PLTJE 2016 : Marseille et Montpellier ont élu leurs gagnants

 |   |  792  mots
Les cinq gagnants du Sud-Est du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur vont se retrouver à Paris le 9 mars pour la grande finale;
Les cinq gagnants du Sud-Est du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur vont se retrouver à Paris le 9 mars pour la grande finale; (Crédits : D.R)
Vente en ligne de bikinis, sécurité des applications sur smartphone, santé des séniors, énergie solaire et réseau social d’entraide citoyenne : les cinq startups lauréates du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur dans la grande région Sud-Est (PACA, Corse et Languedoc-Roussillon) ont impressionné le jury par leur créativité. Ils défendront les couleurs de la Méditerranée le 9 mars, lors de la grande finale à Paris.

Les jurés furent unanimes : le cru 2016 du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur (PLTJE) dans le Sud-Est fut un millésime d'une grande qualité. Jeudi 14 janvier, dans les locaux de BNP Paribas à Marseille, ils eurent toutes les peines du monde pour choisir les cinq startups qui porteront les couleurs de Marseille, Montpellier et leur région à Paris, lors de la grande finale qui se tiendra le 9 mars prochain.

Depuis octobre dernier, La Tribune parcours la France à la recherche des plus belles pépites entrepreneuriales. Après Paris, Toulouse, Lyon et Lille, un jury composé de représentants des sponsors de l'évènement (BNP Paribas, EDF Entreprises, Orange, AG2R La Mondiale, BPIFrance) s'est réuni dans la cité phocéenne. Viendront ensuite Nantes et Bordeaux. Les gagnants sélectionnés dans chaque métropole s'affronteront en finale à Paris le 9 mars, avant une grande cérémonie au Grand Rex le 4 avril pour l'annonce des résultats.

Monpetitbikini et Pradeo veulent conquérir le monde

Encore une fois, la créativité, l'originalité et l'audace des jeunes entrepreneurs ont impressionné. Dans la catégorie Services, Audrey Lieutaud, 31 ans, a marqué les esprits par sa vision entrepreneuriale ambitieuse, le sérieux et l'efficacité avec lesquels elle gère sa startup Monpetitbikini, où le management est collaboratif. Créée en 2010, cette plateforme de e-commerce a créé le marché français de la vente de maillots de bains à l'année sur Internet. Sans avoir jamais levé de fonds, la jeune femme a rapidement atteint la rentabilité et propose des maillots issus de 40 marques mondiales. L'an dernier, Monpetitbikini a lancé sa propre marque et s'est implanté en Espagne et en Italie, avant d'attaquer le marché britannique en mars prochain et d'ouvrir ses premiers magasins physiques dans le courant de l'année.

Tout aussi ambitieux mais dans un domaine totalement différent, Clément Saad, 33 ans, pourrait bien faire parler de lui dans les années à venir. Sa startup Pradeo, vainqueur dans la catégorie Numérique, se positionne sur le créneau porteur de la sécurité des terminaux mobiles et des objets connectés. Clément Saad et son équipe d'ingénieurs ont conçu un moteur d'analyse capable de détecter les actions malveillantes des applications présentes sur votre smartphone. Une première. Sa technologie, brevetée, est déjà utilisée par des grands groupes comme La Poste, le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Défense, Samsung ou le groupe Société générale.

Jeu vidéo en maison de retraite, traqueur de soleil

Dans la catégorie Santé, le jury a récompensé l'innovation sociale d'Antoine Seilles et de sa startup NaturalPad. A 31 ans, ce passionné de jeux vidéo propose aux maisons de retraite et autres établissements d'accueil des personnes âgées une plateforme ludique baptisée MediMoov. Basés sur le mouvement, les jeux visent à améliorer la forme physique des séniors, leur permettre de se maintenir en forme le plus longtemps possible ou de réaliser un exercice adapté à leur condition. Conçus avec l'aide de médecins et kinésithérapeutes, les jeux s'adaptent à l'état de santé de chaque retraité et permettent au personnel soignant de suivre l'évolution des capacités de mouvement. Actuellement adopté dans 25 EHPAD, MediMoov cartonne auprès de 90% des personnes âgées en capacité de l'utiliser.

Dans la catégorie Green Business, les jumeaux Madyan et Yacin De Welle, 30 ans, s'attaquent avec un succès croissant à l'optimisation des centrales solaires avec leur startup Optimum Tracker. Leur technologie novatrice, qui a fait l'objet de neuf brevets, permet d'augmenter leur performance de 15% à 30%.Comment ? Grâce à des trackers d'une précision inédite qui suivent le parcours du soleil au cours de la journée pour capter au maximum ses rayons. Après trois levées de fonds en trois ans, les jumeaux marseillais, qui partagent un fort caractère et une détermination à toute épreuve, partent à la conquête des marchés américain, turc et brésilien en 2016.

Enfin, Jonathan Konckier, 35 ans, a remporté les faveurs du jury dans la catégorie Start, très disputée car elle met en concurrence des startups de moins d'un an dans tous les domaines. Son réseau social de sécurité Qwidam propose une application unique pour toutes les situations d'urgence du quotidien.La plateforme mise sur la solidarité citoyenne et la collaboration avec les services de secours, les entreprises et les collectivités pour devenir la plateforme de référence de l'entraide dans les moments d'urgence, autant pour des attentats et des catastrophes naturelles que pour des événements du quotidien comme un malaise dans la rue ou la perte d'un enfant dans un parc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :