documentez-vous avant de commenter des inepties !

le 12/02/2014 à 1:57
Signaler
Des mégatonnes de quoi ? De satellites que vous utilisez tous les jours sans le savoir ?

à écrit le 11/02/2014 à 14:52
Signaler
Un Mars, et ça repart !

le 11/02/2014 à 16:06
Signaler
Hem...AttackS...3ème personne du sing

à écrit le 11/02/2014 à 14:39
Signaler
Ça y est hollande part sur Mars, enfin la première bonne nouvelle depuis qu'il est président. Il ne faut qu'il n'oublie pas son casque de scooter.

à écrit le 11/02/2014 à 14:11
Signaler
Et pour Mars, il ne faut surtout pas que Hollande oublie son ticket de non retour. En France, il ne sert à rien et on a plus besoin.

le 11/02/2014 à 15:03
Signaler
Il serait capable d'instaurer des taxes sur Mars

à écrit le 11/02/2014 à 14:00
Signaler
Ce sera sans doute la seule situation qu'il aura réussi à débloquer depuis son élection... Mais avant de s'occuper des autres il devrait s'occuper un peu plus des "siens". Je ne crois qu'il y ait grand chose à attendre de cet homme et on continue à ...

le 11/02/2014 à 15:20
Signaler
Non ! Non ! Surtout qu'il ne s'occupe plus de nous ! ça suffit, maintenant les flanbisteries !

à écrit le 11/02/2014 à 13:45
Signaler
Et la situation en France, il pourrait pas la débloquer ?

à écrit le 11/02/2014 à 13:39
Signaler
Ce doit être pour aider ces pauvres petits soldats français à faire le job de pacifier les sables des déserts africains, que les USA amèneront les Français chercher des mercenaires sur Mars.

à écrit le 11/02/2014 à 13:29
Signaler
haha

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.